Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 19:09
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Les groupes parlementaires exigent du premier ministre des garanties sécuritaires

 

http://rjdh.org/  PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 28 JUIN 2016

 

BANGUI, 28 juin 2016 (RJDH)—Les groupes parlementaires ont exigé du premier ministre le rétablissement rapide de la sécurité sur l’ensemble du territoire. Ils ont, au cours de l’interpellation du chef du gouvernement, réclamé le réarmement des Forces armées centrafricaines.  

 

Les groupes parlementaires centrafricains sont unanimes sur la condamnation de la flambée de violence que la République Centrafricaine a enregistrée ces derniers jours « nous condamnons avec fermeté les violences qui ont secoué le pays ces derniers temps » a affirmé le président du groupe parlementaire Kelemba pour qui, la sécurité du peuple ne doit pas être négociée, « c’est une exigence qui s’impose au gouvernement qui a les moyens légaux » fait-il savoir avant de demander au premier ministre de faire de la justice une priorité dans la lutte contre l’insécurité. Il a aussi souhaité que le service militaire obligatoire soit renouvelé «  au-delà, il faut que le gouvernement puisse renforcer les services de renseignements » suggère le président de ce groupe parlementaire.

 

Le groupe parlementaire UNDP appelle au retour des forces armées centrafricaines qui, aux yeux de cette famille parlementaire sont les seules capables de ramener la paix dans ce pays « nous avons vu la Minusca à l’œuvre pendant des années et nous pensons que cette force ne fait pas ce qu’il faut pour ramener la paix dans le pays, seule notre armée sera à même de ramener la paix » a déclaré le président de ce groupe parlementaire.

 

Les familles parlementaires URCA et MLPC ont été plus dures avec le premier ministre qui, à leurs yeux ne semble pas faire ce qu’il faut pour garantir la sécurité au peuple centrafricain. André Nalké Dorogo, 1er vice-président de l’URCA et président du groupe parlementaire de cette formation politique doute de la capacité du gouvernement de combattre l’insécurité, de contrer les criminels et d’assurer l’autorité de l’Etat. L’URCA a demandé au premier ministre de faire reprendre les FACA ou de capitaliser la présence et la force de la Minusca pour assurer la protection des civils.

 

La déclaration du groupe parlementaire MLPC lue par le député de Kabo, Clément Noubona commence par rappeler la gravité de la situation « l’heure est grave » peut-on lire au début de cette déclaration. Les élus du MLPC demandent à l’exécutif de prendre ses responsabilités avant que cela ne soit tard « il faut aujourd’hui des actes et non des paroles » souligne le député de Kabo.

 

Les représentants des groupes parlementaires ont posé cette exigence lors de la 3ème session extraordinaire de l’assemblée nationale sur la question sécuritaire prévue du 27 juin au 02 juillet prochain. Cette session est convoquée après une vague de violences enregistrées à Bangui et dans plusieurs villes de l’arrière-pays.

 

Centrafrique : Le président appelle la communauté musulmane à la vigilance lors de la rupture du jeûne au palais

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 28 JUIN 2016

 

BANGUI, 28 juin 2016 (RJDH)—Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra a exhorté la communauté musulmane à la vigilance face au regain de violence en Centrafrique. Il a lancé cet appel lors de la rupture du jeûne qu’il a organisée au palais dans la soirée du lundi 27 juin dernier.

 

Cette rupture du jeûne au palais avec les membres de la communauté islamique est considérée par le chef de l’Etat comme un appel à la cohésion lancé à toute la République « j’ai aujourd’hui reçu ici la communauté musulmane pour  lui témoigner ma gratitude en cette période de prière de privatisation. A travers cette rencontre, nous voulons marquer notre détermination à promouvoir la cohésion sociale en Centrafrique qui est une priorité à l’heure actuelle » explique le président de la République.

 

Faustin Archange Touadéra a appelé la communauté musulmane à la vigilance face aux manipulations « la  République Centrafricaine est le seul pays que nous avons. C’est notre patrimoine commun pour lequel nous devons nous battre. C’est pourquoi, tous, nous devons être vigilants et travailler pour la paix qui est la seule condition du développement de notre pays. Travaillons tous pour cette paix là car c’est elle qui détermine notre avenir et celui de nos enfants » appelle le président de la République.

 

L’imam Omar Kobine Layama, président de la communauté islamique s’est félicité de l’initiative du chef de l’Etat qui selon lui, vient à point nommé « c’est la première fois depuis l’indépendance de ce pays qu’un chef de l’Etat décide de recevoir la communauté islamique qui rompt un jeûne. Avant, c’est dans les ambassades que nous étions reçus en cette période de Ramadan mais aujourd’hui, notre chef d’Etat nous fait cette honneur et cela nous va droit au cœur »explique-t-il.

 

Il a rassuré le président de la République du soutien de la communauté islamique en ces termes « la communauté islamique ne saurait être complice des manipulateurs et des gens opposés à la paix. Nous marquons notre opposition au désordre et nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour que la paix revienne dans notre pays. Vous pouvez être rassuré du soutien de la communauté » affirme-t-il.

 

La cérémonie s’est terminée par la remise de plusieurs sacs de riz et du sucre aux membres de la communauté musulmane. Les échanges entre le président de la République et les membres de la communauté ont eu lieu quatre jours après la libération des six policiers pris en otage le 19 juin 2016.

 

 

Centrafrique : Un comité de suivi du pré-DDR installé à Bossangoa

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 28 JUIN 2016

 

BANGUI, 28 juin 2016 (RJDH)—Un comité en charge du suivi des activités du pré-Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (pré-DDR) a été mis en place lundi 27 juin à Bossangoa. Cette équipe est chargée d’orienter le processus pour qu’il aboutisse à des résultats satisfaisants.

 

Ce comité, selon les informations du RJDH, est composé de 16 membres. Cette cellule aura à définir et à orienter les activités du programme en faveur des communautés locales « ce comité aura pour principale mission de définir, d’identifier et de choisir les projets et activités à mettre en œuvre dans l’intérêt de la communauté et d’appuyer le processus de sélection des bénéficiaires au programme Pré-DDR », a  expliqué une source locale.

 

Selon nos sources, la réhabilitation des infrastructures notamment les routes, les édifices publics constituent l’un des aspects du pré-DDR. Ces Travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre (THIMO), sont selon la Minusca « susceptibles d’occuper les ex-combattants ».

 

Les autorités locales de Bossangoa saluent cette initiatives qui, selon un notable fait partie des attentes de la localité, « c’est depuis longtemps que Bossangoa attend ce programme pour soulager les ex-combattants, à majorité des jeunes sans emploi ».

 

Le programme du pré-DDR piloté par la Minusca est déjà opérationnel à Bouar, Kaga-Bandoro, Birao Bria et Bangui. Ce sont les éléments issus des neuf groupes armés signataires de l’accord du 10 mai 2015 dit accord de Bangui qui sont éligibles à ce programme.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com