Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 18:13
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : La ville de Ngaoundaye attaquée par un groupe de combattants ex-Séléka

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 15 JUIN 2016

 

BANGUI, 15 juin 2016 (RJDH)–La ville de Ngaoudaye, une ville de l’extrême nord-ouest de la RCA a été attaquée ce matin par des éléments de l’ex-Séléka positionnés depuis quelques jours aux périphéries de la ville. L’information a été confirmée par le député de Ngaoundaye Bernard Dillah que nous avons joint au téléphone.

 

Les ex-Séléka seraient entrés dans la ville très tôt ce matin à bord des motos. Selon le député de Ngaoundaye, Bernard Dillah, ces ex-Séléka se sont positionnés depuis quelques journées à l’entrée de la ville « c’est depuis une semaine que nous avons l’information de leur présence à quelques kilomètres de la ville. Ils projetaient d’attaquer, c’est ce qu’ils ont fait ce matin » a-t-il expliqué.

 

Bernard Dillah parle de dégâts énormes causés par les assaillants « les informations que j’ai font état de plusieurs maisons brulées. Ce sont les ex-Séléka qui contrôlent la ville au moment où je vous parle. Il y avait un petit effectif de gendarmes mais que peuvent-ils faire face aux renforts qui sont venus de Kabo, Paoua et autres ? La population est en débandade », précisé l’honorable.

 

Il est difficile d’entrer en contact avec les habitants de Ngaoundaye faute de réseau. Selon un humanitaire joint à Paoua, les réseaux téléphoniques de Ngaoundaye auraient été coupés par les assaillants. Difficile d’avoir une idée précise sur la situation réelle de la ville.

 

Une source proche du ministre de la sécurité publique a confié au RJDH qu’une équipe de gendarmes a été dépêchée dans cette ville, il y a quelques jours. Cette source dit n’être pas en mesure en ce moment de confirmer cette information. Le ministre de la Sécurité publique n’a pas été joignable de la journée pour donner des précisions. De sources indépendantes, les ex-Séléka menacent depuis deux semaines d’entrer dans la ville de Ngaoundaye. Une première tentative a été repoussée, la semaine dernière par un groupe de jeunes auto-défenses de la ville.

 

 

Centrafrique : Le procureur de Bangassou déplore les conditions de fonctionnement du système judiciaire de la ville

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 15 JUIN 2016

 

BANGUI, 15 Juin 2016 (RJDH)—Dans une interview accordée ce jour au RJDH, le procureur de la République près le tribunal de Bangassou Nestor Gabin Maménéyaki a déploré les conditions dans lesquelles évolue le système judiciaire de la région. Il a appelé à une intervention rapide des autorités pour régulariser la situation.

 

Selon le procureur de la République près le tribunal de Bangassou, le manque de personnel et de matériels sont les principales difficultés du système judiciaire de la région, « la justice est une chaine. Nous travaillons avec les policiers et les gendarmes. Malheureusement leur effectif est dérisoire ce qui ne permet pas de faire le travail comme le veut la loi. A cela s’ajoute le manque de matériel et de local » a fait savoir le magistrat qui précise que les audiences sont tenues au niveau de la mairie de Bangassou.

 

Selon Nestor Gabin Maménéyaki, il est difficile de respecter toutes les procédures en matière de poursuite « nous ne pouvons pas le faire parce que les OPJ qui sont censés mettre à notre disposition les résultats d’enquêtes et autres, ne sont pas en nombre. Les délais des gardes-à-vue sont difficilement respectés à cause de cette situation » regrette-t-il.

 

Le procureur a aussi déploré les conditions de détention des prisonniers « les personnes incarcérées sont victimes de plusieurs cas de maladies cutanées parce que les conditions de leur détention sont déplorables et inappropriées. Ces détenus sont parfois libérés, suite à leur état de santé lamentable. Les droits des détenus ne sont pas respectés parce que nous avons des difficultés énormes ».

 

Nestor Gabin Maménéyaki appelle les autorités à doter le système de moyen « nous travaillons dans les conditions que je viens de vous décrire. Nous attendons des autorités l’aide nécessaire afin que la justice fasse normalement son travail à Bangassou. La maison carcérale est en réhabilitation sur fonds de la Minusca mais il faut plus de nos partenaires pour espérer garantir la justice à tous » souhaite ce dernier.

Selon le procureur, le vol, les violences basées le genre, l’escroquerie sont les délits récurrents dans la ville de Bangassou.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com