Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 19:46
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Les voyages du président Touadera et leurs effets après cent jours de règne

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 11 JUILLET 2016

 

BANGUI, 11 Juillet 2016 (RJDH)—Depuis son investiture le 30 mars 2016, le président centrafricain Faustin Archange Touadera a effectué une série de voyages à l’extérieur. Au moins 10 pays ont été visités. Quels sont les impacts de ces missions sur la situation du pays ? C’est la question que beaucoup de Centrafricains se posent au moment où le chef de l’Etat a passé le cap des cent jours de règne.

 

Du 18 au 25 avril, le président Faustin Archange Touadéra s’est rendu à Rome, en France et aux USA. Lors de ces déplacements, le président centrafricain a eu des têtes à têtes avec  le Pape François au Vatican, à l’Élysée avec François Hollande et le secrétaire général des  Nations-Unies,  Ban Ki-Moon et John Kerry, secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères.

 

Le 26 avril, le président centrafricain a fait une visite éclaire de quelques heures à Brazzaville, où il s’est entretenu avec le président Denis Sassou N’Guesso, médiateur international dans la crise centrafricaine et qui venait d’être réélu, président du Congo Brazza.

 

Le président Faustin-Archange Touadera était aussi à Ndjamena, le 10 mai pour une visite de travail qui s’inscrit dans le cadre du réchauffement des relations entre les deux pays.

 

Le 19 mai, Faustin Archange Touadéra se rend à Istanbul, capitale économique de la Turquie  en passant  par Malabo où il a pris part à l’investiture de son homologue Téodoro Obiang N’Guema Mbasogo.

 

Le 07 juin, le président centrafricain se rend pour la seconde à New York où il a participé à la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU. Avant de rentrer au pays, Faustin Archange Touadéra atterrit à Bruxelles où du 15 au 16 juin il prend part à la journée européenne du développement. Sur le chemin du retour, le chef d’Etat fait une escale à Yaoundé au Cameroun où il a rencontré le Président camerounais Paul Biya.

 

En cent jours, le président Touadéra a fait un voyage dans l’arrière-pays précisément à Bouar où il a visité le centre d’instruction militaire.

 

Les effets des voyages présidentiels

 

Ces voyages sont qualifiés dans l’entourage de Touadera « d’offensive diplomatique ». Selon un conseiller du président de la République, ces visites à l’extérieur ont permis de remettre le pays sur les rails « on ne peut que poser les fondations pour les cinq prochaines années. Nous n’allons pas tout reconstruire dans 100 jours car le pays sort d’une longue crise », a confié un conseiller à la présidence.

 

Le président Faustin Archange Touadéra, lors de la présentation de son bilan des cent premiers jours a indiqué que ses déplacements ont permis de signer des conventions et d’accord de financement dont le montant s’évaluerait à plus de 150 milliards de Fcfa.

 

Plusieurs politiques ont estimé que le nouveau président de la République a fait trop de voyages pour rien. Un leader de parti politique pense que pour certains déplacement, le chef de l’Etat aurait dû envoyer ses proches collaborateurs.

 

Ceux-ci pensent que ce que l’entourage de Touadéra appelle « offensive diplomatique » n’est que la prolongation de la transition qui n’a eu aucun effet réel sur la situation du pays.

 

Dans son discours des 100 jours, le président de la République a indiqué que sa participation aux foras internationaux et aux rencontres de haut niveau « ont permis de renouer le contact avec la communauté internationale et replacer notre pays dans le concert des Nations ». Toutefois, il a reconnu que leurs impacts sont timidement papables aujourd’hui.

 

 

Centrafrique : Les cent jours de Touadera négativement appréciés par les déplacés de Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 11 JUILLET 2016

 

BANGUI, 11 Juillet 2016(RJDH)—Les déplacés des sites de M’poko et  de St Sauveur ont qualifié de mitigé le bilan des cent Jours du président Faustin Archange Touadera. Ces derniers pensent que le chef de l’Etat les a abandonnés.

 

Les déplacés du site de l’aéroport, interrogés par le RJDH,  ont exprimé leur mécontentement vis-à-vis du nouveau président.  Jeanne Touafe, déplacée depuis trois ans avec ses cinq enfants  dit regretter l’inaction du nouveau pouvoir par rapport aux déplacés, « le président Touadera n’a rien fait pour nous depuis qu’il est en place. Notre seul souci est que nous regagnions nos quartiers. Nous savons qu’il ne peut pas faire tout en cent jours, mais qu’il ramène la sécurité pour nous permettre de rentrer parce qu’on souffre trop ici » raconte t-elle.

 

Lestin Djimtouloum, étudiant et déplacé sur le site de M’poko pense que le nouveau président n’a pas respecté son engagement en ce qui concerne les déplacés « lors de la campagne, il nous avait promis qu’une fois élu, nous allons rentrer chez nous en trois mois mais aujourd’hui, il n’a pas tenu parole après cent jours » regrette t-il.

 

Bertin Boto, coordonnateur du site des déplacés de M’poko estime que le chef de l’Etat se préoccupe du sort des déplacés. Pour lui, il faut attendre deux ou trois ans pour faire un bilan.

 

Les déplacés interrogés sur le site de la paroisse St Sauveur, se disent abandonnés par le nouveau pouvoir. « Depuis son arrivée au pouvoir, on ne l’a pas vu. Les cent jours sont passés mais nous n’avons rien senti de nouveau. Nous sommes abandonnées ici » a confié une déplacée qui a requis l’anonymat.

 

Selon les données du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), 415000 Centrafricains ont fui leurs domiciles à cause de l’insécurité pour trouver refuge sur une centaine de sites éparpillés à travers le pays.

 

 

Centrafrique : La classe politique partagée sur le bilan des cent jours du président Touadera

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 11 JUILLET 2016

 

BANGUI 11 juillet 2016 (RJDH)—Le bilan de 100 jours d’exercice de Faustin Archange Touadera est diversement apprécié par la classe politique centrafricaine. Certains pensent que le début est satisfaisant tandis que d’autres parlent de cent jours d’échec.

 

Bertin Bea, secrétaire général du KNK parti de l’ancien président Bozizé, ayant soutenu Anicet Georges Dologuélé, adversaire de Faustin Archange Touadéra au second tour de la présidentielle, a parlé de bilan appréciable « le bilan du Pr Faustin Archange Touadera est appréciable. Je pense aussi que les cent jours ne sont pas raisonnables pour porter un jugement et de relever tous les défis, sécuritaire, social, humanitaire et politique. Ce n’est pas aussi en cent jours qu’on peut espérer un quelconque miracle, mais je pense que la volonté de s’attaquer aux problèmes du moment, est réelle chez le président et son gouvernement, ce qui est très positif », a-t-il souligné.

 

Joseph Bendounga, président du MDREC fait remarquer qu’au lieu de faire le bilan de ses cent jours de règne, Faustin Archange Touadera a présenté un projet de société « le président Faustin Archange Touadera devait lister ce qu’il a pu faire. Il a suivi ceux qui lui ont dit qu’en cent jours, on ne peut pas évaluer l’action d’un gouvernement » a-t-il précisé.

 

Pour le président du MDREC, la situation s’empire  « nous sommes tombés trop bas que je me suis posé la question est ce  que la République a fait un pas avec les élections ? Je pense que non » a-t-il déclaré.

 

Sous anonymat, un ancien ministre proche de Catherine Samba-Panza parle d’un bilan mitigé « c’est le statu quo à mon sens. Rien n’a changé depuis qu’il est en place. Je pense que le bilan est très limité » a-t-il expliqué.

 

Faustin Archange  Touadéra est président de la République depuis le 30 mars 2016

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com