Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 21:30
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Touadera attendu à Bria le lundi prochain

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 3 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 03 septembre 2016—Le président Faustin Archange Touadéra se rendra lundi prochain à Bria, chef-lieu de la Haute Kotto et fief de l’ex-Séléka. L’information est confirmée par la présidence de la République qui inscrit le déplacement dans le cadre de visite ordinaire prévue par le nouveau chef d’Etat.

 

Selon des sources à la présidence, le chef de l’Etat se rend à  Bria pour remercier la population et discuter avec elle sur les questions de paix et de développement. Un ministre conseiller à la présidence a, sous couvert de l’anonymat parlé d’une perche tendue à la Séléka « le président de la République fidèle à sa philosophie de paix, va aller rassurer la population et tendre la main encore une fois de plus pour consolider la paix dans la région » a-t-il confié.

 

Le président de la République Centrafricaine se rend à  Bria au moment où plusieurs tendances de l’ex-Séléka se réussissent dans cette ville pour tenir une Assemblée Générale.

 

Le nouveau président centrafricain se rend à Bria, un mois après sa visite à Kaga-Bandoro, une autre ville contrôlée par l’ex-Séléka.

 

 

Centrafrique : Les fugitifs de l’ex-Séléka s’affrontent avec les éléments auto-défense de Dekoa

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 3 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 03 septembre 2016—Un combat a opposé, jeudi dernier un groupe de fugitifs de l’ex-Séléka et les jeunes auto-défense de Dékoa. L’information a été confirmée au RJDH par le sous-préfet de Dékoa Guy Yves Mbetingaza qui craint des représailles de la part des ex-Séléka de Kaga Bandoro.

 

De sources indépendantes, le combat a eu lieu dans la brousse. Selon le sous-préfet, l’affrontement a fait un mort et plusieurs blessés dans les rangs des fugitifs. Le sous –préfet de Dékoa a confié qu’à chaque village, les fugitifs prennent des jeunes en otage pour leur indiquer le chemin « depuis qu’ils ont fui, ils prennent des jeunes pour qu’ils leurs montrent le chemin, une fois arrivée dans un autre village il libère les premiers, c’est ainsi que les fugitifs avancent » .

 

Guy Yves Mbetingaza qui précise que le combat fait suite à ces séries de prises d’otage « Arrivée au village Cotonaffoh, ils ont pris des otages pour leur montrer le couloir de transhumance pour arriver à au carrefour Bedanmbor, manquant  de vrais pisteurs, ils sont arrivés au village Woulo à 3km mètres de Dekoa et ils ont pris encore des otages. Informés par les auto-défense, c’est là ou y a eu altercation causant la mort d’un des fugitifs dont le corps a été inhumé par la Croix-Rouge de Dekoa », souligne-il.

 

Le sous préfet de Dékoa dit avoir reçu des menaces de la part d’un général de l’ex-Séléka qui aurait promis d’attaquer la ville « un général de l’ex-Séléka m’a appelé le 31 aout à 23h en disant qu’il va descendre sur Dekoa pour en finir avec nous, car ses éléments ont traversé plusieurs villages sans difficultés mais se sont fait attaqués dans la ville. J’ai saisi la Minusca de Dekoa qui a par la suite informé celle de Kaga-Bandoro qui malheureusement n’a pas pris l’information au sérieux », a t-il regretté.

 

Les cadres du FPRC contactés à Bandoro n’ont pas souhaité se prononcer sur ce dossier. La Minusca n’a pas aussi été disponible pour nous répondre à ce sujet.

 

La présence de plusieurs groupes d’éléments de l’ex-Séléka est signalée dans la brousse entre Sibut et Kaga-Bandoro depuis que la Minusca a mis une équipe de ce mouvement en débandade.

 

Centrafrique: Les prix des produits pétroliers baissent à la pompe

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 3 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 03 Septembre 2016(RJDH)—le premier ministre Simplice Mathieu Sarandji a signé un arrêté portant en baisse le prix des hydrocarbures en République Centrafricaine.

 

Dans cet arrêté le prix du Super passe de 880 à 865 Fcfa le litre, le pétrole lampant passe de 660 à 645 Fcfa le litre et le Gasoil de 870 à 885 Fcfa. Peut-on lire dans cet arrêté.

 

Dans un communiqué de la primature, le premier ministre justifie cette baisse par une nette amélioration de la fiscalité pétrolière due à la baisse continue des cours du pétrole sur le marché international, de 112 dollars US en 2012, le baril du pétrole est passé en dessous de 50 dollars US, a précisé ce communiqué.

 

L’arrêté qui devrait entrer en vigueur le 2 septembre n’a pas pu et c’est finalement ce 3 septembre matin que les usagers ont pu bénéficier des retombés de cette décision, a constaté le RJDH

 

La dernière augmentation du prix des hydrocarbures a été consacrée dans la loi de finance votée par les députés en décembre 2011.

 

 

Centrafrique : Plaintes des cultivateurs de Cacao dans la Sangha Mbaéré

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 3 SEPTEMBRE 2016

 

NOLA, 3 septembre 2016 (RJDH)—Les cultivateurs de cacao des villages Anam et Ziendi, situés à 45 Km de la ville de Nola se plaignent de manque d’encadrement, des acheteurs et la dégradation des routes allant dans la localité. Ils ont lancé un appel au gouvernement et ses partenaires pour leur formation et l’évacuer de leurs produits. Position exprimée lors d’une mission du RJDH le 26 aout dernier dans cette localité.

 

La culture du Cacao a effectivement repris dans la Sangha Mbaéré après au moins 39 ans d’inactivité. Cependant, les autorités locales et les agriculteurs éprouvent d’énormes difficultés.

 

Arthur Bebagolo, responsable d’un groupement des agriculteurs de Cacao à Anam présente quelques difficultés, « je suis cultivateur de Cacao. J’ai 2 hectares. Nous avions repris la culture de cacao après nos parents afin de faire développer notre pays, Malheureusement, ce sont les camerounais qui viennent de temps en temps acheter nos produits. Il n’y a pas de route, ni la formation adéquate », a-t-il énuméré.

 

Pour lui, le gouvernement et ses partenaires doivent tout faire pour les aider à améliorer la production, et rendre compétitif le cacao centrafricain sur le marché mondial. « J’invite le gouvernement à nous former sur cette culture », a-t-il lancé.

 

Marc Mbali Metamba, chef du village Anam, regrette le fait que les organisations nationales et internationales qui appuient la relance de l’agriculture ainsi que d’autres projets restent seulement dans la grande ville à Nola, « les gens ne pensent pas à nous, comme-si nous ne sommes pas des centrafricains. Non seulement qu’ils ne pensent pas à nous, mais nous sommes dépourvus de tout : eau potable, route, centre de santé, enseignants etc. », s’est-t-il lamenté.

 

La culture de cacao représentait dans les 70 et 80, 5% de PIB. En juillet 2016, Le directeur général de l’Office de Règlementation du Contrôle et de Conditionnement des Produits Agricoles (ORCPPA) Georges Dambéti avait évoqué la question de la relance de la culture du cacao et ses préparatifs pour cette année 2016 sur le territoire national, en vue de permettre une réelle relance économique tant souhaitée par tous après toutes ces années de tumultes stériles.

 

Selon la projection du ministère du développement rural, la Centrafrique disposera d’ici à 2020 de plus de 45 000 hectares de cacao sur le territoire national.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com