Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 18:55
ALLOCUTION D’OUVERTURE DU CONCLAVE DU MLPC PAR SON PRESIDENT MARTIN ZIGUELE

 

 

 

Chers Camarades


- Conseillers Politiques Nationaux
- Membres du Bureau Politique du Parti
- Membres de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage
- Membres du Comité des Sages
- Membres des Bureaux Nationaux MLFC et MLJC
- Responsables Fédéraux

 

L’engagement résolu qui caractérise le militant du MLPC a permis à plusieurs d’entre nous de braver, parfois au péril de leur vie, de nombreux obstacles d’Est à l’Ouest, du Nord au Sud pour répondre présent à l’invitation du Bureau Politique pour être présent là où se détermine la vie du Parti, je veux parler du présent Conclave.


Comme vous pouvez le constater avec moi, il y a de nombreux et remarquables absents qui auraient pu être des nôtres en ce moment précis où le parti sonne le rassemblement de tous ses vaillants militants.


Quelques temps avant mais aussi pendant et bien après les éprouvantes campagnes électorales, notre parti continue d’être durement frappé par le décès successif de plusieurs de ses valeureux militants, comme si ce triste sort attendait le moment ces grands enjeux pour se liguer avec nos ennemis et attaquer dans nos rangs.


Aussi, pour tous ces camarades défunts et afin d’être tout en esprit avec eux pendant la durée de nos travaux, je vous demande de vous lever et d’observer une minute de silence en leur mémoire. ………………….Je vous remercie.


Chers Camarades,


L’heure n’est pas au discours. Le Bureau Politique a jugé impératif et urgent de convoquer le présent conclave pour deux raisons essentielles à savoir :


- Evaluer sans complaisance les causes de nos échecs aux dernières élections ;


- Relancer de façon vigoureuse les activités du Parti en vue des enjeux à venir en tenant compte des leçons apprises de ces élections.


Le revers que notre Parti a essuyé lors des dernières élections est sans précédent. Il interpelle la conscience politique de chaque militante et de chaque militant du MLPC pour rechercher sans complaisance et sans passion ses causes en vue d’affronter avec efficacité les combats futurs.


Camarades,
 

C’est cette perspective qui, comme vous devez vous en douter, sert de trame de fond à la vaste campagne de dénigrement médiatique de la part de ceux dont le rêve secret, le dessein inavoué est l’affaiblissement de notre Parti, sa division et son asservissement.


Il y a lieu de rappeler, s’il en était encore besoin, que notre Parti est le fruit d’un engagement déterminé et téméraire de ceux qui l’ont créé, d’un militantisme convaincu et forcené de ceux dont l’action résolue et quotidienne le maintien en vie dans son combat pour la libération et le bien-être du Peuple Centrafricain. De ce point de vue, nous pourrons nous satisfaire de ce que notre Parti ne s’est jamais trompé de combat et d’adversaires. Militer est une œuvre de longue haleine. Il faut s’y préparer surtout moralement et physiquement.
 

Camarades,


Les résultats obtenus par notre Parti, tant pour la présidentielle que pour les législatives, sont loin d’être ceux escomptés par nos militants et nos compatriotes.


C’est ici le lieu de reconnaître que le MLPC, son Président et ses candidats à la députation avaient été désignés à la vindicte populaire par ceux-là mêmes qui n’osent pas l’affronter de façon loyale courageuse en agissant contre nous encagoulés. Seuls contre tous, nous étions les victimes à abattre sans foi ni loi.


Accusé d’avoir soutenu, financé et conduit Séléka jusqu’à Bangui pour renverser le Président François Bozizé et semer le chaos, notre Parti n’a pas su par sa communication démonter cet éhonté et grossier mensonge.


Peint et présenté de cette façon, nous sommes apparus comme l’ennemi public numéro un, l’empêcheur de tourner rond contre lequel il faut dresser le peuple centrafricain.


C’est dans cette ambiance que nous avons abordé les campagnes électorales, en mettant de notre côté la bonne foi, la loyauté de nos adversaires, la lucidité des électeurs, etc. C’était sans compter avec la détermination de certains de nos adversaires à l’origine de cette campagne et pour qui l’objectif inavoué de nous écarter de la scène politique, de déstabiliser notre parti, de tricher et d’opérer un hold up sur les résultats des élections était sous estimée et plus forte que tout.


Bien que les élections sont achevées et leurs résultats connus, force est de constater malheureusement que les commanditaires ainsi que les exécutants de cette sordide campagne de dénigrement entendent la poursuivre, preuve que leur objectif n’est pas encore atteint parce que notre parti est resté debout.


Si tant est que l’argumentaire de leur campagne de désinformation était avéré et que notre parti avait effectivement servi de mentor à la Séléka, la logique aurait voulu que lorsque celle-ci a quitté le pouvoir en janvier 2014, notre pays retrouvât la paix et la sécurité.


La persistance de l’insécurité par des acteurs clairement identifiés qui n’hésitent plus à opérer à visage découvert et à revendiquer les actes criminels perpétrés contre des populations civiles non belligérantes aussi graves les uns que les autres assène à nos détracteurs la preuve de notre innocence, tout comme le fait de ne pas figurer sur les listes des criminels épinglés par les Nations Unies ou la CPI.


Un autre motif de la persécution dont notre parti fait l’objet est le soutien apporté au candidat Faustin Archange TOUADERA au second tour de l’élection présidentielle et qui lui a permis de gagner.


Le soutien à un candidat est la possibilité laissée à tout électeur ou groupe d’électeurs de voter pour le candidat de son choix sur la base des critères propres. Et le MLPC a fait son choix dans le seul intérêt du peuple centrafricain.
 

Chers Camarades


- Conseillers Politiques Nationaux
- Membres du Bureau Politique du Parti
- Membres de la Commission de Contrôle et d’Arbitrage
- Membres du Comité des Sages
- Membres des Bureaux Nationaux MLFC et MLJC
- Responsables Fédéraux


Les rideaux sont maintenant définitivement tombés sur les élections de 2015 et 2016. Le seul combat qui vaille dorénavant reste celui au terme duquel la paix, la sécurité, le bien-être et le développement seront assurés au peuple centrafricain. Rien ne pourra détourner notre parti de ce noble objectif.


Les divergences s’il y en a ne porteront que sur les idées, les propositions de solution et les méthodes. Jamais sur les hommes et par la calomnie et le dénigrement.


Mais avant d’engager ce combat au noble objectif comme je l’ai dit tantôt, il convient de tirer les leçons de la participation de notre parti et de nos candidats aux dernières élections.


C’est une démarche d’analyse et de déduction dont l’objectif final est la relance vigoureuse des activités du parti par des militants qui seront conquis à un changement radical de comportement et dont les campagnes de haine et de calomnie menée par des concurrents en mal de militantisme doivent constituer le catalyseur.


Si jusqu’ici nous avons surtout pensé et dit à juste titre que notre malheur vient des autres, c’est le lieu et l’occasion de reconnaître que nos détracteurs et nos traîtres sont également dans nos rangs et partagent avec nous les maigres fruits de nos efforts.


Il est inutile de dire que sans leur travail contre productif, la moisson aura été abondante et bénéfique pour tous.
 

Camarades,


C’est par notre attitude que notre parti est devenu victime de la traitrise de certains de nos camarades d’hier et d’aujourd’hui et que son Président est la victime expiatoire qu’on recherche partout comme Jésus Christ, pour lui faire porter la croix de tout le monde.
Malheureusement, je ne suis pas Jésus Christ mais plutôt un militant qui comme vous, se bat aux côtés du peuple centrafricain pour son bien-être d’une part et la survie du parti d’autre part.


Je voudrais vous rappeler à ce propos qu’il ne faut ni se tromper de combat ni d’adversaire en nous laissant guider en tout et partout que par l’amour pour notre patrie, l’amour pour nos compatriotes, l’amour pour la paix et le développement de la République Centrafricaine dont les cris du peuple nous interpellent tous chaque jour.


Camarades,


Nous nous sommes retranchés ici pour réfléchir sur des thématiques dont les conclusions sont porteuses d’un nouvel élan pour notre parti.


Je vous exhorte à vous livrer à des analyses et à des critiques sans complaisance, sans tabou ni langue de bois, de tout ce que vous aurez constaté comme étant à l’origine des dysfonctionnements des organes du parti et des mauvais résultats de ses candidats à l’issue des dernières élections. Mais cela doit se faire en toute camaraderie dans le respect du sacro saint principe de la critique et de l’autocritique consacré dans nos textes de base et qui nous a toujours caractérisés. Nous sommes entre camarades après tout.


C’est à cette condition que jaillira la lumière qui guidera les pas des militants pour le raffermissement du parti avant les combats à venir.


Sur ce, je déclare ouverts les travaux du conclave post-électoral du MLPC.


Vigilance, vigilance, vigilance Camarades.


Je vous remercie.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com