Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 11:45

 

AZAWAD

 

Par Célian Macé Libération — 3 août 2016 à 19:51

 

Les rivalités entre Ifoghas et Imghad ont dégénéré le 22 juillet lors d’affrontements qui auraient fait au moins 70 morts. Ces tensions, attisées par le trafic de drogue, empêchent le retour de la stabilité.

 

AKidal, le 22 juillet, un check-point franchi trop rapidement aura déclenché en quelques minutes une bataille rangée dans toute la ville et laissé des dizaines de cadavres dans les rues sableuses. Ni l’armée malienne, qui n’a plus remis les pieds à Kidal depuis qu’elle en a été chassée en mai 2014, ni les Casques bleus, ni les soldats français de «Barkhane», qui ne sont pas sortis de leur base, ni même les jihadistes d’Ansar ed-Dine n’ont tiré une seule balle. A Kidal, ce jour-là, des Touaregs ont ouvert le feu sur d’autres Touaregs, rouvrant une fracture qui déchire la région depuis deux décennies.

 

«Il faut bien réaliser que le bloc touareg n’existe pas, pointe Pierre Boilley, directeur de l’Institut des mondes africains et auteur d’un ouvrage de référence sur la question (1). Ce n’est pas un ensemble unifié, même pour les Kel Adagh», les Touaregs de la région de Kidal. Lors des négociations qui ont abouti à la signature de l’accord d’Alger, en mai 2015, qui mettait théoriquement fin à la guerre dans le nord du Mali (l’Azawad), des Touaregs étaient d’ailleurs présents dans plusieurs mouvements armés, parfois rivaux. Leurs combattants sont principalement regroupés dans trois organisations : le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), tous deux considérés comme «rebelles» car ayant participé, d’une façon ou d’une autre, à l’occupation du Nord-Mali en 2012, et le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), pro-Bamako, qui a affronté les deux premiers aux côtés de l’armée malienne.

 

Le MNLA est l’héritier des guérillas indépendantistes des années 90. Il affiche une doctrine laïque et fait la promotion de la culture touareg. Son allié du HCUA, créé pendant la guerre du Mali en 2013, en est le pendant islamiste. «Il y a toujours des vases communicants entre le HCUA et les jihadistes d’Ansar ed-Dine», rappelle Charles Grémont, de l’Institut de recherche pour le développement. En face, le Gatia, loyaliste, prône l’unité du territoire malien.

 

Le MNLA est l’héritier des guérillas indépendantistes des années 90. Il affiche une doctrine laïque et fait la promotion de la culture touareg. Son allié du HCUA, créé pendant la guerre du Mali en 2013, en est le pendant islamiste. «Il y a toujours des vases communicants entre le HCUA et les jihadistes d’Ansar ed-Dine», rappelle Charles Grémont, de l’Institut de recherche pour le développement. En face, le Gatia, loyaliste, prône l’unité du territoire malien.

 

Nobles et vassaux

 

Mais au-delà des questions idéologiques, les mouvements armés sont dessinés par les appartenances lignagères. Deux grands groupes sociaux s’opposent depuis les années 90 : les Ifoghas, lignée noble au sein de laquelle est élu l’amenokal (le chef suprême) des Kel Adagh, et les Imghad, qui, dans la région de Kidal, désignent les Touaregs «libres, mais tributaires des familles nobles», décrit Charles Grémont. Autrement dit des vassaux, au statut social inférieur. Le HCUA et dans une moindre mesure le MNLA sont contrôlés par des Ifoghas. Le Gatia est dominé par les Imghad. «L’idée de lutter contre l’oppression des nobles Ifoghas est certainement présente chez les Imghad», explique Pierre Boilley.

 

«La lutte de pouvoir entre les deux a commencé en 1991, après le cessez-le-feu de Tamanrasset [au cours de la deuxième rébellion touareg au Mali, entre 1990 et 1996], explique le sociologue André Marty. Les Imghad rejetaient la tutelle des Ifoghas. Ils ont créé leur propre groupe militaire, qui refusait de déposer les armes et voulait continuer le combat. Les premiers affrontements ont éclaté en 1994.» A l’époque, Bamako s’appuie sur les Ifoghas, au statut social plus élevé, dans la continuité de la politique menée depuis l’indépendance du pays.

 

Dix ans plus tard, cependant, Bamako change de stratégie. «La bascule s’est faite pendant le premier mandat d’Amadou Toumani Touré, [entre 2002 et 2007], poursuit André Marty. Quand la troisième rébellion touareg éclate, en 2006, le Président joue cette fois la carte des Imghad pour la contrer.» Un homme incarne ce retournement d’alliance : El Hadj Ag Gamou, Imghad passé par les troupes de Kadhafi, le Liban, le Tchad, la rébellion de l’Azawad, avant d’intégrer l’armée malienne. Il est connu en particulier pour un fait d’arme spectaculaire. En 1994, pour protéger sa fuite lors d’une bataille, il a kidnappé pendant quelques jours l’amenokal des Kel Adagh. Le vieux chef a été bien traité, mais depuis cet affront les Ifoghas le haïssent. Aujourd’hui, El Hadj Ag Gamou, resté fidèle au pouvoir malien et devenu général, est le chef militaire du Gatia.

 

L’amenokal qu’il avait enlevé est mort en 2014, à 87 ans. Son fils aîné, Mohamed Ag Intalla, a pris sa succession, tandis que le cadet, Alghabass Ag Intalla, dirige le HCUA. L’autre grand leader des Ifoghas, Iyad Ag Ghali, qui aurait pu prétendre au titre suprême, est devenu infréquentable : il a basculé dans le jihad armé en créant Ansar ed-Dine, une organisation jihadiste qui se bat pour l’instauration d’un califat islamique dans le nord du Mali. Enfin, c’est également un Ifoghas qui est à la tête du MNLA : Bilal Ag Achérif. Le propre frère de ce dernier aurait été tué dans les affrontements du 22 juillet.

 

«Ce jour-là, la colonne du Gatia, composée de quatre ou cinq véhicules, rentrait de mission. Les hommes du HCUA et du MNLA l’ont laissé passer la barrière avant d’ouvrir le feu, raconte Azaz Ag Loudagdad, le président de la Coordination Imghad. Quelques jours plus tôt, il y avait déjà eu des heurts. La situation était tellement tendue que ça s’est tout de suite propagé au reste de la ville.» Le communiqué conjoint du HCUA et du MNLA présente une version différente : «A la surprise générale, cette colonne du Gatia a fait irruption dans la ville, en tirant des rafales d’armes automatiques dans tous les sens. Nos combattants ont naturellement répliqué.»

 

Dix jours après l’affrontement, aucun bilan officiel n’a été communiqué. L’Etat malien est totalement absent de la ville et les mouvements armés rechignent à compter leurs morts. A Bamako, un député au fait des questions sécuritaires a recensé 70 victimes, tandis qu’un observateur occidental évoque jusqu’à «une centaine de décès». Un habitant joint à Kidal parle, lui, d’un convoi d’une «dizaine de pick-up» et «d’une provocation du Gatia». Il dit avoir vu «des civils touchés, notamment une petite fille tuée à côté du marigot».

 

Les hommes du général Ag Gamou ont été repoussés hors de la ville le lendemain matin. Depuis, les «familles Imghad ont peur des représailles», constate cet habitant. Des femmes de Kidal ont publiquement rendu visite à leurs amies Imghad pour leur témoigner leur solidarité et empêcher les actes de vengeance sur les civils.

 

«Narcotrafiquants»

 

Tous les observateurs de la région notent cependant que la guerre de fractions est attisée par la lutte sans merci pour le contrôle du trafic de drogue. «Le commerce est aux mains de quelques grandes familles arabes, ce n’est un secret pour personne, explique Pierre Boilley. Pour le transport, ils payent les mouvements armés touaregs. Certains combats qui apparaissent comme politiques sont en fait des batailles de narcotrafiquants.» Selon un connaisseur du Nord-Mali présent à Bamako, la bataille du 22 juillet pourrait justement être due à «l’énervement de combattants du Gatia responsables d’un convoi de six véhicules chargés de drogue, qu’ils se sont fait voler aux environs de Tinzaouaten», à la frontière de l’Algérie. «Si c’est bien le cas, le Gatia devait être enragé, commente Charles Grémont. La défaite qu’ils ont subie par-dessus le marché à Kidal laisse malheureusement présager une revanche.» Pour le moment, les troupes du Gatia sont repliées à l’extérieur de la ville, où elles reconstituent leurs forces. Vendredi et samedi, une nouvelle explosion de violence a secoué le désert. A 50 kilomètres au nord-est de Kidal, le HCUA et le Gatia se sont affrontés en bataille rangée. Selon un communiqué du second, 26 combattants ont perdu la vie.

 

A Kidal, les Casques bleus ont été déployés autour de la ville pour protéger la population. Un nouvel assaut risquerait de ruiner définitivement le processus de paix. Celui-ci prévoyait, cet été, l’instauration de patrouilles mixtes dans lesquelles les combattants des différents mouvements seraient représentés à parts égales. Une étape cruciale pour rétablir la confiance. Mais un tel dispositif est désormais impensable à court terme à Kidal. Encore une fois, la guerre entre Ifoghas et Imghad, et non le terrorisme, menace la stabilité du Nord. «Aucun des deux camps ne parvient à prendre l’avantage. En réalité, personne ne domine, note Charles Grémont. L’issue dépendra des alliances : dans le Sahara, on ne peut pas être fort tout seul.»

 

(1) Les Touaregs Kel Adagh : dépendance et révolte, éditions Karthala, 2012.

 

Célian Macé

 

Lu pour vous : A Kidal, la lutte fratricide des Touaregs du Mali

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com