Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 13:45

 

 

http://www.irinnews.org/

 

Emma Supple  IRIN contributor

 

Ben Parker  Responsable des projets spéciaux 

 

Télégramme : +44 7484 709472

 

LONDRES, 2 septembre 2016

 

L'ONU a versé plus d'un demi-million de dollars à une société ayant alimenté le conflit en République centrafricaine par la vente des «diamants du sang» et figurant sur sa propre liste de sanctions, selon une enquête d’IRIN.

 

Le Bureau d'Achat de Diamant en Centrafrique (Badica) a été placé sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies en Août 2015 pour son rôle dans le commerce du diamant en RCA.

 

L'ONU accuse l'entreprise de financer une des deux principales milices en RCA, connu sous le nom Séléka, en achetant des diamants provenant des mines contrôlées par Séléka, qui ont ensuite été passés en contrebande hors du pays par la société sœur de Badica, KARDIAM, à Anvers, en Belgique.

 

Et pourtant, la mission de stabilisation de l'ONU en RCA, dont le mandat inclut le désarmement et la démobilisation des combattants, a une base sur des terres appartenant à Badica.

 

Dans une réponse officielle à IRIN, le département de maintien de la paix des Nations Unies a confirmé qu'il est titulaire d'un contrat de location avec Badica pour les locaux dans la capitale Bangui. Dans une réponse écrite, un porte-parole a dit que tout loyer payé à Badica va dans un compte bloqué, qui est contrôlé par les autorités de la RCA. Un paiement d'arriérés de loyer sur le compte Badica Ecobank ONU a été autorisé en Juin, ce qui suggère que des paiements ont été retenus pendant plusieurs mois.

 

Badica conteste la liste des sanctions et a lancé une contestation judiciaire à son exécution dans l'Union européenne, qui est tenue de mettre en œuvre des sanctions des décisions des Nations Unies. Une personne qui répond au téléphone au bureau de KARDIAM en Belgique a refusé de commenter et les efforts pour contacter Badica en RCA ont été infructueux.

 

Selon l'ONU, il a tenté de trouver d'autres locaux depuis l'inscription de Badica, mais sans succès.

 

"Aucun autre site à Bangui répond aux besoins de la mission," le porte-parole de l'ONU a dit à IRIN. «Les locaux de Badica sont uniques dans leur taille et leur capacité à accueillir le BJTF (Joint Task Force Bangui)."

 

La mission de l'ONU, connue sous le nom Minusca, se compose actuellement de près de 13.000 personnels en uniforme. Il a été créé en 2014 après le renversement du président François Bozizé par les rebelles Séléka en 2013 avec un mandat pour protéger les civils, promouvoir les droits de l'homme et de soutenir le processus de transition politique.

 

Les sanctions, autorisées par le Conseil de sécurité des Nations unies, interdisent le commerce et les transactions internationales et ont force mondiale. Tous les actifs financiers de l'entreprise et les ressources économiques sont gelés et aucun autre fonds ne peut être transféré à la société par des individus ou entités. Les règles de passation des marchés de l'ONU excluent spécifiquement les entreprises figurant sur la liste des sanctions.

 

Les contrats préexistants avec des entreprises sanctionnées peuvent toutefois continuer dans certaines circonstances, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité. Le porte-parole a déclaré que le contrat de Badica, comme elle a commencé avant l'inscription, était admissible aux termes de la résolution sur les sanctions. Le département de maintien de la paix de l'ONU a informé le Comité des sanctions du Conseil de sécurité et un groupe d'experts qui conseille sur les questions liées aux sanctions pour la République centrafricaine.

 

L'ONU a modifié deux fois son contrat avec Badica initialement signé le 1er Novembre 2013. L'extension actuelle se poursuit jusqu'à la fin de Octobre 2016, et les paiements mensuels ont augmenté 5.600.0000 FCFA (10.200 $) par mois, selon l'ONU déclaration à IRIN.

 

«La mission continue de faire tous les efforts pour explorer et identifier d'autres locaux," poursuit la déclaration.

 

Badica fait partie du groupe basé à Anvers Groupe Abdoulkarim, dirigé par l’homme d’affaires Abdoulkarim Dan Azoumi, qui vit en Belgique. Le groupe comprend également Minair, une compagnie d'aviation, et Sofia-TP, une entreprise de transport, classé comme «filiales» de Badica dans la liste des sanctions de l'ONU.

 

L'examen par IRIN des données d'approvisionnement de l'ONU a également révélé un contrat avec l'ONU Sofia-TP pour les «services de transport et de fret" en 2014.

 

Grâce à la fois le contrat de location avec Badica et le contrat avec Sofia-TP, l'ONU avait payé un total de 495.571 $ à Groupe Abdoulkarim d'ici la fin de 2015, tout en condamnant l'une de ses entreprises pour son rôle dans le financement des rebelles Séléka à travers le commerce des diamants. Le loyer dû en 2016 augmenterait le total à plus de 550.000 $.

 

L'ONU états annonce: "Badica / KARDIAM a apporté son soutien à des groupes armés en République centrafricaine, à savoir l'ancien Séléka et anti-Balaka, par l'exploitation et le commerce des ressources naturelles, y compris les diamants et l'or illicite."

 

"Ces découvertes récentes qui révèlent des transactions financières effectuées entre la mission de maintien de la paix des Nations Unies en RCA et Badica autorisées par le conseil de sécurité de l'ONU, reflète l'échec de la communauté internationale pour régler le financement des conflits armés en RCA», dit Nathalia Dukhan du projet Enough, une campagne qui vise à mettre fin au génocide et des atrocités de masse en Afrique.

 

Un nouveau rapport du Conseil de sécurité de l'ONU sur le conflit en RCA dresse un tableau de la poursuite de la contrebande d'armes, l'activité des milices, l'exploitation illicite des ressources naturelles et une recrudescence des conflits ainsi que les abus et les déplacements de civils.

 

La mission de l'ONU pour stabiliser la RCA a été accablée par des révélations d'abus sexuels commis par des soldats de la paix. Un haut officiel des Nations Unies aux droits de l'homme a récemment démissionné sur la mauvaise gestion des rapports d'abus sexuels commis par des troupes étrangères de l'ONU.

 

Il en résulte une série d'opérations françaises et dirigées par l'ONU, y compris l'Opération Sangaris et BINUCA. Le budget annuel de minusca se situe à 816 millions $.

 

Une paix fragile

 

Après le renversement de Bozizé en 2013, un certain nombre de mines de diamant en RCA est tombé sous le contrôle de la milice Séléka du pays, une alliance de factions armées principalement musulmanes.

 

Les «taxes» illégales imposées sur les mines par les milices ont conduit le pays à être exclu du Processus de Kimberley, une initiative mondiale visant à empêcher le commerce international des «diamants du sang», ce qui signifie que des sociétés comme Badica ne pouvaient pas légalement exporter des diamants.

 

Les diamants bruts exportés d'un Etat participant au Processus de Kimberley doivent comporter un certificat attestant qu'ils ne sont pas des «diamants de la guerre».

 

En dépit de sa richesse en ressources naturelles, la RCA reste l'un des pays les plus pauvres du monde. Avant l'interdiction 2013 sur la circulation des diamants de la guerre, ils étaient une exportation clé. À leur apogée en 2006, la valeur des exportations de diamants a atteint 70 millions $.

 

Badica a été sanctionné après que les fonctionnaires à Anvers en Belgique, ont saisi un colis expédié à sa société soeur KARDIAM. Il contenait des diamants bruts que le Groupe spécial d'experts ont jugé susceptibles de provenir de la RCA malgré l'interdiction du Processus de Kimberley. La société, dans une lettre à l'ONU, a contesté l'affirmation selon laquelle Badica était derrière le colis saisi à Anvers, qui avait transité par Dubaï, et se demande si les diamants proviennent de la RCA en premier lieu.

 

Le gouvernement centrafricain est désireux de retrouver la paix et de voir les restrictions à l'exportation levées. C’est ce qui a conduit le Processus de Kimberley à lever partiellement les restrictions à l'exportation dans certaines régions du pays. En Juin, la première exportation légale de la RCA a eu lieu après que le Processus de Kimberley a déclaré certaines zones assez pacifiques pour répondre à ses critères.

 

Cependant, le dernier rapport du Panel d'experts de l'ONU suggère que l'interdiction d'exportation a été levée prématurément.

 

Selon les règles du processus de Kimberley, afin d'assurer que les diamants n’alimentent les conflits, il doit y avoir le contrôle du gouvernement, une absence de groupes armés dans les zones minières et la liberté de mouvement. Le Groupe d'experts estime que la liberté de mouvement est encore limitée et les milices ont un intérêt dans la production et le commerce de diamants.

 

«Sans le respect de la liberté de mouvement et d'autres droits de l'homme, les diamants de la RCA ne peuvent pas être considérés comme appropriés pour l'exportation," Michael Gibb, le chef de campagne pour les ressources en conflit au groupe de défense Global Witness, a dit à IRIN.

 

Alors que Global Witness ne préconise pas l'interdiction générale, pour Gibb, la crédibilité de toute reprise du commerce repose sur une surveillance constante sur le terrain et une évaluation générale des conditions dans les zones conformes.

 

"Si le même abus, la corruption et le pillage sont à nouveau autorisés à prendre racine dans les secteurs des ressources de la RCA, ils continueront à saper la paix et la stabilité de la RCA comme tout au long de l'histoire troublée du pays," a-t-il dit.

Lu pour vous : EXCLUSIF: Les Nations Unies rémunèrent une société de diamants sur la liste noire en République centrafricaine
Lu pour vous : EXCLUSIF: Les Nations Unies rémunèrent une société de diamants sur la liste noire en République centrafricaine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com