Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 17:34
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : HRW demande l’ouverture d’une enquête sur les exécutions sommaires de l’ancien directeur de l’OCRB

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 27 JUIN 2016

 

BANGUI, 27 juin 2016 (RJDH)—L’ancien directeur de l’Office Centrafricain de Répression du Banditisme (OCRB), colonel Robert Yékoua-Ketté est visé par le rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW) publié ce jour. Cette organisation de défense des droits de l’homme réclame l’ouverture d’une enquête sur les crimes que cet officier aurait commis.

 

L’ancien directeur de l’OCRB, Robert Yékoua-Ketté, selon HRW  serait directement impliqué dans dix-huit exécutions sommaires « nous avons confirmé 18 cas de personnes tuées sous la direction de Robert Yékoua-Ketté. Ces chiffres dépassent même les 18 » a confié Lewis Mudge, chercheur auprès de la division Afrique de HRW, joint depuis Nairobi par le RJDH.

 

Cette ONG réclame l’ouverture d’une enquête indépendante sur ces allégations « le message que nous voulons lancer au gouvernement, c’est qu’il a fait une bonne étape de limoger Yékoua-Ketté. Mais lorsqu’il est libre, il est un exemple de l’impunité qui règne en Centrafrique. Si le gouvernement veut lancer une enquête indépendante par rapport aux violations des droits de l’Homme, cela va signifier pour tous que le règne de l’impunité vient de terminer» affirme le chercheur.

 

A travers son rapport, HRW entend dénoncer les abus faits par l’OCRB et ensuite inviter le gouvernement à traduire l’ancien directeur et certains membres de l’OCRB en justice, selon Lewis Mudge.

 

Le Colonel de l’armée nationale, Robert Yékoua-Ketté n’a pas été joignable sur ses numéros pour sa version des faits. Entre novembre 2015 et avril 2016, Human Rights Watch a mené des entretiens avec 47 personnes au sujet des exactions commises par l’OCRB, parmi lesquelles des témoins d’arrestations par des agents de l’OCRB, des témoins des exécutions, et des membres des familles des victimes.

 

Ce rapport est le premier en 2016 visant directement une institution de la République Centrafricaine. Le colonel de l’armée Robert Yékoua-Ketté nommé directeur de l’OCRB par le régime de la transition a été limogé le 08 juin dernier par le nouveau pouvoir soit dix-neuf jours avant la publication de ce rapport.

 

 

Bimbo : Des urnes brûlées lors du 1er tour des législatives partielles

 

http://rjdh.org/ PAR SANDRINE MBAGNA LE 27 JUIN 2016

 

BIMBO, 27 juin (RJDH)—Trois urnes ont été brûlées, le samedi dernier à Bimbo 1 où devrait se tenir le 1er tour des législatives partielles. Des jeunes supposés être à l’origine de cette situation ont été arrêtés par la gendarmerie.

 

Selon les informations du RJDH, ces urnes étaient vides lorsqu’elles ont été brûlées. Une source bien informée a indiqué que l’acte s’est produit après le déploiement des matériels fait par l’Autorité Nationale des Elections. Cette information a été confirmée par un cadre de l’Autorité Nationale des Elections qui a précisé que cet incident n’a pas eu des effets sur les élections « je confirme que des urnes ont été brûlées mais très vite, nous avons changé ces urnes ce qui a permis la tenue correcte du second tour de ces législatives partielles dans la circonscription de Bimbo1 » a fait savoir cette source.

 

La gendarmerie a procédé à l’arrestation de quelques jeunes considérés comme auteurs de cet acte. Un des jeunes arrêtés met en cause l’un des candidats «  le samedi nous étions au niveau de Samba à 12 kilomètres de Bangui quand le candidat Rufin Molomadon nous a fait appel. Il nous a promis de l’argent en échange de cette opération. C’est ce que nous avons fait mais certains ont réussi à fuir et j’ai été arrêté » confie-t-il. Il est difficile de confirmer ces propos à l’heure actuelle. Le RJDH a tenté aussi en vain d’entrer en contact avec  le candidat mis en cause pour sa version des faits même si une source communale a confirmé les soupçons. Rufin Molomadon est l’un des candidats dont les dossiers ont été rejetés par l’Autorité Nationale des Elections dès le début du processus.

 

Le 1e tour des législatives est organisé le dimanche 26 juin 2016 à Bimbo après trois annulations par la Cour Constitutionnelle de Transition.

 

 

Centrafrique : Les activités reprennent au Km5 après une semaine de crise

 

http://rjdh.org   PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 27 JUIN 2016

 

BANGUI, 27 juin  2016 (RJDH)—L’ambiance reprend son cours au km5 après une semaine d’inactivité due à la prise en otage de cinq policiers par un groupe armé de ce secteur. C’est un constat fait ce matin par le RJDH lors d’une descente sur le terrain.

 

Les taxis de l’avenue Boganda qui s’arrêtaient au pont Jackson, atteignent maintenant le marché du km5 où les activités commerciales ont repris.  Lebon Zama, un chauffeur de taxi rencontré au km5 se dit avoir été rassuré par la libération des otages « la semaine dernière, il nous était difficile de venir jusqu’au km5 à cause de l’insécurité. Mais quand les policiers ont été libérés, nous avons été rassurés c’est pourquoi, nous avons repris la ligne ce matin » a-t-il expliqué.

 

Presque toutes les boutiques ont rouvert leurs portes. De nombreux clients se sont rendus au km5 à la joie de Hamit Kassim, un des vendeurs retrouvé devant sa boutique en train d’échanger avec les clients « durant la semaine dernière, c’était la galère. Nos activités étaient au ralenti mais aujourd’hui les choses ont repris et nous en sommes fiers » confie-t-il avant de regretter l’attitude des hommes armés « ces groupes armés ont fragilisé l’économie de beaucoup de personnes. Nous avons décidé unanimement la réouverture des magasins et l’engouement de la clientèle est considérable à l’heure actuelle. Le comportement de ces hommes armés est regrettable  », a-t-il affirmé.

 

Une femme qui s’est rendue au km5 pour ses achats, témoigne de la reprise des activités « l’ambiance est calme ici et c’est pour cela que je suis là pour acheter des  articles de ménage, des habits pour les enfants » reconnait cette dernière qui relève une situation contraire au niveau de certaines zones « cette reprise n’est pas totale pace qu’à certains endroits, il y a encore problème surtout là où se trouvent les groupes armés ».

 

Le commissariat de police du 3ème arrondissement est toujours sous contrôle des forces de Nations-unies dont les chars sont restés positionnés à l’intérieur et à l’entrée.

 

La reprise de ces activités est constatée après une semaine d’inactivité au km5, une zone commerciale du 3ème arrondissement où six policiers centrafricains ont été pris en otage la semaine dernière.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com