Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 20:42

 

 

De son retour du sommet de l'ONU à New-York, le President de la République a émis le voeu de rencontrer la diaspora de France afin d'échanger positivement et de manière constructive sur les problèmes qui minent notre chère patrie. Les objectifs du chef de l'Etat étaient de faire passer quelques messages et en retour recueillir des avis et propositions définissant des pistes pour remédier durablement à la crise centrafricaine. Nous tenons à remercier le President de la République pour cette initiative salvatrice qui a créé un espace d'échange direct avec la diaspora.

 

Cet exercice est souvent craint par ses prédécesseurs mais il a osé se prêter au jeu de questions/réponses en répondant à chacune des questions même tordues. Outre l'éloquence du locataire du palais de la renaissance, qui se croyait dans un amphithéâtre, il répondait avec spontanéité et parfois avec des improvisations. À travers cet exercice, nous ressentons que le President de la République a de l'envie pour réussir sa mission mais la seule envie ne suffit pas. Il faut une équipe et une stratégie et surtout la bonne.

 

Au niveau organisationnel, nous avons apprécié la ponctualité du chef de l'Etat car de tradition, nos autorités n'ont jamais la notion d'heure. Le protocole qui est encore en rodage de courtoisie est vite submergé par le débit festif au point que le President de la République n'était pas en bonne posture pour partager le pot avec la communauté comme initialement prévu. Le choix des internants semblait être avalisé d'avance, peut être dans le souci de museler ou d'imposer une pensée unique alors que l'essence ou la quintessence de cette rencontre était d'échanger contradictoirement. Nous avons également relevé certains actes d'incivisme de nos compatriotes car on ressentait de l'agressivité voire de l'impolitesse dans certains propos adressés au chef de l'Etat.

 

N'oublions pas que quel que soit sa personne, le President de la République est celui qui a été choisi par le peuple pour assurer sa destinée pour un mandat de cinq ans. Nous lui devons du respect en dépit de nos appartenances politiques. Nous avons occulté qu'il y avait la présence des expatriés et de la presse internationale dans la salle. La traditionnelle arrogance intellectuelle des parisiens à pousser certains à faire le déballage de leur cursus universitaire parfois peu élogieux et douteux au lieu de débattre de vrais problèmes qu'attendait le chef de l'Etat. Par ailleurs, le President de la République s'est fait remarqué par des applaudissements fanatiques mais à t-il vraiment convaincu la salle ?

 

Dans ses déclarations liminaires, le President a porté un doigt accusateur sur des personnalités qui seraient en manoeuvres sous-marines pour torpiller la table ronde du 17 novembre 2016 à Bruxelles. Nous nous posons légitimement la question de savoir s'il s'agissait de qui ? Pensez-vous vraiment qu'une tierce personne peut faire obstacle à la réussite de la table ronde de Bruxelles ? Notre modeste personne pense que Bruxelles et les partenaires de développement évalueront les capacités de notre pays sur la base d'un programme établi établi par le comité de pilotage mis en place depuis un certain temps.

 

Si le programme présenté ne fournit pas les garanties nécessaires ouvrant les voies aux financements tous azimuts des projets de développement, cela n'engagera que le gouvernement. Le doigt accusateur n'est-il pas une stratégie du pouvoir pour préparer l'opinion publique en cas d'échec de la table ronde ? N'est-il pas un moyen de faire porter le chapeau par quelqu'un d'autre ? Nous n'envisageons évidemment pas cette hypothèse d'échec car elle sera catastrophique pour notre pays et les nouvelles autorités s'attacheront les cheveux même sur des crânes rasés. Pour finir, la scrutation et la lecture synoptique de la déclaration liminaire du President sous-entend que la Centrafrique est actuellement en stand-by en attendant la table ronde de Bruxelles.

 

Le programme DDR, la mise en place du tribunal pénal spécial, le problème des réfugiés et déplacés, la restauration de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire national, la justice et la réconciliation, la formation du nouveau gouvernement de l'union sacrée etc...n'attendent que la table ronde de Bruxelles. Le stand-by se définit comme une situation d'attente à la réalisation d'une autre action prioritaire, une mise en veille. Cela traduit l'immobilisme dans l'espoir. Alors si tel est le cas, que fait concrètement le gouvernement actuel ? Il donne l'impression d'assurer le service minimum limité à l'expédition des affaires courantes. Mais attention, ne le dites à personne. Si on vous demande, ne dites pas que c'est moi. 

 

Bernard SELEMBY DOUDOU

 

Juriste, Administrateur des Elections.    

CENTRAFRIQUE : RENCONTRE AVEC LA DIASPORA DE FRANCE, LE PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE A T-IL CONVAINCU ?  par Bernard SELEMBY DOUDOU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com