Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:43
Le président Déby annonce l'organisation d'un sommet régional sur la RCA

 

 

 

French.china.org.cn le 11-11-2016

 

Un sommet des chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) se tiendra d'ici le 30 novembre en vue d'aider la République Centrafricaine à sortir de la crise actuelle, a déclaré jeudi le président tchadien, Idriss Déby Itno.

 

"Nous n'avons pas le droit d'abandonner la République Centrafricaine, mais nous devons tout faire, malgré les contrevérités qui se disent sur le Tchad, pour aider la RCA à renouer avec le dialogue et la paix car l'instabilité en RCA touche directement le Tchad", a déclaré le président Déby.

 

"Il appartient aux frères centrafricains d'être conscients, d'abandonner la voie de la violence pour une vraie réconciliation de cœur", a ajouté le président Déby Itno, par ailleurs président en exercice de l'Union Africaine, après un entretien avec son homologue centrafricain, Faustin Archange Touadera en visite à N'Djamena.

 

Le président Touadéra, quant à lui, a exprimé sa "profonde gratitude" à son homologue tchadien "qui a une riche expérience" en vue de permettre à son pays d'aller vers la consolidation de vivre ensemble.

 

"Le président Idriss Déby Itno nous a toujours prêté une oreille attentive et il a été toujours au chevet de la RCA", a-t-il rappelé, et d'ajouter qu'il est venu demander l'appui de l'Union Africaine pour permettre à la RCA de sortir de la situation de crise actuelle.

 

La Centrafrique peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par des rebelles Séléka, majoritairement musulmans, qui avait entraîné une contre-offensive des milices anti-balaka, majoritairement chrétiens.

 

L'intervention de la force française Sangaris (dont la mission a pris fin octobre) et de la Minusma, la mission onusienne, a mis fin aux massacres, mais n'a pas réussi à stabiliser la situation sécuritaire dans ce pays voisin du Tchad.

 

Des attaques de groupes armés dans plusieurs localités de province, ont ainsi fait plusieurs dizaines de morts ces dernières années.

 

Source: Agence de presse Xinhua

 

 

RCA: Le président se rend au Tchad après le retrait de la mission Sangaris

 

http://sahel-intelligence.com/ Abdelkader LAKHSSASSI 11 novembre 2016

 

Le président de la RCA, Faustin Archange Touadéra était jeudi dans la capitale tchadienne, pour une visite officielle qui intervient dans un contexte de préoccupations sécuritaires régionales exacerbées par le retrait de la Centrafrique des soldats de la mission française Sangaris.

 

Alors que la République Centrafricaine fait face à un regain de violence dans plusieurs régions du pays, le dirigeant centrafricain cherche le soutien du Tchad dans le processus de réconciliation nationale en RCA. Le président tchadien Idriss Déby Itno a été prompt à saluer le courage de son homologue centrafricain qui, a-t-il dit « prend toujours l’initiative de venir à chaque fois consulter le Tchad sur les questions de paix et de sécurité ».

 

Les dirigeants des deux pays voisins se sont d’ailleurs longuement entretenus jeudi, affichant leur satisfaction à l’issue de leurs consultations sur la situation sécuritaire dans la région. Les violences inter-ethniques régulières en RCA ont non seulement dévasté le pays, mais impactent désormais également les pays voisins comme le Tchad.

 

Les observateurs craignent que cette crise sécuritaire ne s’aggrave du fait du retrait progressif des militaires français basés en RCA. La France a en effet officiellement retiré ses contingents du sol centrafricain au début du mois de novembre.

 

Et avec la fin de la mission française Sangaris, les craintes ont redoublé de voir le pays sombrer de nouveau dans le chaos des violences inter-ethniques et inter-religieuses.

 

De nombreuses personnalités politiques centrafricaines avaient critiqué le départ précipité de la force Sangaris, alertant sur le risque  d’aggravation de la situation sécuritaire en RCA. Le président de l’Assemblée nationale centrafricaine Abdoul Karim Meckassoua avait résumé la situation en déclarant, lors d’une séance au parlement: « cette décision intervient dans un contexte plus que préoccupant pour notre pays ».

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com