Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 22:05
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique Un nouveau projet du Fonds Békou pour financer 1.500 opérateurs économiques

 

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 7 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 07 Septembre 2016(RJDH)—-Un nouveau projet du fonds Békou dénommé « Fini Bangondo ti Maî » est lancé ce jour à Bangui. Il permettra, selon Irchad Razaaly l’Administrateur du Fonds Bekou de soutenir 1500 acteurs économiques locaux de Bangui, Bimbo, Bégoua et Bouar.

 

Le projet « Fini Bangondo ti Maî » entend relancer l’économie de la ville de Bangui, Bimbo, Bégoua et Bouar  à travers l’accompagnement des acteurs économiques locaux, projette Irchad Razaaly Administrateur du Fonds Bêkou « ce projet permettra aux jeunes entrepreneurs, aux personnes qui ont perdu leurs activités de bénéficier d’un encadrement  technique en terme de formation et financier pour consolider leur activité économique » a-t-il précisé.

 

Selon Irchad Razaaly, ces acteurs économiques locaux auront un accès facilité au crédit grâce au micro subvention « nous prévoyons d’identifier 1500 acteurs économiques locaux. Cela peut être des mini-entreprises, un groupement de femmes, un garage, de micro-entreprises que l’on accompagnera après leur recensement. Ils devront  ouvrir un compte bloqué en Banque afin de bénéficier de ces prêts » énumère l’administrateur.

 

Le projet « Fini Bangondo ti Maî » s’inscrit dans la dynamique du Programme d’Urgence de relèvement Durable du Fonds Bêkou. Il est financé à plus de 7 milliards de FCA sur une période de deux ans  et mis en œuvre par DRC, ACTED, Mercy Corps en partenariat avec deux institutions financières de la place.

 

 

Centrafrique : Le gouvernement projette une opération de recensement des déplacés

 

PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 7 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 07 Septembre 2016 (RJDH)—Cent soixante-huit (168) agents recenseurs prennent part depuis hier à une formation sur la collecte des informations auprès des déplacés. Cette formation est organisée en prélude aux opérations de recensement des déplacés que le gouvernement compte organiser.

 

Cette opération de recensement des déplacés est envisagée au moment où les agences du système des  Nations Unies enregistrent une baisse du nombre de déplacés sur les sites à travers le pays.

 

La formation amorcée, devra permettre d’outiller les agents sur la méthodologie de collecte de données auprès des déplacés « nous allons à travers cette formation, expliquer aux enquêteurs la méthodologie de collecte des données à travers les différents types de  questions à poser aux personnes déplacées pour avoir leur effectif, caractéristique sociodémographique et aussi leur intention » a expliqué Jean Louis Pouninguiza, point focal de cette enquête.

 

Les résultats de cette enquête, selon le point focal seront mis à la disposition du gouvernement pour des projections « cette enquête permettra au Gouvernement de disposer d’informations précises afin de programmer les stratégies de retour des personnes déplacées dans de bonnes conditions » a t-il fait savoir.

 

Des agents de saisie qui seront chargés du stockage des résultats de cette enquête, sont aussi en formation au HCR.

 

Cette enquête est la première depuis les violences de décembre 2014 qui ont contraint de milliers de Centrafricains à trouver refuge sur des sites de déplacés.

 

 

Centrafrique : Présence signalée d’Abdoulaye Hissène à Ndélé

 

http://rjdh.org/ PAR SANDRINE MBAGNA LE 7 SEPTEMBRE 2016

 

NDELE, 07 septembre (RJDH)—Abdoulaye Hissene, un des fugitifs de l’ex-Séléka, recherché par la Minusca et le gouvernement, est signalé à Ndélé dans le nord du pays. L’information a été confirmée au RJDH par plusieurs sources indépendantes jointes dans la localité.

 

L’information sur la présence de Abdoulaye Hissène à Ndélé coïncide avec la montée en puissance de cas d’agression sur la population relevée par un rapport de la coordination des actions humanitaires (OCHA).

 

Le sultan de Ndélé joint par téléphone dit avoir eu des informations sur la présence de ce cadre militaire du FPRC sans l’avoir encore rencontré «  je ne l’ai pas encore vu de mes propres yeux mais presque toute la ville parle de sa présence depuis deux jours. Je pense qu’il est sur place » a précisé le notable.

 

La présence de ce leader du FPRC est confirmée par un cadre de l’administration présent dans la ville « il est arrivé depuis quelques jours selon les informations que nous avons. L’information a été remontée à qui de droit » a confié cette source sous l’anonymat.

 

Le porte-parole de la Minusca, interrogé à ce sujet n’a ni confirmé ni informé la présence de Hissene à Ndélé. Vladimir Montéiro a seulement réaffirmé la détermination de la mission à mettre la main sur les fugitifs de l’ex-Séléka « l’opération de recherche se poursuit, la pression est maintenue pour  pouvoir arrêter ces individus », a-t-il indiqué, ce jour lors de la conférence hebdomadaire de la Minusca.

 

Abdoulaye Hissene, ancien ministre de la jeunesse, président de la CPJP un mouvement rebelle du nord, a fait allégeance au FPRC, une des branches de l’ex-Séléka. Recherché par la justice centrafricaine, Abdoulaye Hissene fait partie des cadres de l’ex-Séléka qui ont réussi à échapper le 12 aout dernier à la Minusca entre Bangui et Sibut. Il était signalé à Kaga-Bandoro avant Ndélé qu’il aurait rejoint depuis deux jours.

 

 

Centrafrique : Vols à répétition à la Cité des Castors à Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR NOURA OUALOT LE 7 SEPTEMBRE 2016

 

BANGUI, 07 Septembre 2016 (RJDH) — Les cas de vol sont devenus récurrents ces temps-ci au quartier Castors dans le 3ème arrondissement de Bangui.  Abdon Nykoa habitant du quartier et son voisin ont été victimes des malfrats dans la nuit du 06 au 07 Septembre. Le chef du quartier par intérim, Félix Kolouane appelle les jeunes à plus de vigilance.

 

La circulation d’arme au sein de la population fait le lit aux braquages. Proche du KM5 où résident des éléments de l’ex-Séléka, la Cité des Castors ne cesse d’enregistrer des cas de vol et de braquages à main armée au moment où ses habitants commencent à revenir.

 

Abdon Nykoa, une des victimes, fait savoir que l’absence d’électricité dans le quartier est à l’origine de ce banditisme. Il explique les circonstances du vol en ces termes : « Je suis rentré à la maison vers minuit, après quelques heures devant la télévision, je suis allé me coucher à 02 heures. A ma grande surprise le lendemain matin à 5 heures, j’ai constaté que la télé et ses accessoires, la radio et quelques objets ont été emportés. J’ai même retrouvé mon portefeuille au salon sans argent. Mon voisin aussi a été visité la même nuit. Je demande à l’Energie Centrafricaine de nous envoyer la lumière, ces voleurs profitent de l’obscurité pour nous nuire», a témoigné la victime.

 

Devant ces faits, le chef intérimaire de la Cité, Mr Félix Kolouane  a déploré la mauvaise collaboration entre les forces onusiennes et nationales. Il interpelle la jeunesse de son quartier à plus de vigilance, « à chaque fois qu’on arrête les voleurs, les forces de l’ordre ne viennent pas à temps ou ne viennent pas pour les récupérer. Pour les forces étrangères n’en parlant pas. Nous avons de sérieux problèmes dans notre quartier, au problème de vol s’ajoutent le problème d’électricité, de l’eau et l’insalubrité. Alors, je demande à mes frères d’être vaillants, de se multiplier en autodéfense et comité de vigilance pour lutter contre ces vols », a lancé le chef.

 

La Cité des Castors est l’un des quartiers les plus touchés par la dernière crise en Centrafrique. Cette nouvelle vague de vol et de braquage reprend une année après celle déplorée il y’a déjà une année.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com