Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 19:53
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique: Les vendeurs du centre-ville manifestent suite à leur déguerpissement par la mairie de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 8 JUILLET 2016

 

BANGUI, 08 Juillet 2016 (RJDH)—Plusieurs vendeurs installés au centre-ville ont envahi ce matin le point zéro pour protester contre leur déguerpissement par la mairie de Bangui. Certains ont tenté contre l’interposition des forces de l’ordre de fermer les boutiques des Libanais.

 

Ces jeunes disent regretter le passage en force de la mairie « nous n’avons pas été prévenus de cette opération. Brusquement ce matin, la police municipale s’est positionnée pour nous  empêcher d’étaler nos marchandises » a expliqué un de ces vendeurs.

 

Paul Kpaya, l’un des manifestants pense que les marchés sont inondés et qu’il leur est difficile  de trouver de la place « en ce moment, les marchés sont saturés. Nous ne pouvons pas facilement trouver de la place. Que deviendrons-nous alors ? » s’est-il interrogé.

 

Tout regrettant le manque de communication, Célestin un des vendeurs du centre-ville apprécie l’initiative de la mairie qui selon lui participe à la sécurisation de la ville.

 

La mairie de Bangui dit avoir informé ces vendeurs trois jours en avance « cette opération est faite après une période d’information.  La mairie a sensibilisé les vendeurs avant de libérer les coins des rues ce matin » a confié un responsable de communication de la mairie de Bangui.

 

C’est la première opération de déguerpissement organisée depuis la nomination de Emile Raymond Gros Nakombo à la tête de la délégation spéciale de la ville de Bangui le 5 mai 2016.

 

 

Centrafrique: Les ex-combattants Anti-Balaka de Bouar demandent leur intégration dans le pré-DDR

 

http://rjdh.org/ PAR CONSTANT NDOLO-BABOU LE 8 JUILLET 2016

 

BOUAR, 8 juillet 2016 (RJDH)—Les ex-combattants Anti-Balaka de Bouar réclament leur intégration dans le pré-DDR piloté par la Minusca. Ils ont exprimé cette demande lors d’une manifestation tenue jeudi 7 juillet devant le siège de la représentation de la Minusca dans la ville.

 

Ces ex-combattants ont expliqué avoir remis des armes artisanales, seulement, d’après eux, la  Minusca n’aurait besoin que des armes automatiques. Ces ex-combattants réclament les armes artisanales et leur intégration dans le pré-DDR qui devrait suivre leur enregistrement « nous avons remis les armes artisanales avec lesquelles nous avons combattu. Aujourd’hui, on ne parle d’armes automatiques, c’est pour cela que nous exigeons la restitution de ces armes artisanales et notre implication dans les opérations du pré-DDR à travers les travaux à haute intensité de main d’œuvre » confie un de ces ex-combattant.

 

Michel Bello, coordonnateur de ces ex-combattants joue à l’apaisement et demande à la Minusca de les soutenir pour maintenir le calme qui règne dans la ville « notre souhait est que ces ex-combattants puissent être intégrés dans le pré-DDR afin de sauver le calme » souhaite t-il.

 

Anatole Constant Banem, coordonnateur régional DDR secteur Ouest de la Minusca, dit avoir respecté les critères de choix pour l’implication des ex-combattants dans le processus. Pour lui, le comportement des ex-combattants qui remettent des armes artisanales est différent de ceux qui ont remis des armes sophistiquées. Il a indiqué que tout le travail a été fait avec les responsables des groupes armés afin d’éviter l’incompréhension.

 

La Minusca pilote depuis quelques mois un programme pré-DDR qui permet de donner du travail aux ex-combattants qui remettent des armes et se font enregistrer. Ce programme est mis en œuvre à Bangui, Kaga-Bandoro, Bouar et Bossangoa.

 

 

Centrafrique : NDI échange avec les autorités locales sur leur implication dans la gouvernance démocratique et la réconciliation

 

http://rjdh.org/ PAR THIERRY KHONDE LE 8 JUILLET 2016

 

BANGUI, 08 juillet 2016 (RJDH)—Un cadre d’échange est initié depuis hier par National Democratic Institute (NDI) sur l’implication des autorités locales dans la gouvernance démocratique et la réconciliation nationale. Les autorités des régions numéro 1, 2 et 6 ainsi que des leaders de la société civile prennent part à cette rencontre.

 

Cette rencontre, selon  Paul Komivi Séméko Amegakpo, Directeur Résident de NDI, permettra d’analyser les différentes actions qui sont menées dans les régions cibles. Le Directeur Résident de NDI propose des  galas de football, des chants communautaires, des fora communautaires pour faire adhérer les communautés à la base au processus de réconciliation.

 

Komivi Séméko Amegakpo pense qu’il est important de faire aujourd’hui le diagnostic des  problèmes qui persistent afin de comprendre les causes profondes et d’apporter les solutions appropriées.

 

Angeline Kele, la secrétaire générale de l’ONG Femme-Action et Développement, juge capitale  l’implication des autorités locales pour la réussite des activités sur le terrain «  au finish de cet atelier, les décideurs vont s’approprier effectivement les activités que nous devons mener sur terrain. La présence de la population à la base est essentielle et cela est possible par le truchement des autorités locales qui vont faciliter  les contacts dans le cadre de la promotion de la paix, de la cohésion sociale au sein des communautés », a-t-elle précisé.

 

Le préfet de la Nana-Mambéré, Frederick Wagonda dit avoir déjà mis en place un cadre de concertation ONG-Préfecture. Il promet de se fonder sur ce cadre de concertation pour vulgariser l’idée de ce projet « la cohésion sociale et de la paix, c’est l’attente de tout le monde. Dans ma préfecture, on utilisera notre cadre pour lancer la dynamique », a-t-il fait savoir.

 

C’est depuis deux ans aujourd’hui que l’ONG américaine NDI développe un programme de cohésion sociale, d’éducation civique et électorale avec trois organisations de la société civile notamment  LCDH, FADEC et OCAPIF. Ce programme est mis en œuvre dans les régions 1, 2 et 6./

 

Partager cet article

Repost 1
Centrafrique-Presse.com