Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 18:04
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique: L’ouverture d’une enquête annoncée lors des funérailles du commandant Mombeka

http://rjdh.org/ PAR JUDICAEL YONGO LE 14 OCTOBRE 2016ACTUALITÉS

BANGUI, 14 octobre 2016(RJDH)—Une enquête est ouverte sur l’assassinat du commandant Marcel Mombeka tué le 04 octobre dernier au Km5 dans le 3ème arrondissement de Bangui. L’annonce a été faite lors des funérailles du défunt par le ministre de la sécurité Jean Serge Bokassa ce vendredi 14 octobre 2016.

La disparition du commandant Mombéka est qualifié par le gouvernement de perte incommensurable « le décès du commandant Marcel Mombeka constitue une grande perte pour l’armée nationale qui a plus que jamais besoin de tout le monde pour rassurer la population centrafricaine » a expliqué Jean Serge Bokassa, ministre de la sécurité publique, présent aux funérailles de l’officier.

La prochaine étape, selon le membre du gouvernement est l’ouverture d’une enquête sur laquelle l’exécutif compte pour mettre la main sur les auteurs de ce qu’il appelle crime injustifié « le gouvernement va prendre ses responsabilités. Une enquête est menée pour que les auteurs de ce cet acte criminel soient identifiés et traduits en justice. Notre objectif, c’est de rassurer et de mettre fin à ces comportements » a annoncé le ministre.

Né en 1964 à Sibut, préfecture de la Kémo, Marcel Mombeka a été tué le 04 octobre 2016 après 32 ans dans l’armée nationale. Son dernier poste a été le responsable de la sécurité rapprochée de l’ancienne présidente Catherine Samba-Panza.

 

Centrafrique : L’attaque d’un convoi au centre du pays fait quelques morts et des blessés

http://rjdh.org/ PAR CELESTIN YENTOMAN LE 14 OCTOBRE 2016

BANGUI, 14 octobre 2016—Un convoi sécurisé par les forces onusiennes est tombé dans l’embuscade d’un groupe armé entre Bambari et Grimari. L’incident qui a fait deux morts et trois blessés, s’est produit dans la nuit du jeudi au 14 octobre vendredi.

De sources concordantes, l’attaque a eu lieu au village Gbakomalékpa, situé à 30 km de Bambari d’où est parti le convoi de bœufs. L’attaque est attribuée aux Anti-Balaka de l’axe qui auraient exigé de l’argent au convoi, demande rejetée par les forces internationales « le convoi a été arrêté par les Anti-Balaka sur la barrière qu’ils ont érigée dans le village. Ces hommes armés ont exigé aux chauffeurs de leur verser de l’argent mais la Minusca a refusé, c’est de là que les choses ont dégénéré. Deux Anti-Balaka ont été tués et trois passagers dont un chauffeur ont été blessés » a confié un habitant de la localité, contacté par le correspondant du RJDH à Bambari.

Dans la nuit du jeudi à 14 octobre vendredi, la population de Gbakomalékpa s’est réfugiée en brousse à cause des combats qui ont opposé les forces internationales et les Anti-Balaka dans la localité. Au moment où nous mettons sous presse, on apprend que le village a retrouvé son calme et que les habitants ont commencé à sortir de la brousse.

Les blessés, de sources concordantes ont été transférés à Bambari où ils reçoivent des soins. Le convoi attaqué, transportait des bœufs à destination de Bangui où la viande de bœuf se fait rare depuis les violences signalée à Kaga Bandoro, en septembre dernier.

 

Centrafrique : « Les dernières violences à Kaga-Bandoro sont intolérables et elles exigent des réactions urgentes », affirme Anicet Georges Dologuelé

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 14 OCTOBRE 2016

BANGUI, 14 octobre 2016 (RJDH)—Le président de l’URCA et leader de l’opposition, Anicet Georges Dologuelé se dit indigné par l’attaque du site des déplacés de Kaga-Bandoro qui, selon lui est intolérable. Pour le président de l’URCA, il faut des réactions à la hauteur des violences enregistrées. Anicet  Georges Dologuelé a choisi dans cette interview de s’adresser aux chefs rebelles à qui il exige le contrôle de leurs hommes s’ils veulent négocier avec le gouvernement.   

RJDH : Anicet Georges Dologuelé Bonjour !

Anicet Georges Dologuelé Bonjour

RJDH : Le site des déplacés de Kaga Bandoro a été attaqué mercredi dernier par les combattants de l’ex Séléka. Le bilan fait état d’une trentaine de morts. Comment réagissez-vous face à cette situation ?

AGD : Je réagi avec beaucoup d’indignation et je présente mes condoléances aux familles éprouvées. Mais je trouve que les chefs de guerre qu’ils soient Séléka ou d’autre obédience, doivent prendre leur responsabilité. Lorsqu’on est chef, c’est pour avoir la maîtrise de ses hommes. On ne peut pas se proclamer chef de guerre et avoir des hommes indisciplinés. Le chef de guerre quand il pose un acte, doit savoir pourquoi il le pose.

Je n’ose pas supposer que ces Séléka ont envoyés par leur chef pour massacrer les pauvres innocents parce que l’un d’entre eux a fauté et il a été tué. C’est des choses qui doivent cesser parce que le gouvernement est certainement dans une démarche pour discuter avec ces chefs de guerre. Mais ces démarches pour qu’elles soient cohérentes, il faut que chaque chef maitrise ses effectifs et que les effectifs respectent les consignes du chef, sinon on ne sait pas où on va.

RJDH : Vous avez l’impression que les leaders des groupes armés ne contrôlent pas leurs hommes. C’est cela ?

AGD : Bien sûr. Je pense que c’est extrêmement grave si les violences de Kaga-Bandoro relèvent d’une volonté quelconque. Mais on ne peut pas imaginer que des personnes qui sont déplacées qui sont  sur un site à l’intérieur d’une église en plus, soient massacrées simplement parce que quelqu’un qui a voulu voler, s’est fait tuer, cela n’a aucun sens.

RJDH : Des voix se lèvent déjà pour dénoncer l’attitude de la Minusca que le gouvernement n’a pas hésité à prendre pour responsable.

AGD : La protection de la population par la Minusca est l’une des choses difficile à comprendre. C’est pourquoi nous n’arrêtons pas de dire à la Minusca que le rôle de protection de la population doit être organisé. Ceci doit être fait avec les populations et avec les groupes armés.  Ça doit être quelque chose organisé pour qu’il n’y ait pas de surprise désagréable, comme ce que nous sommes en train de vivre à Kaga-Bandoro.  C’est quelque chose de vraiment dommageable.

RJDH : Les violences sont enregistrées dans plusieurs villes alors que le président de la République a lancé la première réunion du comité consultatif du DDRR. Comment comprendre l’attitude des groupes armés ?

AGD : Je suis député de Bocaranga et Koui est à quelque kilomètre de Bocaranga et la population qui s’enfuit de Koui se retrouve à Bocaranga qui du jour au lendemain s’est retrouvé avec des milliers de population qu’il faut nourrir. En même temps, les violences sont commises sur les humanitaires qui ont quitté la ville et donc ces populations sont livrées à elle-même. Les dernières violences sont intolérables et elles exigent des réactions urgentes. A Koui, les violences sont organisées par Sidiki qui aurait été reçu par les autorités de Bangui.

RJDH : Vous voulez dire que le président de la République a reçu le rebelle Sidiki, auteur des violences de Koui ?

AGD : C’est ce que j’ai appris. Je  n’ai pas encore vérifié cela mais je me suis laissé dire qu’il aurait été reçu et qu’on lui aurait donné de l’argent. Je suppose qu’il a été payé parce qu’il a massacré la population. Si c’est le cas c’est extrêmement grave.

RJDH : Pensez-vous, en tant que leader de l’opposition que le pouvoir en place fait ce qu’il faut pour mettre fin aux violences ?

AGD : Je me suis déjà prononcé sur cette question et je ne compte pas revenir dessus. Aujourd’hui, je parle aux chefs de guerre. S’il doit y avoir négociation avec le gouvernement, il faut qu’ils maitrisent leurs hommes, c’est extrêmement important. Vous savez ce qui est important, c’est la population. Quand elles sont massacrées par des rebelles, on n’est pas autorisé à rester les bras croisés. Mais au chef rebelles, je dis ceci : on ne devient pas chef rebelle pour tuer les femmes, les vieillards et les déplacés.

RJDH : Les violences de ces derniers jours, peuvent-elles impacter sur la table ronde de Bruxelles vers laquelle tous les yeux sont tournés aujourd’hui ?

AGD : Non, je pense que c’est deux choses différentes. La table ronde est préparée conjointement par la communauté internationale et le gouvernement centrafricain. Pour la communauté internationale, la plupart des donateurs ont déjà arrêté les sommes qui vont être annoncées. Par contre, une fois que le fond octroyé pour que le projet voit le jour, il faut la paix et la sécurité parce que vous n’imaginez pas que ceux qui réalisent les projets puissent être massacrés. Je crois que c’est deux choses différentes. Je crois que la table ronde elle, aura lieu et cette rencontre aura des résultats parce que le monde entier s’est penché sur la RCA et c’est l’unique chance pour notre pays pour recevoir des fonds pour redémarrer. Une chose est d’annoncer les fonds mais après il faut les utiliser surplace. Mais pour les utiliser, il faut la paix et la sécurité sinon le développement ne peut se faire.

RJDH : Anicet Georges Dologuélé, je vous remercie.

AGD : c’est moi qui vous remercie.

Propos recueillis par Sylvestre Sokambi

 

Centrafrique: La sécurité toujours volatile à Kaga-Bandoro malgré l’intensification des patrouilles de la Minusca

http://rjdh.org/ PAR JUDICAEL YONGO LE 14 OCTOBRE 2016

KAGA-BANDORO, 14 octobre 2016(RJDH)—La situation sécuritaire est toujours instable à Kaga-Bandoro malgré la multiplication des patrouilles de la Minusca. Les habitants de la ville, joints ce matin au téléphone, affirment n’être pas toujours rassurés par ces patrouilles.

La Minusca a intensifié, selon des sources concordantes, ses patrouilles dans la ville de Kaga-Bandoro. Mais, elles n’arrivent pas à rassurer la population qui est encore sous le choc des violences de ces derniers jours. « La Minusca a renforcé sa présence et multiplié ses patrouilles mais tout cela ne rassure personne ici. C’est pourquoi, les gens sont restés sur les sites » a confié un notable qui a trouvé refuge aux alentours de la base de la Minusca.

Une commerçante se dit plus inquiète aujourd’hui que le jour de l’attaque « la situation est certes calme mais cela, c’est parce que les ex-Séléka ne veulent pas organiser un autre coup. Le calme que nous observons est lié à la volonté des combattants de l’ex-Séléka et non grâce aux patrouilles de la Minusca parce qu’en même temps, les ex-Séléka font aussi leurs patrouilles dans la ville. Je suis plus inquiète aujourd’hui que le jour de l’attaque» affirme-t-elle.

Dans la nuit du jeudi à vendredi14 octobre, deux personnes ont été tuées par les ex-Séléka, selon des sources humanitaires qui ont requis l’anonymat.  Cet incident démontre que la situation est restée instable.

Le bilan des évènements de Kaga-Bandoro est revu une fois de plus en hausse. Selon les données actuelles, ces violences auraient fait plus d’une trentaine de morts.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com