Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 23:39
 L’AMERIQUE DE DONALD TRUMP ET NOUS  par David KOULAYOM-MASSEYO

 

                                         

 

     Depuis la doctrine Monroe « l’Amérique aux Américains » déclinée devant le Congrès le 2 Décembre 1823 en passant par le prix Nobel de la paix Barack Obama, l’Amérique d’est toujours mêlée des affaires du monde .  Alors, quand le président élu Donald Trump reprend ce poncif éculé, faut-il en rire ou bien en pleurer ? De quoi Donald Trump est-il le nom en définitive ?

 

       I . Donald Trump : ses rednecks et sa ploutocratie

 

   Le long, compliqué et onéreux système des grands électeurs américains a permis l’élection de Donald Trump au détriment d’Hilary Clinton qui a totalisé deux millions et demi d’électeurs de plus . Ainsi l’homme des rednecks, bouseux et péquenots, bref des « petits blancs » starisé par la téléréalité va diriger pendant quatre ans non seulement à la destinée de la seule Amérique, mais aussi aux destinées du monde . Mais Donald Trump est également l’homme de la ploutocratie américaine ( riches pétroliers, complexe militaro-industriel, banques d’affaires, fonds d’investissements…) . Il se targue d’avoir le gouvernement au quotient intellectuel (QI) le plus élevé …Le gouvernement le plus riche, c’est certain, mais le plus intelligent, cela reste à démontrer .

 

   Il entre à la maison blanche avec 40% de taux de satisfaction, soit à peine la moitié de celui de Barack Obama il y a huit ans . Cela ne devrait-il pas le rendre modeste et moins arrogant ? Non car le goujat ne sait pas se retenir : en lieu et place des mots de remerciements traditionnels à ses électeurs et devant tous les anciens présidents réunis, il a ressassé ses vieux slogans clivants en promettant de détricoter tout ce que le gouvernement Obama a mis en place . Chasser le naturel, il revient au galop .

 

    Quatre ans peuvent paraître longs, cela passe vite .  Et à Rome, la roche tarpéienne est proche du Capitole . Dans un monde mondialisé où même dans un désert on vous vend du Coca Cola, Trump et son gouvernement feraient mieux d’y réfléchir à deux fois avant d’insulter le reste du monde .

 

    Quelqu’un peut-il expliquer à Donald Trump que pour les Mexicains en particulier et les hispaniques en général, aller au Nouveau Mexique, en Arizona ou en Californie correspond à rentrer au bercail ? Décidément, la science de Trump est sans conscience et risque de ruiner son âme …

 

     II . Des raisons d’espérer

 

   Dans un pays où le paraître est important ( Trump est un ancien animateur de télévision ), ne pas réussir à dégoter une seule et vraie caution artistique, intellectuelle est déjà une première victoire du pays qui abrite Yale, Harvard, le MIT et Stanford .

 

    D’autre part, il est bon, sain et réconfortant de voir l’autre Amérique, celle qui n’a pas voté Trump, sortir massivement pour protester : Femmes que Donald attrapait par la chatte, Noirs qu’il méprise et ne veut pas loger dans ses immeubles, Hispaniques qu’il veut rejeter par delà le mur ( de la honte) après les avoir exploités, Homosexuels honnis, pauvres qu’il exècre etc . Comment gouverner en jetant l’opprobre sur plus de la moitié de la population ? S’entourer d’hommes qui n’ont que le nom de Dieu à la bouche et qui méprisent autant leurs semblables est une gageure à la Trump .

 

    La Chine a purement et simplement boycotté la cérémonie d’investiture de Donald Trump . Il est difficile en effet d’accepter de se laisser insulter, surtout quand l’insulteur en chef ne peut tenir en place sans vos bons du trésor ! Cet homme n’a même pas la reconnaissance du ventre . Attention à la gueule de bois après l’ivresse !

 

    Prosaïquement, l’Amérique Trumpée peut toujours compliquer la vie de  ses propres concitoyens par des mesures vexatoires, mesquines, tatillonnes et financières . Quant aux étrangers basanés et pauvres, ils auront plus de difficultés à obtenir des visas, des green cards….il n’empêche que l’Amérique, malgré ses ressources ne peut se replier sur elle-même . L’économie américaine, grosse consommatrice de matières premières, notamment fossiles aura besoin des énormes potentialités du continent africain ( pétrole du Nigéria, de l’Angola, charbon et gaz du Mozambique, minerais du Congo…) et des autres continents . Quand on veut pratiquer l’isolationnisme, on ne nomme pas au département d’Etat l’ancien patron d’Exxon Mobil .

 

    Je n’aimerais pas être à la place de Trump qui a fini par entrer à la maison blanche par effraction à force de démagogie, de slogans à relents racistes, xénophobes et qui doit maintenant gérer ses propres contradictions .

 

     L’Amérique aux Américains ? Allons donc ! Dans ce cas, Trump et ses semblables devront quitter cette terre qui reviendra de droit aux Navajos, aux Cheyennes, aux Dakota et autres Sioux .

 

En France avec un certain Sarkozy, cette storytelling a duré cinq ans . Mais la parole raciste et xénophobe libérée n’a jamais tenu lieu de programme . Au bout de cinq ans, les Français ont renvoyé Sarkozy à ses chères études .

 

   Combien de temps, Trump tiendra-t-il aux Etats-Unis d’Amérique ?

 

                                                                    Le 25 Janvier 2017

                                                                    David KOULAYOM-MASSEYO .

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com