Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 11:28
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Un affrontement entre des forces intérieures et des peulhs armés signalé dans la ville de Bang

 

http://rjdh.org/ PAR JEAN FERNAND KOENA LE 14 JUIN 2016

 

BANGUI, 14 juin 2016 (RJDH)—Un  affrontement a opposé, le vendredi dernier, des éléments de sécurité intérieure de Bang à une équipe de peulhs armés qui voulaient entrer dans la ville avec leur troupeau. Le bilan non encore officiel fait état de quatorze morts et un blessé.  

 

L’affrontement aurait eu lieu, selon nos sources, après l’échec des négociations engagées par les forces intérieures. Une autorité locale contactée a indiqué que la gendarmerie avait proposé aux peulhs armés d’entrer sans leurs armes « mais ils n’ont pas accepté. C’est de là que tout a commencé » a-t-elle expliqué.

 

Selon des sources sécuritaires, les peulhs armés ont infiltré la nuit « face au refus des forces intérieures, ces hommes armés sont entrés dans la nuit du jeudi au vendredi en passant par Ngaoundaye. Le vendredi matin, trois jeunes armés ont été appréhendés. C’est lorsque les forces regagnaient leur position qu’elles ont essuyé des tirs d’où l’affrontement » explique un cadre de la gendarmerie de la ville de Bang.

 

Cet affrontement, selon des sources non officielles, a fait quatorze morts du côté des assaillants et un blessé du côté des forces nationales. Le commandant de la brigade blessé serait transféré à Bangui pour de soins.

 

Selon les informations du RJDH, les peulhs armés se sont positionnés à quelques kilomètres de la ville avec l’intention d’attaquer la ville de Bang. Une source sécuritaire a confié que ces peulhs seraient une soixantaine. Le RJDH a tenté en vain d’entrer en contact avec les responsables de la sécurité publique et la Minusca pour avoir leur réaction.

 

Aux dernières nouvelles, les dispositifs militaires sont renforcés dans la ville. Les forces intérieures ont multiplié les patrouilles.

 

 

Centrafrique : Une manifestation hostile aux forces ougandaises fait monter la tension à Obo

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 14 JUIN 2016

 

BANGUI, 14 juin 2016—La population de Obo organise depuis hier des manifestations hostiles aux forces ougandaises basées dans la ville pour la lutte contre la LRA. La tension est montée d’un cran dans la ville suite à la tentative des soldats ougandais de disperser les manifestants.  

 

Les habitants de Obo reprochent aux soldats ougandais leur manque de réaction face à l’attaque, dimanche dernier du village Kadjema par les éléments de la LRA. Selon une autorité locale, la population a barricadé les principaux axes pour exprimer son mécontentement « après l’information que nous avons eue, faisant état d’une attaque de la LRA à quelques kilomètres de la ville et face au refus de l’armée ougandaise de se rendre sur les lieux, la population est sortie spontanément dans les rues pour dire non. Les axes ont été barricadés et des pneus brulés » a-t-elle expliqué.

 

Le préfet du Haut-Mbomou, Ghislain Dieu béni Kolengo contacté par le RJDH a indiqué que la levée des barricades a fait un blessé « les forces ougandaises ont tiré pour lever les barricades. Dans la foulée, le chauffeur du HCR a reçu des éclats de balles. Il est pour le moment à l’hôpital » a-t-il expliqué.

 

Selon des informations du RJDH confirmées par le préfet du Haut-Mbomou, les forces ougandaises ont déchiré le drapeau centrafricain et brutalisé les sous-préfets de Obo et de Mboki « je peux confirmer ces informations parce qu’il m’a été rapporté qu’un soldat ougandais a déchiré notre drapeau lors de l’intervention. Les sous-préfets de Obo et de Mboki à qui j’ai demandé d’aller calmer la tension, ont été aussi brutalisés » confie Ghislain Kolengo qui dénonce ces faits en ces termes « ce sont des actes ignobles que je dénonce avec énergie. J’ai clairement dit au colonel commandant l’armée ougandaise que ce comportement va conduire à un incident diplomatique ».

 

Deux réunions ont été organisées dans la journée par le préfet pour essayer de calmer la tension. De sources indépendantes, la population maintient son exigence relative au retrait des forces ougandaises. Malgré ces tentatives, les activités sont paralysées dans la ville. De sources locales, les forces ougandaises ne patrouillent plus dans la ville « ce sont les Faca qui circulent dans la ville mais les soldats ougandais sont restés dans leur camp » a expliqué un habitant joint au début de l’après-midi.

 

Le commandant de l’armée ougandaise basée à Obo n’a pas été joignable dans la journée pour se prononcer sur cette affaire.

 

Le bilan de l’attaque du village Kadjema (45 km de Obo) par la LRA le dimanche dernier, déclic de ce mouvement, fait état d’une quinzaine de personnes enlevées et de plusieurs biens emportés.

 

Centrafrique : Le HCR propose son aide pour faciliter le retour volontaire des réfugiés centrafricains

 

http://rjdh.org/ PAR ANGELA PASCALE SAULET YADIBERET LE 14 JUIN 2016

 

BANGUI, 14 Juin 2016 (RJDH—Le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) a annoncé son intention de soutenir les réfugiés centrafricains voulant rentrer au pays. C’est le représentant en charge des opérations  au HCR  Abdoulaye Barry qui l’a exprimé ce jour lors d’un point de presse à Bangui.   

 

Selon les données du HCR, 480.000 Centrafricains sont aujourd’hui réfugiés dans les pays voisins « ces Centrafricains sont dans la grande majorité au Cameroun plus de 260.000, au Tchad 100.000, 90.000 en RDC et 40.000 au Congo Brazzaville » a précisé Abdoulaye Barry, représentant en charge des opérations  au HCR. Selon ces derniers, ces réfugiés attendent de regagner le pays.

 

Abdoulaye Barry a affirmé la volonté du HCR de soutenir le processus de retour des réfugiés « nous avons un programme qui permet d’appuyer ceux qui décident de revenir et de recevoir le minimum de condition pour faciliter leur réintégration ».

 

Cette annonce a été faite dans le cadre des activités relatives à la journée des réfugiés qui sera célébrée le 20 juin prochain.

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com