Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 18:04
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Le groupe parlementaire URCA accuse le pouvoir de créer un climat délétère

 

http://rjdh.org/  PAR JEAN FERNAND KOENA LE 12 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 12 Novembre 2016 (RJDH) —- Le groupe parlementaire du premier parti d’opposition, l’URCA a accusé le gouvernement qui soupçonne leur président, Anicet Georges Dologuelé d’intelligence avec le Chef d’Etat d’un pays voisin dans le but de renverser le régime de Bangui. Position exprimée par André Nalké Dorogo, vice-président de l’URCA ce 11 novembre.

 

Dans sa mission de contrôle de l’exécutif, le Parlement a interpellé ce 11 novembre, le Ministre de la Sécurité publique et celui de la Justice suite à la ville morte qui a endeuillé des familles et paralysé la capitale centrafricaine le 24 octobre dernier.

 

Profitant de la présence des deux ministres, le groupe parlementaire de l’Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA) a dénoncé l’attitude du gouvernement qui l’accuse d’intelligence avec les groupes armés.

 

En réponse à ces accusations de complicité formulé par le pouvoir, André Nalké Dorogo, vice-président de l’URCA a déclaré que « les ennemis de la Nation sont connus, ils ne se cachent pas et se réunissent au vu et au su du gouvernement. Ils annoncent ce qu’ils vont faire, ils font ce qu’ils ont annoncé. Certains sont en relation avec le Chef de l’Etat qui les reçoit et dit-on qui leur remettra de l’argent » avant de qualifier l’arrestation de Gervais Lakosso et Marcel Mokwapi d’ « inopportune ». Il s’est interrogé « si l’arrestation des leaders de la société civile permettra au gouvernement d’identifier ceux qui ont tiré sur la population ?»

 

Face aux critiques, le ministre de la Sécurité publique a encouragé le Parlement à l’action efficace « à procéder à des investigations au-delà d’une interpellation, pourquoi  pas la mise en place d’une commission parlementaire » a-t-il suggéré.

 

La prise de position du groupe parlementaire URCA intervient après l’annonce d’une tentative du coup d’Etat par le Chef de l’Etat lors de sa rencontre avec les forces vives de la nation au lendemain de la ville morte du 24 Octobre 2016. Rencontre à l’issue de laquelle Faustin Archange Touadera a sollicité l’union sacrée. C’est la deuxième en l’espace de 7 mois d’exercice.

 

 

Centrafrique : Le gouvernement encourage la création d’entreprises

 

http://rjdh.org/  PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 12 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 12 Novembre 2016 (RJDH) —  Le ministère de la justice en partenariat avec l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont procédé du 9 au 11 novembre à Bangui, à l’évaluation de la promotion du droit à l’organisation pour l’harmonisation en Afrique des droits des affaires (OHADA) et la relance de la création d’entreprise.

 

La création d’entreprises en Centrafrique s’est  confrontée à des difficultés d’ordre financier. Entre temps, le coût minimum pour la mise en œuvre d’une entreprise s’élève à environ un million de FCFA. Ce montant est revu en baisse avec l’appui de l’OIF. A cent mille francs CFA, une entreprise pourrait se créer désormais en Centrafrique.

 

Arsène Sendé, inspecteur général des services judiciaires au ministère de la justice et droits de l’homme, a énuméré des recommandations proposées par les participants au gouvernement, « la création d’un succursale de banque au sein du guichet afin de faciliter les mouvements des Fonds, l’exonération des chiffres d’affaires, la réduction du montant de la création d’une entreprise à 100.000 FCFA, entre autres, sont autant de suggestions formulées», a fait savoir cette autorité judiciaire.

 

Il déplore que sur 190 pays membres de l’OHADA, la Centrafrique occupe le 185ème rang et sur 53 pays africains, « notre pays est classé à la 49ème place. Nous avons des efforts à déployer afin de relever le défi des affaires, et c’est pourquoi le gouvernement et les partenaires de l’OIF ont pensé qu’il est important de regrouper les acteurs pour proposer des solutions »,a –t-il justifié.

 

Arsène Sendé précise que les textes vont accompagner les acteurs du frein au développement, « des auteurs des fraudes, de la corruption et ceux qui organisent les lenteurs dans le processus des documents, seront traduits à la justice, quel que soit la personnalité de l’individu », a-t-il soutenu.

 

Le développement économique de Centrafrique dépend du relèvement des entreprises, la redynamisation du secteur agricole et de l’élevage.

 

 

Centrafrique : Le Cardinal Dieudonné Nzapalainga au chevet des enfants du km5

 

http://rjdh.org/  PAR JUVENAL KOHEREPEDE LE 12 NOVEMBRE 2016

 

BANGUI, 12 novembre 2016(RJDH) : Le Cardinal Dieudonné Nzapalainga était ce jeudi 10 novembre au Km5 pour faire un don de kits scolaires aux enfants déscolarisés. Le Prélat leur a remis un lot de matériels didactiques et des vivres. Par ce geste, il entend redonner l’espoir à ces enfants victimes de la crise centrafricaine.

 

Depuis la crise militaro-politique, les échanges de tirs d’armes à feu perturbent la scolarité des élèves du Km5. Aussi, la précarité empêche certains de fréquenter l’école. A cela, faut ajouter que des enseignements affectés dans les établissements publics refusent de se rendre à leur lieu de travail, craignant pour leur sécurité.

 

Pour encourager les élèves démunis à parfaire dans de meilleures conditions l’année académique 2016-2017, le plus jeune des Cardinaux nouvellement nommés par le Pape François, l’Archevêque de Bangui, Cardinal Dieudonné Nzapalainga a remis des kits scolaires et des vivres aux élèves du Km5. Ce don est composé de quarante paquets de cahiers de 100 pages, quarante paquets de cahiers de 50 pages, cinquante boites de craie, 25 paquets de cahiers de 32 pages, des douzaines d’ardoises, de crayons ; des sacs de riz, d’huile ou des cartons de sardines.

 

Sur son geste, Cardinal Dieudonné Nzapalainga a justifié qu’«il n’y a des parents qui n’ont pas les moyens pour envoyer leurs enfants à l’école, je viens là pour faire ce geste à ces enfants orphelins, abandonnés, pour qu’ils puissent étudier, demain être infirmiers, des ministres, des députés, c’est mon souhait ».

 

Ce geste est bien accueilli par le conseiller de la Mairie du 3e arrondissement, Abdoulaye Aroufaye, qui a demandé aux parents des élèves de son arrondissement d’envoyer massivement leurs enfants à l’école.

 

Cet appui intervient un mois après celui qui visait les enfants peuls de Yaloké.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com