Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 21:59
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : La Présidence convoque une rencontre avec les forces vives de la Nation

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 27 OCTOBRE 2016

BANGUI, 27 octobre 2016—Le Président Faustin Archange Touadéra rencontrera vendredi 28 octobre les forces vives de la Nation pour discuter de la situation générale du pays. La tenue de cette rencontre a été annoncée dans un communiqué lu à la radio nationale.

Dans le communiqué convoquant cette rencontre, la Présidence précise que ces échanges sont organisés pour permettre aux forces vives de la Nation de discuter de la « concorde nationale ». Le porte-parole de la présidence, Albert Yaloké, joint au téléphone parle d’une initiative du Chef de l’Etat visant à « écouter toutes les forces vives et discuter avec elles sur la question sécuritaire et du retour de la paix véritable ».

Cette rencontre était déjà demandée par certaines forces politiques du pays. L’URCA dans une déclaration rendue publique, le 26 octobre dernier, a demandé des concertations entre le président de la République et les forces vives de la nation afin d’avoir une position commune sur les violences qui ont émaillé la journée ville morte du lundi dernier.

Au début du mois d’octobre, le Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (MDREC), dans une lettre ouverte au Président de la République, avait aussi émis l’idée d’une rencontre inclusive pour discuter de la montée en puissance de l’insécurité.

L’opinion des hommes politiques et des leaders de la société civile contactés après l’annonce de cette rencontre, est partagée sur l’initiative du Chef de l’Etat. Joseph Bendouga, président de MDREC soutient cette démarche qui, selon lui « permettra au président de la République d’écouter tout le monde et de trouver des solutions à la flambée de violence ».

La rencontre convoquée par le Président de la République, n’est pas la solution selon Gervais Lakosso, coordonnateur du Groupe de Travail de la Société Civile, organe à l’origine de la ville morte du lundi. Pour lui, ce sont les propositions du Chef de l’Etat qui permettront de donner la suite au mouvement « nous allons à cette rencontre pour écouter ce que le président va dire. C’est en fonction de ses propositions qu’on verra s’il faut lever ou non le mot d’ordre qui, je le précise n’est pas encore levé jusque là » confie t-il.

La rencontre entre le chef de l’Etat et les forces vives de la nation est convoquée alors que plusieurs villes de l’arrière-pays sont sous tension.

 

Centrafrique : Affrontement à 20km de Koui entre Anti-balaka et élèments de Sidiki

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 27 OCTOBRE 2016

KOUI, 27 Octobre 2016(RJDH) — Un affrontement a opposé mercredi dernier du groupe d’anti-balaka aux combattants du chef rebelle Sidiki leader, du mouvement armé Retour Réclamation et Réhabilitation(RRR). L’information a été confirmée par les sources militaires qui parlent d’un mort et deux blessés.

L’affrontement selon nos informations a eu lieu au village Mokonzi Wali  situé à 20km de la ville de Koui.

De sources militaires, le village était contrôlé par les Anti-balaka qui projetaient d’attaquer la ville de Koui contrôlée par les éléments  de RRR. La position des Anti-balaka selon le Commandant de Brigade  de Koui a été attaquée  par les éléments de Sidiki qui n’ont pas réussi à les déloger, « les éléments de Sidiki ont quitté la ville de Koui à 4heure du matin pour attaquer le village Mokonzi Wali et les Anti-balaka ont riposté, heureusement que la Minusca a vite intervenue pour séparer les deux parties », explique le Commandant.

Selon la même source, cet affrontement a fait un mort et deux blessés qui auraient été transférés à Bacaranga pour des soins. Ces informations n’ont pas encore été confirmées par la Minusca que nous avons tenté en vain de joindre.

Aux dernières nouvelles, la ville de Koui s’est vidée de sa population au profit de Bocaranga.

 

Centrafrique : La ville de Grimari paralysée après l’attaque d’un village

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 27 OCTOBRE 2016

GRIMARI, le 27 Octobre 2016(RJDH) —- Un village situé à huit (08) km de Grimari a été attaqué aujourd’hui, 27 octobre par un groupe armé. Cette attaque a paniqué la population et paralysé les activités. Des maisons sont incendiées et des personnes tuées lors de cette incursion.

Très tôt dans la matinée du 27 octobre, un groupe armé a attaqué un village à  huit km de Grimari. Le bilan fait état de « trois morts et des maisons incendiées. la ville est paralysée, il n’y a pas de marché, une partie de la population a pris fuite pour se réfugier dans la brousse » a rapporté les autorités administratives qui dénoncent le comportement du contingent burundais de la Minusca. «  Ils ont été alertés, mais ils n’ont pas réagi. Ils n’ont pas travaillé comme ceux qui étaient là entre temps. Et c’est maintenant qu’ils sortent pour observer. La population a décidé de ne plus aller sur le site mais de manifester devant la base de la Minusca» a indiqué au RJDH ces sources.

Ces mêmes sources évoquent un décompte de 11 morts et plusieurs blessés qui reçoivent des soins à l’hôpital de Bambari.

Joint au téléphone, le porte-parole de la Minusca, Vladimir Montéiro n’a pas « affirmé ou infirmé l’information ».

L’attaque du village proche de Grimari, précède un affrontement entre les Anti-Balaka et les Séléka de l’UPC à Sucaf au centre de la République Centrafricaine où on déplore plus de 7 morts./

Jean Fernand Koena et Célestin Yétoman

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com