Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 01:24
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Les Députés de Kaga-Bandoro dénoncent le laxisme de la Minusca

http://rjdh.org/ PAR RJDH LE 15 OCTOBRE 2016

BANGUI, 15 octobre 2016 (RJDH)–Le drame de Kaga-Bandoro continue d’indigner l’opinion nationale. Les Députés des trois circonscriptions de la ville ont dénoncé la complicité des Casques Bleus pakistanais et revu en  hausse le nombre des morts.

Devant la tragédie dans le Chef-Lieu de la Nana-Gribizi, les trois Députés de ces circonscriptions ont dénoncé le laxisme de la Minusca et interpellé le Gouvernement pour que des mesures fortes soient prises.

Face à ce drame, Gallo Christ Eric, Député de la Circonscription N°1 de Kaga-Bandoro a déclaré « que la population est dans une situation catastrophique. Nous avons interpellé la Minusca pour sécuriser les civils, elle a promis de réagir, mais n’est pas intervenue. La population est sans protection, pourtant, il y a un fort effectif des casques Bleus à Kaga-Bandoro ». Il a ajouté que « la situation se dégrade du jour en jour. Même les donnés publiés par la presse sont fausses. Aujourd’hui nous sommes entre 200 à 300 morts, hier soir, c’était 217 et il y a eu encore des tueries toute la nuit».

Pour Gallo Christ Eric « les pakistanais sont complices des Séléka, parce qu’ils les approvisionnaient en munitions et continuent de le faire. Et je confirme les accusations du Ministre de la Sécurité publique à l’encontre des pakistanais. Aujourd’hui à Kaga-Bandoro, les éléments pakistanais de la Minusca favorisent l’entrée des ex-Séléka dans le milieu où se trouve les déplacés ».

Le Député déplore que la Division Protection Civile de la Minusca qui, pourtant s’était engagée à remplir sa mission« ne décroche pas leurs appels téléphoniques lorsqu’elle est interpelée. Il y a des vagues d’ex-Séléka venues de Kabo-Moyenne-Sido et basées à l’école Sainte-Thérése et Préfectorales qui préparent des attaques ».

Pour le Député Jean Louis Ndama de la 3e Circonscription, « la tragédie que vit Kaga-Bandoro aujourd’hui est révélatrice d’un complot international de déstabilisation de la RCA. Et dans un tel contexte, normalement, les premières autorités de la République devaient faire un discours fort pour frapper sur la table et demander le départ de la Minusca ». Pour lui, « ces autorités devaient aussi mettre les drapeaux en berne dans toute la république, car le bilan que donne la Minusca est faux : Il y a depuis hier 217 morts» Il conclut que « la tragédie de Kaga-Bandoro est celle de la RCA et il faut une mobilisation générale ».

Les trois Députés de Kaga-Bandoro dans une déclaration commune « Demandent à la Minusca de retirer purement et simplement les pakistanais à Kaga-Bandoro et le redéploiement des Forces de Défense et de sécurité sur tout le territoire».

Depuis quarante-huit heures, Kaga-Bandoro est secouée par les représailles des ex-Séléka sur la population civile après le meurtre de leur compagnon qui voulait dérober le groupe électrogène d’une radio locale. /

Fleury Venance Agou

 

Centrafrique : Le gouvernement accuse la Minusca de connivence avec les Séléka de Kaga-Bandoro

http://rjdh.org/ PAR JUVENAL KOHEREPEDE LE 15 OCTOBRE 2016

BANGUI, 15 octobre 2016 (RJDH) : Le gouvernement centrafricain, par la voix de son ministre de la sécurité publique, Jean Serge Bokassa n’est pas passé par quatre chemins pour accuser les troupes pakistanaises de la Minusca de connivence avec les Séléka de Kaga-Bandoro. De son côté, la Minusca se dédouane et brandit ses actions militaires sur le terrain.

La nouvelle montée de violences à Kaga-Bandoro avec un bilan d’une trentaine de morts et la dégradation de la situation humanitaire a suscité plusieurs réactions entre autres celles du gouvernement centrafricain et de la Minusca.

« Quel est le rôle du contingent pakistanais à Kaga-Bandoro, la connivence de ce contingent avec les groupes armés n’a que trop duré », a dit le Ministre Jean Serge Bokassa sur un ton remonté. Le membre du gouvernement a encore enfoncé le clou en revenant sur le projet du gouvernement d’envoyer les gendarmes à Kaga-Bandoro, que, selon lui, la Minusca s’y est opposé.

En réaction, dans un communiqué rendu publique par la Minusca, la mission onusienne a déclaré ne pas rester passive face à la violence en s’opposant aux ex-Séléka pour en tuer 12 de leurs éléments sur les trente victimes. «  Les Casques bleus ont immédiatement réagi pour repousser les assaillants, entrainant la mort de 12 d’entre eux, et ainsi protéger et rassurer la population civile, les autorités préfectorales et les humanitaires qui ont tous trouvé refuge dans les enceintes des Nations Unies ». Précise le même communiqué.

La situation reste tendue et confuse à Kaga-Bandoro selon nos informations, les patrouilles des casques bleus se poursuivent d’une part et celles des ex-Séléka d’autres part. Les personnes déplacées affirment vivre une indescriptible situation de terreur. Cette situation vient refroidir les relations entre le gouvernement centrafricain, la Minusca et la société civile.

 

Centrafrique : « Le gouvernement et la Minusca sont complices dans l’assassinat du peuple», selon Gervais Lakosso Coordonnateur du GTSC

http://rjdh.org/ PAR SANDRINE MBAGNA LE 15 OCTOBRE 2016

BANGUI, 14 octobre (RJDH)—Dans une interview accordé au RJDH ce vendredi 14 octobre, Gervais Lakosso Coordonnateur du Groupe de Travail de la Société Civile, accuse le gouvernement et la Minusca d’être à l’origine des événements qui continuent de secouer le pays. Selon lui le gouvernement et la Minusca sont complices dans l’assassinat continuel du peuple. Ces propos sont tenus en rapport aux violences de Kaga-Bandoro.

Gervais Lakosso intervient trois jours après les violences qui ont fait une trentaine de morts à Kaga-Bandoro, alors que les ex-Séléka ont attaqué un site des déplacés sensé être protégé par les forces internationales.

Pour Gervais Lakosso, l’accusation de Jean Serge Bokassa, ministre de la sécurité est une comédie de mauvais goût, « pourquoi le gouvernement avait accepté à se mettre sous les ordres de la Minusca ? Aujourd’hui un membre du gouvernement se permet d’avouer la faiblesse du gouvernement. Il est marqué nulle part dans le mandat de la Minusca qu’il est ici pour empêcher le gouvernement de se redéployer. Au contraire, c’est la Minusca qui devait favoriser le redéploiement du gouvernement dans l’arrière-pays. Si cela est arrivé, c’est uniquement par la faiblesse des autorités Centrafricaines » a-t-il dit.

Pour Gervais Lakosso, le gouvernement et la Minusca c’est blanc bonnet, bonnet blanc, « ils sont tous complices face à l’assassinat continuel du peuple. Ils regardent, ils applaudissent et c’est très irresponsable. Je pense que cela ne va pas durer très longtemps, le peuple ne manquera pas de prendre sa responsabilité. Et j’espère qu’ils ne vont pas se mettre à chanter leur chanson habituelle » a-t-il poursuivis.

Pour la société civile, les violences perpétrées par les groupes armés à Kaga-Bandoro démontre la mauvaise foi de ces groupes armés qui ne veulent pas à se mettre dans la logique de la paix et le vivre ensemble en RCA.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com