Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 20:05

 

 

 

Lors de son accession à la magistrature suprême, le President de la République a défini les urgences pour remédier le plus rapidement possible aux besoins prioritaires de l'Etat centrafricain. Ces priorités sont structurées et la restauration de la sécurité à été priorité. Force est de constater que dans les faits, des polémiques stériles ont pris le dessus au détriment de l'objectif. Des manoeuvres de distraction ont commencé par des contrôles inopinés d'effectif du Premier ministre qui barricade des ministères suivi de sanctions.

 

Cette démarche non démocratique s'est rapidement essoufflée, enlisée, embourbée sous le poids de l'immensité de la tâche qui les attendait. La session du baccalauréat sous l'ère de la rupture s'est soldée par une statistique la plus sombre de l'histoire de ce diplôme. Ainsi, comment expliquer cette catastrophe dès lors que les deux têtes de l'exécutif sont des enseignants respectés de l'université de Bangui ? Cette énigme confirme le proverbe qui dit :"un menuisier n'a jamais de bon meuble chez lui".

 

Concernant les polémiques autour du rôle du Directeur de cabinet du President de la République, nous pensons que ce débat n'a pas lieu d'être car il n'influe pas ou n'empêche pas le fonctionnement normal de l'appareil étatique. La fiche technique légale du métier de Directeur de cabinet n'est pas expressément définie par la loi. Devant le mutisme de la loi, ce dernier c'est à dire le Directeur du cabinet présidentiel est devenu l'homme à tout faire du President de la République, son confident, son stratège qui doit le suivre partout.

 

Ne soyez même pas surpris qu'il s'occupe des enveloppes allouées aux maîtresses. Mais attention, son rang et prérogatives de ministre d'Etat ne fait pas de lui un membre du gouvernement et en conséquence ne peut intervenir au conseil de ministres. Il s'agit simplement des émoluments accordés à un collaborateur digne de confiance. Alors de grâce, arrêtons cette polémique et reprochons le Directeur du cabinet présidentiel sur les manquements liés à l'exercice de ses fonctions. 

 

La liste infinie des distractions politiques et stériles s'allonge. Ainsi, on se pose légitimement la question de savoir la suite de la procédure judiciaire engagée contre le sieur Francis Bozizé ? Le pouvoir tente t-il par des manœuvres dilatoires pour endormir le peuple ? Si tel est le cas, la récupération du President de la République par le KNK semble être une opération réussie car les membres de ce parti reviennent en force dans l'arène.

 

Comment le President de la République s'est-il facilement laissé absorber par ce parti alors qu'à quelques des présidentielles, il était déclaré personae non grata ? Dans le feuilleton Gouvernement/Minurca, quelle est la suite de l'accusation publique du Premier ministre contre la Minusca ? À notre connaissance, cette dernière s'est seulement contentée de rejeter l'accusation et continue d'infantiliser, de narguer et de défier l'Etat centrafricain de prouver ses accusations. Le gouvernement doit brandir sa souveraineté et stopper les dérives du représentant de l'ONU en Centrafrique.

 

Au delà de toutes ces affaires que nous qualifions de distractions politiques et stériles, quel est l'apport de ces différentes polémiques au processus de sécurisation du pays ? Quelle est la valeur ajoutée à la relance de l'économie et au respect des Droits de l'homme ? Vous constaterez ensemble avec nous que toutes ces questions sont restées sans réponses et par voie de conséquence ces polémiques stériles risquent de dévier la trajectoire politique du President de la République et d'hypothéquer son mandat.

 

Le pays fonctionne comme si on était encore en période de transition. Ces différents défis devraient exciter le President de la République à prendre ses responsabilités en mettant en place un nouveau gouvernement avec ou sans Sarandji mais une équipe dynamique, jeune, élargie et tout cela dans le grand respect du concept genre. Mais attention, ne le dites à personne. Si on vous demande, ne dites pas que c'est moi.

 

Paris, le 27 août 2016. 

 

Bernard SELEMBY DOUDOU

 

Juriste, Administrateur des Elections

 

UNE MULTITUDE DE POLÉMIQUES POLITIQUES ET STÉRILES POUR PEU D'ACTIONS CONCRÈTES par Bernard SELEMBY DOUDOU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com