Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 20:04

 

 

30/09/16 (AFP)

 

La mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) a annoncé jeudi qu'elle allait renforcer ses positions dans plusieurs régions du pays victimes d'un regain de violences et de tensions ces dernières semaines.

 

"La Minusca indique qu'elle renforce ses positions à Kaga Bandoro dans la préfecture de Nana-Grébizi (centre) (...) après les manifestations et les tensions dans la ville hier", a indiqué son directeur de communication, Hervé Verhoosel, dans un mail à l'AFP.

 

A Kaga Bandoro, des habitants ont manifesté mercredi contre la passivité du contingent pakistanais de la Minusca face aux exactions des rebelles ex-Séléka ayant fait plusieurs morts dans les villages environnants, d'après des témoignages recueillis par l'AFP.

 

Ces manifestations ont coïncidé avec le déploiement des contingents camerounais et burundais qui arrivaient le même jour dans la région, de même source.

 

Des affrontements entre groupes armés ont fait six morts mi-septembre dans la région de Kaga Bandoro, avait alors indiqué la Minusca, qui compte environ 12.000 hommes dans le pays. A l'origine: des heurts entre ex-Séléka et milices anti-Balaka.

 

"La mission continue de superviser la situation à Koui dans la préfecture de l'Ouham-Pendé" dans le nord-ouest près du Cameroun, où d'autres violences entre groupes armés "ont fait au moins sept morts, dont six civils" mardi, poursuit le directeur de la communication de la Minusca.

 

Un Casque bleu a été blessé par des assaillants non-identifiés sur un check-point près de Koui, précise-t-il.

 

La Minusca doit aussi mener une mission conjointe dans les prochains jours avec le gouvernement centrafricain dans la région de Kouango (centre-est).

 

Dans cette région, les violences de ces derniers jours ont fait 10 à 20 morts, selon la Minusca. Le collectif des ressortissants de Kouango joint par l'AFP parle de "plus de 50 morts" dans des attaques menées par d'ex-Séléka.

 

La prise du pouvoir par cette coalition à dominante musulmane en 2013, après le renversement de l'ex-président François Bozizé, a précipité la Centrafrique et ses 4,5 millions d'habitants dans le chaos avec une contre-offensive des milices anti-Balaka majoritairement chrétiennes menant à de nouvelles exactions.

 

Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés d'après les Nations unies.

 

L'intervention militaire française de l'opération Sangaris, fin 2013, puis le déploiement de Casques bleus, ont permis de stabiliser la situation sécuritaire, mais des bandes armées continuent de sévir dans plusieurs régions de ce pays dont l'histoire est jalonnée de coups d'Etat, de mutineries et de rébellions.

Centrafrique: les Nations unies renforcent leurs positions dans des régions frappées par de récentes violences

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com