Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 19:52
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Le conseil de Jean Francis Bozizé confirme sa réintégration dans l’Armée par le Chef de l’Etat

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 16 DÉCEMBRE 2016

 

BANGUI, 16 Décembre 2016 (RJDH) — Après son retour d’exil à Bangui, l’ancien ministre délégué à la Défense nationale, Jean Francis Bozizé est réintégré dans les Forces Armées Centrafricaines (FACA) par le président Faustin Archange Touadera. L’information a été confirmée au RJDH par le conseil de celui-ci lors d’une conférence de presse animée ce 16 décembre à Bangui.

 

Ces derniers temps, des informations publiées par certains blogs affirment que le Colonel Jean Francis Bozizé a été rétabli dans l’Armée Centrafricaine. Pour clarifier l’opinion nationale, son conseil a organisé une conférence de presse pour confirmer sa réintégration dans l’Armé.

 

Le Conseil de Jean Francis Bozizé composé de Me Henri Pouzere et Jean Louis Opalagna a précisé que cette « décision du Chef de l’Etat est conforme à la Constitution ».

 

Ses avocats envisagent une action en nullité dans les procédures visant leur client commun. « Nous envisageons sérieusement solliciter la levée des conditions de mise en liberté sous contrôle judiciaire ainsi que la nullité de la procédure d’information judiciaire ouverte contre lui pour violation des droits de la défense », a indiqué Me Louis Opalagna.

 

Jean Francis Bozizé a été arrêté en août 2016 immédiatement après son retour à Bangui en vertu d’une sanction de l’ONU contre lui, son père, l’ancien Président François Bozizé et plusieurs chefs rebelles centrafricains.

 

 

Centrafrique : Lancement des travaux de reconstruction du Pont Sapéké

 

http://rjdh.org/ PAR NOURA OUALOT LE 16 DÉCEMBRE 2016

 

BANGUI, 16 décembre 2016 (RJDH) — Le Président de la RCA, Faustin Archange Touadera a procédé ce matin à la pose de la première pierre du pont Sapéké qui symbolise le lancement de ses travaux. Cette reconstruction est financée par la République Populaire de Chine.

 

Cinq ans après son écroulement qui a rendu très difficile la circulation sur l’Avenue David Dacko, la cérémonie officielle marquant le lancement des travaux du pont Sapéké a eu lieu ce 16 novembre en présence des membres du Gouvernement, la délégation chinoise, le Maire de Bangui, Emile Gros Raymond Nakombo et les chefs de groupes du 2e et 6e arrondissement.

 

Le lancement des travaux du pont est salué par les administrés de ces arrondissements. Bertrand Laguéré, chef du quartier Sapéké 2 est très satisfait, il a demandé aux jeunes de la localité d’être vigilants. Selon lui, «c’est depuis longtemps que nous attendons la reconstruction de ce pont. Je suis sûr qu’il y’aura réalisation. Et j’exhorte les jeunes des 6ème et 2ème arrondissements à plus de vigilance, qu’ils veillent sur les travaux jusqu’à terme ».

 

Ce pont aura une longueur de 30 mètres et une largeur de 15 mètres. Dans la présentation de l’infrastructure, le ministre des transports, de l’aviation civile et du désenclavement, Théodore Jousso a indiqué que le pont « comprendra deux voies de circulation et deux trottoirs de 2 mètres et demi chacun. La super structure du pont sera en poudre quinsson et en béton précontraint. Ses fondations profondes seront en pieux ». Il a ajouté que « ce pont reconstruit favorisera et consolidera le mieux vivre ensemble et la cohésion nationale ».

 

Le pont de Sapéké sera reconstruit par l’entreprise chinoise Jong Jin, son délai d’exécution est fixé à 13 mois. Le coût total de la reconstruction s’élève à environ 5 milliards de FCFA. Un comité est mis en place pour recruter les jeunes des 2ème et 6ème arrondissements pour la main d’œuvre des travaux

 

 

Centrafrique : L’ex Présidente Centrafricaine C. Samba-Panza supervise les élections législatives au compte de l’UA en Côte d’Ivoire

 

http://rjdh.org/ PAR RJDH LE 16 DÉCEMBRE 2016

 

BANGUI, 16 décembre 2016 (RJDH)–Après avoir dirigé la Transition en Centrafrique, l’ancienne Présidente Catherine Samba-Panza met son expérience au service de l’Union Africaine. L’institution régionale l’a mandatée pour présider sa mission d’observations des élections législatives de dimanche 18 décembre 2016 en Côte d’Ivoire.

 

Les ivoiriens seront le 18 décembre aux urnes pour élire leurs Députés. Pour la crédibilité de ce suffrage, des organisations régionales envoient des missions pour le superviser. C’est dans ce cadre que l’Union Africaine a mandaté l’ancienne Présidente de la Transition Centrafricaine, Catherine Samba-Panza à Abidjan pour superviser ces élections à leur compte.

 

Arrivée à Abidjan hier, 15 décembre au titre de présidente de la mission d’observations de l’Union Africaine pour les élections législatives, grande était la joie de Mme Catherine Samba-Panza qui effectue pour la première foire cette fonction. Elle a salué la confiance que l’Union Africaine placée en elle en déclarant que « c’est une marque de solidarité dans le cadre du soutien au processus démocratique dans les Etats membres de l’union Africaine », a indiqué www.abidjan.net.

 

Dans la même journée, l’ancien N°1 centrafricain a été reçu par le Président de la Commission Electorale Indépendante, Youssouf Bakayoko au siège de la CEI à Abidjan. Youssouf Bakayoko a souligné que « tout est mis en œuvre pour que ce scrutin soit un succès à l’image de l’élection présidentielle et du Référendum », lit-on sur le même site.

 

Cette déclaration du président de la CEI ivoirienne a « rassuré » Mme Catherine Samba-Panza, chef de la délégation de l’UA. Pour elle, « au regard des informations que nous avons reçues depuis notre arrivée, nous pensons que le travail effectué par la CEI est apprécié des partis. Nous connaissons vos défis, nous connaissons vos challenges et nous connaissons surtout la volonté de uns et des autres de faire avancer le processus », a-t-elle souhaité.

 

Plus de 1300 candidats sont en lice pour briguer les 255 sièges de l’Assemblée Nationale ivoirienne. Selon le Code électoral, le scrutin est à tour unique : le candidat qui a plus de voix est déclaré élu. Les enjeux du suffrage est grand pour les partis politiques. La majorité présidentielle regroupée dans le Rassemblement des houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) est divisée tout comme le FPI de l’ancien Président Laurent Gbagbo.

 

Catherine Samba-Panza a dirigé la Transition en République Centrafricaine du 23 janvier 2014 au 30 Mars 2016. Elle s’inscrit dans la droite ligne des anciens Chefs d’Etat africains qui après la fin de leur mandat sont au service de l’UA, notamment, l’ancien Président malien, Alpha Omar Konaré, le guinéen, Sékouba Konaté, Pierre Buyoya du Burundi, …

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com