Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 17:44
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Le procès des éleveurs arrêtés pour situation irrégulière, programmé pour demain

 

http://rjdh.org/  PAR JEAN FERNAND KOENA LE 23 JUIN 2016

 

BANGUI, 23 juin 2016 (RJDH)—Les éleveurs peulhs dont l’arrestation est à l’origine de l’enlèvement de six policiers, seront jugés demain vendredi 24 juin  2016. L’information a été confirmée par le procureur de la République Ghislain Grésenguet.

 

Ils sont, selon les informations du RJDH confirmées par le parquet, vingt-six éleveurs dont le procès est programmé pour demain. Ce sont, selon le procureur de la République, les éleveurs arrêtés lors d’un contrôle de routine à l’entrée de Bangui pour situation irrégulière.

 

Ce procès de sources officielles, sera placé sous haute sécurité « le procès va se tenir sous haute sécurité car, l’arrestation de ces peulhs a fait monter la tension à Bangui. Nous en sommes conscients, c’est pourquoi nous avons pris les précautions nécessaires » confie un cadre au ministère de la justice.

 

Ces vingt-six éleveurs peulhs ont été arrêtés le samedi 18 juin par la police qui assurait un contrôle de routine sur la barrière de PK12. En réaction à ces arrestations, un groupe armé commandé par un certain Issa alias 50-50 a pris en otage six policiers détachés au commissariat du 3ème arrondissement de Bangui. Ces derniers sont toujours entre les mains de leurs ravisseurs.

 

 

Centrafrique: L’URCA appelle à prendre des mesures pour mettre fin aux violences dans le pays

 

http://rjdh.org/  PAR JEAN FERNAND KOENA LE 23 JUIN 2016

 

BANGUI, 23 juin 2016—Dans une interview accordée au RJDH, le 22 juin dernier, André Nalke Dorogo, 1er vice-président de l’URCA a appelé les nouvelles autorités à mettre fin aux violences qui secouent le pays depuis quelques jours. Pour lui, ces violences sont inadmissibles.

 

L’URCA dit condamner les dernières violences survenues en Centrafrique “ les violences que le pays connait ces derniers jours sont injustifiées. C’est pourquoi l’URCA condamne ces violences et la prise en otage des policiers centrafricains” déclare André Nalke Dorogo.

 

Le premier vice-président de l’URCA engage le gouvernement à user des moyens qui sont à sa disposition pour protéger la population “la Constitution donne au gouvernement l’autorisation d’user de la force légitime pour maintenir et rétablir l’ordre. C’est en cela que le gouvernement dispose de la police, de la gendarmerie et d’autres forces de sécurité pour imposer l’autorité de l’Etat. Alors nous demandons aux autorités actuelles de prendre leur responsabilité en usant des moyens dont elles disposent pour protéger la population” exige André Nalke Dorogo.

 

Le premier vice-président demande aussi à la Minusca de s’impliquer dans la sécurisation du pays “la sécurité de la RCA dépend aussi de la Minusca que nous appelons à soutenir les autorités de la place à imposer l’autorité de l’Etat pour que les citoyens vivent en paix”.

 

Pour le député de Berberati 4 et 1er vice-président de l’URCA, l’heure n’est plus aux condamnations stériles “il faut agir, c’est ce que le peuple attend face à la montée en puissance de la violence dans le pays” dénonce ce dernier. C’est aussi la position exprimée par le président de l’Assemblée Nationale Abdoul Karim Meckassoua qui à la clôture de la session extraordinaire du parlement le 21 juin dernier appelait le gouvernement à l’action pour mettre fin aux violences.

 

C’est depuis le 19 juin dernier que la capitale centrafricaine est en proie à des violences parties de l’enlèvement par un groupe armé au km5 de six policiers.

 

 

Centrafrique : Présence signalée des éléments de l’UPC à Dekoa

 

http://rjdh.org/ PAR SANDRINE MBAGNA LE 23 JUIN 2016

 

DEKOA, 23 juin (RJDH)—Une trentaine d’éléments de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC), une fraction de l’ex-Séléka dirigée par Ali Daras, est arrivés à Dekoa, le samedi dernier. Cette information est confirmée par plusieurs sources locales contactées par le RJDH.

 

Selon les informations RJDH, ces combattants de l’UPC sont partis de Kaga-Bandoro. Une source jointe à Kaga-Bandoro a indiqué qu’ils fuient les rebelles du FPRC, une autre tendance de l’ex-Séléka avec laquelle les relations sont ces derniers temps tendues. De sources jointes à Dékoa, les combattants de l’UPC ont intégré la base de l’ex-Séléka de la ville «  dès leur arrivée, ils se sont rendus directement à la Base des ex-Séléka. Ils ne sortent pratiquement pas, mais nous ne savons pas ce qui se passe là où ils se trouvent » a confié un habitant de Dékoa.

 

Cette information a été confirmée sous anonymat par une autorité locale qui a indiqué que la peur a gagné la ville depuis l’arrivée de ces combattants « ils sont bien arrivés dans la ville et ils se trouvent à la base qu’occupaient les éléments de la Séléka. Mais je puis vous dire que les habitants ont peur parce que les rumeurs circulent comme quoi les éléments du FPRC vont attaquer ceux de l’UPC » confie-t-il.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com