Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 11:14
Centrafrique: L'arrestation d'un chef milicien débouche sur une fusillade au pk5
Centrafrique: L'arrestation d'un chef milicien débouche sur une fusillade au pk5
Centrafrique: L'arrestation d'un chef milicien débouche sur une fusillade au pk5

 

 

RCA: le chef d'un groupe d'autodéfense abattu par la police dans le quartier PK5

 

Par RFI Publié le 07-02-2017 Modifié le 07-02-2017 à 23:52

 

Au PK5, le quartier à majorité musulmane de Bangui, le chef d'un groupe d'autodéfense a été tué par la police centrafricaine mardi 7 février, alors que celle-ci tentait de l'interpeller. De quoi faire craindre des représailles dans la capitale.

 

Il se faisait appeler Bigman. Youssouf Malinga, le chef de l'un des groupes d'autodéfense du PK5, l'enclave à majorité musulmane de Bangui, a été abattu, mardi après-midi par les Forces de sécurité intérieure centrafricaines.

 

Dans une opération conjointe avec la Minusca, la force onusienne en présence, les forces de l'ordre devaient interpeller ce chef de groupe armé.

 

Mais selon Jean-Serge Bokassa, le ministre de la Sécurité publique, Bigman n'a pas laissé le choix à ses hommes. « L'objectif c'était de l'arrêter, de procéder à son arrestation, affirme-t-il. Il se trouve que ce dernier ne s'est pas laissé faire, a ouvert le feu sur nos positions et il en résulte que ce dernier, à défaut de pouvoir être appréhendé vivant, a été exécuté. »

 

Au kilomètre 5, plusieurs personnes affirment que celui-ci n'était pas armé lors de l'arrivée des forces de l'ordre et qu'il a été exécuté sans autre forme de procès.

 

Peu apprécié dans le quartier, Bigman avait récupéré, en novembre dernier, la succession de celui que l'on appelait 50/50, tué à la suite de combats avec un autre groupe d'autodéfense du PK5.

 

Mardi soir, le quartier était calme, mais toujours sous tension. Le ministère de la Sécurité publique appelle les populations au calme alors que la mort de ce leader peut faire craindre des représailles, notamment dans les quartiers voisins.

 

 

Centrafrique: 4 morts dans des violences à Bangui

 

08/02/17 (AFP)

 

Des affrontements entre des hommes armés et les forces de sécurité qui tentaient d'interpeller un "chef de groupe d'auto-défense" ont fait quatre morts mardi à Bangui dans le quartier du PK-5, épicentre des violences intercommnautaires dans la capitale centrafricaine, a-t-on appris mercredi auprès de la police centrafricaine.

 

De source policière, "un chef de groupe d'autodéfense connu sous le sobriquet de +Big Man+, impliqué dans de nombreuses exactions a fait l'objet d'une interpellation par les forces de sécurité intérieures appuyées par la force de la Minusca (Casques bleus). Big Man et ses éléments ont opposé une résistance. Une fusillade a éclaté et le chef a été neutralisé ainsi que deux de ses hommes".

 

"Des tirs tantôt rapprochés ou sporadiques ont été entendus durant la fin d'après-midi jusqu'à la nuit tombante. Les hommes de Big Man ont lancé des représailles contre la paroisse Saint Mathias et une église apostolique dont les membres ont été encerclés", selon la même source.

 

Un pasteur de l'église apostolique venu demander aux croyants de quitter les lieux, a été pris à partie et poignardé mortellement, selon un membre de sa famille. La victime, Jean-Paul Sankagui, avait été conseiller en communication à la Primature auprès de l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé (2001-2003).

 

"Le pasteur de mon église au PK-5, Jean-Paul Sankagui, a été assassiné et l'église brûlée", a confirmé à l'AFP Lazare Ndjadder du Collectif 236 KM5, une association militant pour la paix.

 

Aucun bilan officiel n'était encore établi. Toutefois, selon la police, "les éléments de la Minusca ont circonscrit la zone de la fusillade et ont réussi à contenir les velléités des hommes de Big Man".

 

Le 3 février, le président Faustin-Archange Touadéra avait averti qu'un plan "visant à réduire les malfaiteurs était en cours". Big Man avait pris la place d'un autre chef, tué l'an dernier dans une rixe entre groupes armés rivaux du PK-5.

 

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, peine à se relever du conflit provoqué en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par la rébellion Séléka, à dominante musulmane. La contre-offensive des anti-balaka majoritairement chrétiens a provoqué des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

 

L'intervention de la France et des Nations unies a ensuite permis la fin des massacres de masse, l'élection d'un nouveau président et le retour d'un calme relatif dans Bangui. Mais des groupes armés maintiennent une insécurité permanente dans plusieurs régions du pays.

 

 

RCA: fusillade lors de l'arrestation du chef de milice Youssouf Sy

 

08/02/17 (BBC)

 

Une opération conjointe forces de sécurité intérieure et Minusca pour interpeller un chef de milice a mal tourné. Le nommé Youssouf Sy alias Big man et deux de ses acolytes, réputés entretenir l'insécurité au PK5 depuis la disparition du chef de guerre 50/50, ont été neutralisés. Selon la police, l'homme recherché a été abattu après avoir tenté d'ouvrir le feu sur les forces de sécurité intérieure.

 

Son arrestation a donné lieu à une scène de fusillades au PK5 en fin de journée mardi. La scène s'est déroulée à la hauteur de la Mosquée centrale en plein cœur de l'enclave musulmane de PK5. Tirs à l'arme lourde et de petits calibres. La tension est vite montée dans ce secteur qui peine à retrouver la stabilité.

 

Le chef de milice Youssouf Sy encore appelé le nouvel homme fort de PK5 était fortement recherché par les forces de sécurité intérieure, Gendarmerie et Police. Il multipliait des actes de provocations ces deux derniers mois dans le secteur.

 

Lui et ses hommes avaient empêché à deux reprises une visite du cardinal Dieudonné Nzapalaïnga dans le cadre de la réouverture d'une école maternelle dans l'enceinte de l'église catholique St Matthias de PK5.

 

Ils ont aussi organisé récemment le braquage d'une équipe de reporters de la BBC dans ce même quartier. Un braquage au cours duquel ils ont saisi du matériel de reportage, un véhicule et une importante somme d'argent.

 

La mort du chef de milice a été suivie d'actes de représailles dans la zone. L'église catholique St Matthias proche de son domicile et une église apostolique logée à l'intérieure du pk5 ont été incendiées par les proches de Youssouf Sy. Le pasteur de l'église apostolique qui est en même temps un cadre du Haut Conseil de la Communication, a été tué sur le champ.

 

 

Centrafrique: L'arrestation d'un chef milicien débouche sur une fusillade au pk5

 

© koaci.com-Mercredi 8 février 2017- L’arrestation de Youssouf Sy, présenté comme un chef milicien, a débouché hier sur une fusillade au pk 5 qui a causé au moins un mort.



Fortement recherché par les forces de sécurité centrafricaines, le chef de milice Youssouf Sy encore appelé Big Man et présenté comme l’homme fort du PK5, a été tué hier, alors que la police tentait de l’arrêter et qu’il a dégainé son arme.



Youssouf Sy était en compagnie de deux de ses hommes de main, lorsque les forces de sécurité ont tenté de l’interpeller.



L’opération menée conjointement par la Minusca et les forces de sécurités centrafricaines, n’a pas été du goût des partisans de Youssouf Sy. Ce dernier a été abattu après avoir tenté d’ouvrir le feu sur les forces de sécurité.



Armés de fusils de petits calibres, les partisans de Youssouf Sy, ont ouvert le feu, sur les bâtiments du PK5.



Les coups de feu ont été entendus pendant plusieurs dizaines de minutes, aux environ de la mosquée du PK5.



En guise de représailles, une église catholique et une chapelle apostolique, ont été incendiées par les partisans de Youssouf Sy, qui ont tué le pasteur apostolique.



Youssouf Sy était accusé d’entretenir l’insécurité depuis la mort du chef de guerre 50/50. Il lui était reproché de multiplier des actes de banditisme.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com