Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 17:56
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Les membres de quatre structures de la coordination du programme DDRR nommés par le chef de l’Etat

 

http://rjdh.org/  PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 3 AOÛT 2016

 

BANGUI, 03 aout 2016—Onze personnalités sont nommées par décret présidentiel dans les organes chargés de mettre en œuvre le programme de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR),  de la Reforme du Secteur de Sécurité (RSS) et de la Réconciliation Nationale (RN). Signé le 29 juillet 2016, le décret n’a été lu à la radio nationale que le 02 aout dernier.

 

Le décret a nommé onze personnalités dans quatre structures qui vont soutenir la coordination du programme DDRR et RSS qui est rattachée à la présidence de la République. La première structure dénommée secrétariat technique d’appui de la coordination du programme DDRR et du processus de la RSS et de la RN. Elle est gérée par un chargé de mission, coordonnateur qu’est André Samba qui a pour secrétaire de direction Roger De Bonheur Ziegfried Faiton-Hainat.

 

La deuxième structure est le secrétariat technique d’appui du conseiller DDRR dont le chargé de mission des opérations est Samuel Touatena, celui des relations avec les groupes armés est Jean Pierre Betindji et l’assistant administratif est Benjamin Saragaza.

 

La troisième structure est le secrétariat technique d’appui à la RSS. Désiré Laurent Malibangar est désigné chargé de mission en matière de projet de RSS, Inès Valerie Ouaby-Kakai née Bella est nommée chargée de mission des questions juridiques et du genre tandis que Grace à Dieu Modeste Christian Houl-Son se charge de l’administration.

 

La dernière structure est le secrétariat technique d’appui au ministre conseiller à la RN. Le chargé de mission en réconciliation nationale et cohésion sociale est Jules César Mazangue, celui en charge de la gestion des conflits communautaires est Issa Bi Amadou et l’administration est gérée par Adèle Boukary.

 

Les représentants des groupes armés ne sont pas directement sollicités au sein de ces structures. Nordine Mahamat, porte-parole des groupes armés signataires de l’accord de Brazzaville et de celui de Bangui du 10 mai 2015, a confié au RJDH que les leaders des mouvements armés seront nommés au niveau du comité consultatif et de suivi dont le décret est attendu.

 

De sources bien informées, les groupes armés ont déjà envoyé à la présidence les noms de ceux qui doivent les représenter au sein de cet organe.

 

Le chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra a rattaché le programme DDRR  à la présidence de la République, ce qui n’est pas du gout de l’Assemblée Nationale qui, lors de sa session extraordinaire de juillet dernier, a réclamé la création d’un ministère consacré à cette question./

 

Sylvestre Sokambi et Marina  Moulou Gnatho  

 

 

Centrafrique : Le directeur de l’hôpital de l’Amitié appelle la mairie à reprendre la gestion des morgues

 

http://rjdh.org/  PAR NOURA OUALOT LE 3 AOÛT 2016

 

BANGUI, 03 aout 2016 (RJDH)— La morgue de l’hôpital de l’amitié a repris depuis 72 heures après un mois d’inactivité. Mais, le directeur Germain Piamalé souhaite  que la mairie de Bangui reprenne la gestion des morgues aux hôpitaux.   

 

La morgue de l’hôpital de l’Amitié, selon le directeur, a repris grâce à l’appui du ministère de la santé, « c’était le 28 juillet 2016 suite à un problème d’électricité  que le compresseur de la morgue a pris un coup. Après des démarches menées, nous avons reçu de la part du ministère de la santé un ancien compresseur qui servait à la  vaccination. Pour le moment le problème est résolu, mais pour combien de temps ? Je ne sais pas », fait-il savoir.

 

Germain Piamalé appelle la mairie de Bangui à décharger les hôpitaux par rapport à la gestion des morgues, « les morgues relèvent de la compétence des municipalités mais malheureusement chez nous, ces morgues sont logées dans les hôpitaux, ce qui n’est pas bon pour la quiétude des malades. Se battre encore pour conserver les corps, est une autre mission qui ne relève pas de notre compétence, c’est pourquoi nous souhaitons que la mairie prenne la gestion des morgues » propose le directeur de l’hôpital de l’Amitié.

 

Il demande aux parents de libérer à temps les corps au niveau des morgues pour soutenir les efforts qui sont faits par les hôpitaux «  il n’y a que trois morgues dont les capacités ne sont pas aussi grandes pour toute la ville de Bangui. Chaque jour, des dizaines de personnes meurent. Nous pensons qu’il faut que les parents qui déposent les corps ici, les reprennent après trois jours au maximum. Ils doivent aussi contrôler les corps quand il sont ici » a-t-il lancé.

 

La morgue de l’hôpital peut contenir jusqu’à 200 corps. Elle a été réhabilitée pour la dernière fois par le gouvernement Centrafrique, qui a octroyé  six millions en juillet 2015.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com