Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 17:46
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Les ex combattants du FDPC de Bouar expriment leur adhésion au DDR

 

http://rjdh.org/ BOUAR, 09 septembre 2016 (RJDH) —- Les ex-combattants du Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC) ont exprimé leur volonté au processus du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion DDR. Un souhait formulé lors d’une mission effectuée par le Ministre de l’Intérieure, de la Sécurité Publique

 

Le désarmement des groupes armés et la sécurité sont un gage de paix et de développement. C’est dans cette logique que le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Sécurité Publique, Jean Serge Bokassa sillonne la Préfecture de la Nana-Mamberé.

 

Au cours de son périple, le Ministre a échangé avec « les ex-combattants du FDPC qui ont adhéré au processus du DDR initié par le Gouvernement centrafricain ». Il a évoqué « la question de l’établissement scolaire occupé par ce groupe armé dans la localité de Zoukoumbo ». Sur l’occupation de l’établissement par le mouvement d’Abdoulaye Miskine,  « le porte-parole du FDPC a demandé la signature d’un accord de désarmement avant de libérer les locaux de l’école de Zoukoumbo «  a rapporté une source.

 

L’insécurité dans la commune de Nièm-Yelewa a été aussi au centre d’une réunion entre J.S Bokassa et les autorités locales. Garoua-Mboulaye, ville frontalière entre le Cameroun et la RCA sera la prochaine étape du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Sécurité Publique.

 

 

Centrafrique : Un centre de prise en charge des enfants vulnérables créé à Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 9 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 08 Septembre 2016 (RJDH)—L’ONG Ephphata a créé un centre de prise en charge des enfants vulnérables à Bangui. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce 08 septembre 2016.

 

Le centre créé par Ephphata va accueillir cent vingt enfants vulnérables de différents quartiers du 2e arrondissement de Bangui. Selon la coordinatrice de cette ONG, Aurélie Ngo Belnoun ce centre encadrera des enfants déscolarisés, non scolarisé, déplacés, ceux de la rue, des orphelins qui seront accueillis au sein même de ce centre.

 

Les enfants seront encadrés pendant quatre mois avant d’être orientés vers d’autres centres « la tranche d’âge varie entre 8 à 16 ans et ces enfants seront pris en charge durant quatre mois avant que nous les orientons vers des centres de formation dans l’éducation formelle » a-t-elle précisé.

 

 Ce ne sont que des enfants vulnérables de Bangui qui sont concernés par cette première phase de projet. Il s’inscrit dans le cadre des dispositifs « quartier d’avenir 2016 » soutenu par l’Ambassade de France.

 

 

Centrafrique : Le taux élevé d’analphabétisme déploré à Bayanga

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 9 SEPTEMBRE 2016

 

BAYANGA, 09 septembre 2016 (RJDH)—L’Association pour la Lutte Contre l’Analphabétisme et la Pauvreté déplore le taux élevé de 95% d’analphabétisme à Bayanga, une sous-préfecture de la Sangha-Mbaéré.

 

Selon Berthe Goulando, présidente de cette association, le manque de moyen et d’encadrement freinent encore l’élan d’alphabétisation dans la région. Ce constat est fait à Bayanga au moment où la Centrafrique a célébré, à l’instar du monde, le 8 septembre 2016, la 50e Journée Internationale d’alphabétisation autour du thème « Lire le passé, écrire l’avenir ».

 

D’après Berthe Goulando, ¾ des administrés de la ville sont analphabètes « la commune de Bayanga compte 12.223 habitants parmi lesquels environ 95% ne savent pas lire et écrire. Nous avions démarré un programme de formation en 2011 qui nous a conduit à former 45 personnes qui aujourd’hui savent lire et écrire », a-t-elle souligné.

 

Puis, devant la carence de l’Association relative au conflit militaro-politique, sa présidente a demandé l’assistance du gouvernement et des partenaires. « La crise est venue freinée notre l’élan. Nous n’avons plus d’encadreur, plus des matériels didactiques, c’est pourquoi l’appui des partenaires et du gouvernement est sollicité pour le système éducatif en général et l’alphabétisation en particulier», a-t-elle lancé.

 

Interrogés par RJDH, les autorités de Bayanga déplorent que leur région semble être oubliée dans le programme d’alphabétisation et d’éducation. Constat relatif aux deux écoles de la ville qui fonctionnent difficilement pour manque d’enseignants qualifiés et de matériels didactiques.

 

La commune de Bayanga attire beaucoup d’étrangers et touristes à cause de ses Aires Protégées. Cependant, ses habitants, à majorité forestière fréquente sont très peu scolarisés.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com