Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 17:09

 

 

http://africa24monde.com/

 

Libreville, le 27 Septembre 2016. Monsieur Jean Ping a reçu le corps diplomatique à so domicile parmi lesquels, l’union européenne, les Etats Unis, la France, ainsi que l’UNOCA pour affirmer qu’il ne reconnaissait pas la victoire d’Ali Bongo Ondimba, proclamée par la Cour Constitutionnelle, et que "Son mandat actuel arrive à son terme le 15 octobre 2016".

 

Voici l’intégralité du communiqué à ce sujet :


RENCONTRE AVEC LES AMBASSADEURS


EN PRÉSENCE DES AMBASSADEURS DE L’UNION EUROPÉENNE, DES ETATS-UNIS, DE FRANCE, AINSI QUE LE REPRÉSENTANT SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU POUR L’AFRIQUE CENTRALE (UNOCA).


Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,


Monsieur Jean Ping remercie la Communauté internationale pour sa contribution avant, pendant et après l’élection.


Aujourd’hui, les choses sont claires, le peuple gabonais a tranché. Nous avons, d’un côté une tentative grossière de contournement du choix du peuple et quelqu’un qui veut s’imposer une nouvelle fois par un Coup d’Etat électoral et une mascarade judiciaire. Et, de l’autre côté, un peuple qui a fait très nettement son choix en sa faveur.

Le Président que les Gabonais ont élu le 27 août dernier est Monsieur Jean Ping. La responsabilité qui lui incombe est de faire respecter le choix des citoyens conformément à l’article 9 de la Constitution de la République, ainsi que la charte des Nations-Unies, qui reconnait l’autodétermination des peuples à choisir librement leurs représentants. En effet, aucune institution au Gabon ne saurait être au-dessus de la Constitution ou du vote populaire.


Nous avons d’une part la Constitution, et d’autre part la décision inique d’une institution dévoyée et corrompue par un pouvoir complètement mis à nu.


Il constate aussi que la Cour constitutionnelle, malgré le risque de discrédit qui pèse sur elle, a pensé que la raison du plus fort est toujours la meilleure. Elle a ainsi fait le choix de figurer dans les pages les plus sombres de l’histoire du Gabon. Quelle triste destinée pour ceux qui vont devoir assumer cette responsabilité.


Depuis le début du processus électoral, Monsieur Jean Ping a toujours clairement exprimé son scepticisme sur les capacités des institutions en charge de la gestion des élections. La Communauté internationale, avec insistance, a fait valoir l’impérieuse nécessité de se conformer aux voies légales et de jouer le jeu des institutions.

Le processus électoral s’est soldé par un échec de la démocratie. Nul ne le conteste. Il s’est une nouvelle fois soldé par un Coup d’Etat électoral. C’est le lieu d’interroger la Communauté internationale et de l’inviter à prendre ses responsabilités devant cette situation qui l’engage également.


Aujourd’hui, nous n’avons toujours pas une comptabilisation précise des arrestations, des assassinats et des massacres qui ont été perpétrés par certains éléments des forces de défense et de sécurité, appuyés par les escadrons de la mort.


Au Gabon, sous Ali Bongo, l’Etat de droit n’est désormais plus qu’une vue de l’esprit. On a du mal à compter les enlèvements à la pelle de personnalités politiques. Les arrestations arbitraires et les perquisitions illégales sont légion… Tout est mis en œuvre pour créer un climat de terreur et de psychose généralisé. Le régime Bongo-PDG a atteint le point de non-retour dans la barbarie, la dictature et le non-respect des droits élémentaires vis-à-vis de la personne humaine.


Monsieur Jean Ping, tout en condamnant le Coup d’Etat électoral, est déterminé à assumer toutes ses responsabilités pour restituer au peuple gabonais sa souveraineté, et donner toute sa légalité au pays réel qui dispose de la légitimité.

Il n’est donc pas question pour lui et les siens de reconnaitre Ali Bongo comme futur Président de la République. Son mandat actuel arrive à son terme le 15 octobre 2016. Le président Ping ne se prêtera et ne cautionnera aucun arrangement d’arrière-boutique sur le dos du peuple gabonais qui a tant souffert, et qui souffre encore de cette période traumatique. Viendra le temps de la réconciliation qui passera par le dialogue. Mais tant que la vérité des urnes ne sera pas restituée au peuple gabonais, rien de cela ne sera possible ou tenable.


Il appelle donc les Gabonais à la mobilisation et à la vigilance, pour faire échec à ce coup d’Etat électoral. Plus que jamais, le Gabon, dans cette phase critique de son histoire, a besoin de tous ses enfants et de tous ses amis, unis et rassemblés, pour mettre en échec ce pouvoir illégitime et honnis dans les urnes par le peuple. La Libération du Gabon est en marche.


Je vous remercie.

 

 

Jean Ping appelle ses partisans à une résistance active

 

APA Libreville (Gabon) - 2016-09-29 20:45:18 - Jean Ping, candidat malheureux à la présidentielle du 27 aout dernier au Gabon a rejeté l’appel au dialogue lancé par Ali Bongo Ondimba, réélu pour un second septennat, appelant ses partisans à « une résistance active jusqu’à la fin de la forfaiture ».

 

« Je réaffirme urbi et orbi que je ne reconnaîtrai pas le pouvoir d’Ali Bongo qui a les mains souillées par le sang de nos compatriotes », a lancé Ping lors d'une conférence de presse jeudi à son domicile à Libreville.

Invitant ses partisans et alliés politiques de rejeter ‘’massivement’’ le pouvoir de Ali Bongo et de ne lui accorder aucun crédit, Ping, crédité de 47,24 pour cent des voix contre 50,66 pour cent pour son rival, a réaffirmé sa détermination à assumer ‘’ses responsabilités de président élu par le peuple souverain".

« Je ne céderai pas, je ne reculerai pas’’, a –t-il soutenu, demandant à la communauté internationale de "prendre des sanctions ciblées à l'encontre des personnes qui se sont rendues coupables de ce coup d'Etat militaro-électoral".

Selon lui, cette mesure devrait notamment se manifester à travers le gel de leurs avoirs à l'étranger et des interdictions de voyager.

Jean Ping a également appelé à observer le 6 octobre une "journée nationale de recueillement les victimes des violences électorales.

Il a, dans ce sillage, demandé au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de venir au Gabon ‘’faire toute la lumière sur les assassinats, les disparitions et les violations des droits de l'homme". 

La sortie de Ping intervient au lendemain de la nomination de Emmanuel Issoze Ngondet comme Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Il a pour principale tâche de former un "gouvernement d'ouverture", dont la composition est attendue d’ici dimanche, selon une source officielle.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=4864173#sthash.etE5uL0u.dpuf

Lu pour vous : Jean Ping donne une échéance à Ali Bongo Ondimba jusqu’au 15 Octobre 2016

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com