Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 12:56
Lu pour vous : Touadéra sous influence de son dircab

 

 

Par La redaction de Mondafrique - 31 mai 2016

 

Le directeur de cabinet du nouveau président centrafricain Touadéra, Firmin Ngrebada n’est pas un perdreau de l’année. Avec l’habileté d’un caméléon, cet ancien inspecteur du travail a traversé les remous du marigot politique centrafricain sans jamais boire la tasse. Marié à une cousine de Touadéra, c’est auprès de lui qu’il entame sa carrière politique lorsque Touadera occupe le poste de premier ministre de François Bozizé de 2008 à 2013.

 

La démission de son mentor après les accords de paix de Libreville du 11 janvier 2013 et l’arrivée au pouvoir de Michel Djotodia n’entament en rien sa carrière. Malgré la détestation que lui vouent Bozizé et Touadéra, le nouveau président du Conseil national de transition (CNT), Alexandre N’Guendet, nomme Firmin Ngrebada avec qui il partage un gout pour les séjours à l’étranger et les luxueux palaces, directeur de cabinet adjoint. Les deux hommes mènent grand train. En octobre 2015, lors du très chic forum de Crans Montana, Alexandre N’Guendet se voit décerné une médaille d’or récompensant les efforts déployés par le CNT afin d’améliorer la situation du pays.

 

Ngrebada, globe trotteur

 

Resté fidèle à son beau-frère le président Touadéra, il œuvre activement auprès des autorités de la transition pour obtenir leur ralliement à sa candidature lors de la campagne présidentielle. Dans l’ombre, il s’emploie à réactiver les réseaux bozizistes qui, plus que leurs adversaires, ont une bonne connaissance des processus électoraux. En contrepartie de ses efforts, Firmin Ngrebada est nommé directeur de cabinet. Depuis, le caméléon s’est rendu incontournable et exerce, murmure t-on à Bangui, un influence considérable sur le président. « Aucune de ses déclarations, aucune décision présidentielle ne peut se faire sans son aval » assure une source centrafricaine bien informée.

 

Comme avec Alexandre N’Guendet, Firmin Ngrebada peut, avec Touadéra, laisser libre cours à sa fièvre des voyages. C’est lui qui, depuis l’élection du nouveau président l’a accompagné dans ses nombreuses visites hors du pays effectuées sans le ministre des affaires étrangères. « Le directeur de cabinet d’un président est censé assurer la continuité des services publics en l’absence du président. Or, Firmin Ngrebada n’est au bureau qu’entre deux voyages » s’énerve une source centrafricaine.

 

 “Le candidat du peuple”

 

Reste que cette bougeotte qui s’est emparée du nouveau président centrafricain et de son bras droit agace en haut lieu. Dans les cercles politiques banguissois, on reproche aux nouvelles autorités de préférer les visites parisiennes aux déplacements très attendus du chef de l’Etat à l’intérieur du pays ou tout simplement auprès des populations. Celui qui s’était présenté aux élections comme « le candidat du peuple » ne s’est pour l’instant fendu que d’une visite au pas de course au camp de Mpoko près de l’aéroport de la capitale où environ 20 000 déplacés se trouvent toujours entassés.

 

Alors que la Commission européenne a annoncé le 27 mai qu’elle allait accroitre son aide financière à la Centrafrique en octroyant au total 72 millions d’euros, la machine Touadéra est pour l’instant plus versé dans le voyagisme que les mesures politiques de poids.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com