Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 16:30

 

 


 

Après la guerre fratricide qui a ébranlé notre chère patrie, la République centrafricaine se devrait de reconquérir les attributs liés au statuts d'un Etat. Ainsi avec le soutien de la communauté internationale, l'ordre constitutionnel a été rétabli et un gouvernement a été mis en place pour reconstruire la nation centrafricaine. Cette guerre dévastatrice a produit des effets néfastes sur toutes les couches de la société et les stigmates sont encore parlants. Des attaques sporadiques et récurrentes des groupes armés sur les paisibles populations ont étouffé les efforts déjà limites et insuffisants du gouvernement.

 

Les recettes de l'Etat étant insuffisantes parce que utilisées à d'autre escient, le gouvernement n'a d'autres options que de solliciter les institutions financières internationales pour l'aider par des dons ou prêts pour redresser le pays. C'est ainsi qu'un rendez-vous vital a été fixé au 17 novembre 2016 avec les donateurs sous l'égide de l'Union européenne à Bruxelles. Cette rencontre appelée communément "table ronde "( nous ne savons même pas si la table autour de laquelle se tient cette rencontre est véritablement ronde ) devrait permettre aux nouvelles autorités de mobiliser des fonds si ce n'est des promesses sur la base d'un programme triennal ou quinquennal de reconstruction du pays. Il s'agit d'une opération de séduction menée par le gouvernement centrafricain car les défis à relever sont immenses.

 

En guise de gage de réussite, le Président de la République avait mis en place un comité de pilotage composé de toutes les couches de la société. Ce comité a travaillé méticuleusement pour mettre en place un chronogramme de projets à court, moyen et long terme. Ainsi, nous relevons l'étape préparatoire du programme, l'étape de présentation ou de plaidoirie et l'étape post table ronde. Dans les faits, la phase de tolérance va arriver à échéance, une nouvelle phase va s'ouvrir avec pragmatisme où les effets de la table ronde doivent se ressentir dans le panier de la ménagère. À travers cette table ronde, quelles sont les attentes du peuple centrafricain ? Les enjeux ou les objectifs de cette table ronde de Bruxelles ont été bien expliqués à la population par voie des médias ?

 

Certains pensent que le Président de la République ramènera de l'argent liquide de cet énième voyage. Cette conférence de dernière chance avait toutes les raisons d'aboutir. La Centrafrique partait favori car elle sortait d'une crise militaro-politique, le programme de sortie de crise avait été préparé avec l'appui des représentants de l'ONU et ces derniers ont assisté personnellement aux débats à Bruxelles. Tous ces paramètres constituent un gage pour convaincre les donateurs du bien fondé du programme. A ce titre, l'échec de la table ronde devrait aussi être l'échec de la communauté internationale. À travers ce programme, l'Etat centrafricain doit présenter des garanties nécessaires pour relever la situation, la bonne gouvernance, le rétablissement de la paix, la restauration de l'autorité de l'Etat et surtout le respect des droits de l'homme.

 

Ainsi, nous nous posons légitimement la question de savoir si la libération de Lakosso et Mokwapi n'était pas une manière d'éviter des tâches d'huile sur les documents de la table ronde ? Si tel n'est pas le cas, les charges qui ont permis leur arrestation n'étaient pas suffisantes pour justifier un mandat de dépôt ? Le pouvoir doit faire très attention à l'avenir pour éviter ces genres de dérapages qui risquent de dresser des défenseurs des droits de l'homme sur leur chemin. S'agissant de l'union sacrée, il a fallu attendre qu'une cause commune soit mise en péril pour que l'union sacrée soit effective ? Quel sera le sort de cette union sacrée après Bruxelles ? "L'union fait la force" est un vieux proverbe et aussi la devise de beaucoup de pays occidentaux dont la Belgique. C'est en se réunissant et en associant nos forces qu'on peut lutter et combattre efficacement un fléau.

 

Dans le contexte centrafricain, peut-on parler de l'union sacrée alors que le pouvoir accuse les partis politiques de tentative de coup d'Etat ou de manipulation de la société civile ? Peut-on parler d'union sacrée sur fond de suspicion et de méfiance ? Au nom du prolongement du principe de l'union sacrée, pourquoi ne pas confier la prochaine primature à l'opposition ? Pour notre mathématicien, l'équation de la table ronde est facile à résoudre : des garanties contre des promesses. Cela donnera un nouvel élan au gouvernement déjà essoufflé, lessivé et atteint précocement par l'usure. Il est urgent de mettre en place un nouveau gouvernement qui reflète l'union sacrée. Il faut aussi relever que les investisseurs ont une sale habitude d'imposer un chef de gouvernement comme condition de décaissement de l'argent.

 

Nous avons connu cela par le passé. Une telle formule facilitera t-elle la cohésion et la mise en place de la politique de rupture ? Cela n'ajoutera pas une autre crise à celle déjà existante ? Ce nouveau gouvernement suffira t-il a soufflé un vent nouveau ? Parallèlement aux applaudissements que nous adressons à l'endroit du chef de l'Etat et de son équipe suite au succès de Bruxelles, nous invitons le guide en cas de promesses tenues, de mettre en place un mécanisme de contrôle et de suivi de cette manne, qu'elle soit utilisée à bon escient, en bon père de famille et surtout en pensant à la génération future. Avant de tenir leur promesse, certains bailleurs peuvent avoir la curiosité de poser la question de savoir ce qui différencie ce régime aux précédents. Pour ce faire, nous demandons au chef de l'Etat de veiller pour ne pas que la gestion de la chose publique soit familiale, de renforcer la lutte contre la corruption et l'impunité.

 

D'autres bailleurs vont saupoudrer les financements en nous mettant sous perfusion pour voir notre capacité de relever le défi. Pour finir et à la lecture de tout ce qui précède, nous constatons que les bailleurs nous mettent sous les feux de projecteur et peuvent changer d'avis à tout moment. N'oublions pas qu'il ne s'agit que de promesses et ce n'est pas la première fois que notre pays obtient des promesses non suivies d'effets. Pour le bien être socio-économique de notre pays et au nom de l'intérêt supérieur de la nation, nous nous permettons de demander avec insistance au Président de la République de se libérer de querelles politiciennes, de passer l'étape de l'union sacrée circonstanciée à l'union sacrée permanente, le temps de redresser les tissus économiques, de restaurer la paix et l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire national. Mais attention, ne le dites à personne. Si on vous demande, ne dites pas que c'est moi.                                                                                                                                         

 

Lyon le 19 novembre 2016.

 

Bernard SELEMBY DOUDOU

 

Juriste, Administrateur des Elections.  

CENTRAFRIQUE : L'UNION SACRÉE A BIEN FONCTIONNÉ À BRUXELLES, MAIS POURQUOI PAS À BANGUI ?  par Bernard Selemby Doudou

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com