Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 21:57
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : La crise centrafricaine durablement ressentie au Tchad

 

PAR RJDH LE 3 JANVIER 2017

 

BANGUI, 3 janvier 2017 (RJDH)–Le Chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby a rencontré sa majorité le 26 décembre. Dans son discours dont il aurait refusé la diffusion dans les médias, mais qui a fuité selon RFI, ldriss Déby a souligné que l’instabilité provoquée par Boko-Haram au Nord Cameroun, au Nigeria…, et aussi la crise militaro-politique en Centrafrique a privé le Tchad de devises pour faire face à ses besoins régaliens. Il a annoncé des mesures drastiques pour surmonter la crise économique que vit le Tchad, rapporte RFI.

 

« Aux grands maux, les grands remèdes », dit-on toujours. Pour juguler la crise économique tchadienne, le Président Déby a annoncé des mesures fortes et a indiquer ses causes.

 

Devant les délégués de la majorité présidentielle, le Chef de l’Eta tchadien a présenté les causes de la crise économique qui frappe son pays. Il a d’abord évoqué l’effondrement du prix du baril du pétrole, et aussi l’insécurité régionale qui a un effet dévastateur sur l’économie tchadienne, elle lui a fait perdre d’importantes rentrées d’argent. « La chute du prix du pétrole mais aussi la difficulté, pour le Tchad, à exporter son bétail vers le Nigeria, la Libye et la Centrafrique, à cause notamment de l’insécurité », a rapporté RFI. Le N°1 tchadien a qualifié cela de « pertes de ressources ».

 

Selon financialafrik.com, le Tchad compte près de « 94 millions de têtes de bétails » a précisé le Ministère de l’élevage le 08 janvier 2016. L’élevage est la deuxième source de revenus du pays après le pétrole et sa part dans le PIB national est de 53% et fait vivre environ 40% de la population. Dans les échanges, il représente 30% des exportations, soit 37,5 milliards FCFA en 2014 », a encore indiqué le journal financier.

 

En Centrafrique, les couloirs de transhumance sont contrôlés par les mouvements armés (ex-Séléka et Anti-Balaka) et sont aussi sources de conflits entre ces groupes précités.

 

L’exportation des bœufs du Tchad vers la Centrafrique pose toujours problèmes à cause du mouvement des groupes armés. Aussi, la frontière Tchad-Centrafrique a été fermée par le président tchadien suite aux crises dans le pays. /

 

Fleury Agou pour RJDH

 

 

Centrafrique : Les premiers vœux de Touadera à la Nation

 

PAR JEAN FERNAND KOENA LE 2 JANVIER 2017

 

BANGUI, 2 Janvier 2017 (RJDH)—Le Président Faustin Archange Touadera a fait le traditionnel discours des vœux à la Nation le 31 décembre. Il a mis l’action sur la diplomatie centrafricaine pour obtenir la levée de l’embargo sur les armes et a salué le travail de l’EUTM sans faire des annonces majeures.

 

Faustin Archange Touadera reste optimiste sur l’année 2017. Dans son discours, il a déclaré que « des progrès enregistrés à ce jour nous donnent la raison d’espérer. L’année 2017 qui s’ouvre dans quelques heures est pleine d’espérance, mais aussi des défis. Elle est pleine d’espérance car elle nous offre l’occasion de tourner résolument la page de la grave crise et de projeter en perspectives ».

 

Il a appelé les centrafricains à plus de travail, gage du développement. « Je vous exhorte vous tous, mes compatriotes, au travail, à respecter les horaires de travail et à épouser l’esprit de résultats. C’est de cette manière que nous gagnerons le pari de relèvement économique et de consolidation de la paix, avec le soutien de la communauté internationale », a-t-il martelé.

 

Il a en outre averti les centrafricains sur les grands types de menace à savoir celle de la LRA, le pillage des ressources et d’autre part, l’épineuse question de Boko-Haram. Il est revenu sur la rupture prônée pour imprimer sa marque de gouvernance.

 

Cependant, Faustin Archange Touadera n’a pas abordé de fond en comble la question humanitaire quelque jour après « l’opération Noël à la maison ». Si le Président Faustin Archange Touadera est rassuré de la capacité du centrafricain à la résilience, la problématique du DDRR n’a pas trouvé des annonces encore moins de chronogramme précis.

 

Il a insisté sur le recrutement de 250 policiers et gendarmes pour renforcer les forces intérieures y compris la mise en place des institutions prévues par la Constitution. Ces annonces du Chef de l’Etat intervient quelque jour après le vote du budget national dans un contexte monétaire difficile.

 

 

Centrafrique: Timide reprise des activités après la fête du nouvel an

 

PAR SANDRINE MBAGNA LE 2 JANVIER 2017

 

BABOUA, 02 janvier 2017 (RJDH)—Après la célébration de la fête du nouvel an, les activités ont timidement repris ce lundi 02 janvier 2017 dans les administrations publiques et privées de la ville de Bangui. Certains commerçants sont présents mais la circulation n’est pas fluide comme dans les deux derniers jours. Beaucoup de personnes ont cru que ce jour est férié.

 

D’après le constat fait par le RJDH ce matin, la ville est calme et la circulation n’est pas fluide comme d’habitude au niveau de centre-ville. Certains commerçants ont ouvert leurs boutiques, le marché central n’est pas mouvementé comme au quotidien.

 

Certains bureaux admiratifs sont ouverts et avec une faible présence de personnels.

 

Gérard Parry Ngouamatou, directeur des ressources humaines au ministère de l’environnement et du développement durable, des Eaux et forêts, chasses et pêches a expliqué que la journée du 2 janvier n’est pas décrété jour férié. « Le ministre de la fonction publique avait publié un communiqué dans les médias, appelant les fonctionnaires à se rendre au travail le 26 décembre et le 02 janvier », a-t-il rappelé.

 

Il a aussi noté que dans son Département, le personnel a répondu à l’appel. Jospin Mbongo-Ngougnon, secrétaire chef du parquet de Bangui, a profité de notre micro pour exhorter les centrafricains à la prise de conscience. Pour lui, « l’heure n’est pas à la fainéantise, mettons-nous travail afin de bâtir un Centrafrique nouveau. La fête c’est samedi et dimanche et habituellement à ces jours, nous sommes à la maison et le lundi on reprend le travail. C’est exactement le même cas, nous devons prendre conscience car la destinée de notre pays est entre nos mains », a-t-il dit.

 

Les Centrafricains ont accueilli l’année 2017 dans une ambiance festive, contrairement aux quatre dernières années de troubles qui ont secoué le pays. Beaucoup des centrafricains souhaitent que l’année 2017 apporte la paix au pays.

 

Timide reprise aussi dans les provinces

 

A Bozoum dans la préfecture de l’Ouham-Pende, on note une timide reprise des activités, les forces de maintien de l’ordre et les commerces sont opérationnels. L’administration est fermée, les débits de boissons aussi. Sinon, on a constaté une rareté de ses produits, a rapporté le correspondant, du RJDH dans la région.

 

La ville de Nzako a été quant à elle endeuillée. On a enregistré trois cas de mortalité suite à des tirs d’armes lourdes et légères par des inconnus armés, le 31 décembre dernier. Une timide reprise des activités a été constatée ce matin du 02 janvier, a fait savoir notre correspondant dans la localité.

 

A Kaga-Bandoro, un incident a aussi fait 1 mort plus 4 blessés selon la Minusca. Deux hommes armés sur une moto ont tiré sur les jeunes du Scoutisme.

 

A Bambari, c’est aussi un calme relatif ce lundi 02 janvier. Tous les services administratifs et les commerces fonctionnent. Aucun incident n’a été déploré parmi la population.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com