Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 11:42

 

 

 

(Palais de l’Assemblée Nationale)

 

  • Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
  • Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
  • Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
  • Distingués personnalités ;
  • Mesdames et Messieurs,
  •  

Après trois (3) années difficiles de transition, le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) salue le retour de notre pays à l’ordre constitutionnel normal, et rend  un vibrant hommage au Conseil National de Transition qui a joué un rôle fondamental durant cette période tumultueuse de notre histoire.  

 

Avant toute chose, le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) présente ses chaleureuses félicitations aux fauves qui ont réussi une belle performance en remportant une brillante victoire le dimanche dernier. Toutes nos prières et nos sentiments affectueux les accompagnent dans cette noble mission.

 

  • Monsieur le Premier Ministre ;
  • Distingués personnalités ;
  • Mesdames et Messieurs,
  •  

Le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) membre de la majorité présidentielle saisi cette opportunité pour vous faire partager dans le cadre d’un débat républicain à l’occasion de la déclaration de politique générale du Premier Ministre, sa conviction profonde sur les actions que le gouvernement doit entreprendre en cette période marquant le retour à la légalité constitutionnelle et dont l’aboutissement pourra satisfaire les aspirations profondes de nos populations.

 

Le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) pense que les actions à mener sans délai par le gouvernement concernent les volets suivants :                                                                                                                                                                                                       

  • La paix et la sécurité ;
  • La réconciliation nationale et la cohésion sociale ;
  • La relance économique et la reconstruction post-crise ;
  •  

C’est à l’aune de ces piliers que le gouvernement doit conduire son action sous la très haute égide du Président de la République Chef de l’Etat, Son Excellence Faustin Archange TOUADERA en vue d’apporter des réponses concrètes aux réelles préoccupations de nos concitoyens.

 

  1. LA PAIX ET LA SECURITE
  2.  

Nous savons tous que la paix et la sécurité sont des préalables à tout programme, à tout développement. La paix n’est pas une option, mais bien une obligation de bon sens qui est partagé par le plus grand nombre de nos compatriotes. C’est pourquoi, le gouvernement doit réellement se déployer pour mobiliser toutes les ressources nécessaires aussi bien matérielles que diplomatiques et collectivement, nous devrions faire preuve d’imagination afin de tout faire pour gagner la bataille de la paix et de la sécurité.

 

Il doit faire de la sécurisation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire un préalable qui est aussi un objectif incontournable, si nous voulons favoriser le bien-vivre et le mieux vivre ensemble.

 

Dans ce cadre, il est nécessaire que le gouvernement traite, prioritairement, la question de la sécurité en liaison avec le processus du désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants.

 

Il doit, par ailleurs, consentir des efforts financiers à l’équipement de la police et de la gendarmerie, tant en moyens d’interventions qu’en matière de mobilité et de communication, afin de les rendre plus opérationnelles et plus visibles sur l’ensemble du territoire – Le Peuple doit se sentir en sécurité.

 

LA RECONCILIATION NATIONALE ET LA COHESION SOCIALE

 

Le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) pense que la réconciliation nationale n’est pas une option, mais bien une obligation de bon sens. Et le gouvernement doit résolument, avec détermination et engagement y consacrer l’énergie qu’il faut et correspondant au défi que nous devons collégialement faire face.

 

Des actes majeurs doivent être posés pour créer les conditions du pardon et de la réconciliation ; cela devra se faire sans impunité.

 

En tout état de cause, le gouvernement doit poursuivre les efforts en matière de réconciliation afin de renforcer les liens entre toutes les centrafricaines et tous les centrafricains qu’ils soient du Nord, du Sud, de l’Est ou de l’Ouest.

 

Ces efforts valent également dans la recherche d’un climat social et politique apaisé, car notre pays et le peuple tout entier ont besoin de sérénité après ces périodes troubles ; - la reconstruction de soi-même, la reconstruction de l’identité nationale et celle de l’Etat républicain passent obligatoirement par là.

 

Et du reste, sans climat de sérénité, aucun travail constructif, quel qu’il soit, ne serait à notre avis, être pleinement fructueux encore moins bénéfique au peuple, s’il doit aussi plus se dérouler dans une atmosphère nationale de dispute sociale et de déchirement permanent.

 

Il est de notoriété publique que sans la paix aucun développement n’est possible ; -  car c’est la paix qui favorise un mode de vie normale favorable à l’épanouissement collectif.

 

C’est pourquoi, le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) ne cessera jamais de souhaiter la paix pour chaque centrafricaine et chaque centrafricain, - souhaiter la paix pour notre pays, souhaiter la paix à notre peuple  puisque c’est de celle-ci que dépendent pour beaucoup, la sérénité favorable à une économie prospère, stimulant les investissements privés qui, comme nous le savons tous,  est créateurs d’emplois.

 

Si nous évoquons ces questions mesdames et messieurs, c’est parce que notre pays est affecté d’une mentalité dominée par le soupçon permanent, la peur, l’intolérance et une inclination systématique à rechercher l’affrontement.

 

Si nous en parlons, c’est parce que la République Centrafricaine à longtemps connu des comportements caractérisés par les rigidités et les inflexibles certitudes d’une classe politique, qui pendant longtemps a crue bien faire en refusant les compromis et les concessions, même les plus indispensables à la sauvegarde de l’équilibre national fondé sur le dialogue et la concertation.

 

Les conséquences de cette attitude psycho-rigide collective sont là :

 

La République Centrafricaine a connu pendant plus de vingt (20) ans, au moins, sur tous les plans une évolution plus ou moins négative, aussi frustrante que pénalisante, pour les populations.

 

Le bilan de tout cela est que l’indice de développement humain (IDH) de notre cher et tendre pays se déprime profondément année après année ; cela nous classe, malheureusement parmi les derniers de la classe or que le potentiel naturel de notre pays nous autorise à être plus ambitieux et à espérer mieux.

 

Encore une fois, c’est malheureusement, faute de stabilité et d’esprit de compromis, que la mise en œuvre des programmes économiques susceptibles de conduire à la valorisation des richesses nationales, ont évolué en dents de scie et à bien des égards, s’est inscrite au plan de la stratégie économique, dans la logique du perpétuel recommencement.

 

Les partenaires de la République Centrafricaine ne s’y retrouvaient pas et ont ainsi vu pendant longtemps leur enthousiasme achopper, contre l’impéritie d’une classe politique, plus soucieuse du positionnement de ses membres dans les sphères du pouvoir, que d’une véritable stratégie nationale, cohérente, concertée et durable, d’exploitation des richesses du pays, au profit de l’amélioration des conditions de vie du véritable propriétaire du titre foncier de la République qui est le PEUPLE Centrafricain.

 

  1. LA RELANCE ECONOMIQUE ET LA RECONSTRUCTION POST-CRISE
  2.  

Le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) se félicite de ce que le gouvernement a prévu un plan national de développement couvrant les cinq prochaines années.

 

Le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) estime qu’il est nécessaire de remettre à niveau les infrastructures économiques et sociales du pays après le changement intervenu, pour permettre à l’Etat de renouer avec la croissance, avec le progrès, avec la prospérité et ainsi de disposer de ressources suffisantes, et de s’affranchir de la dépendance extérieure.

 

Que les centrafricains ne se trompent pas, le développement de notre pays doit demeurer une préoccupation nationale, car le salut de la Nation dépend d’abord de l’effort de ses propres enfants, l’appui des partenaires extérieurs ne peux venir qu’en appoint.

 

–En outre, la mise en œuvre d’un plan de sauvetage de nos régies financières devrait permettre d’améliorer la transparence et l’efficacité de nos finances publiques, ainsi que des secteurs clés de notre économie.  

 

Le Groupe Parlementaire du Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) exhorte le gouvernement à poursuivre durant les prochaines années les réformes au niveau des mines, de l’énergie ainsi que des autres filières agricoles (coton, café, vivriers) afin d’attirer plus d’investissement et de créer des emplois. Comme vous le savez, le secteur privé à toujours été  le moteur de l’économie de la République Centrafricaine et plus que jamais il doit en être le moteur.

 

C’est pourquoi le gouvernement devra poursuivre les actions visant l’amélioration de l’environnement des affaires pour favoriser l’investissement tant intérieur qu’extérieur. – La Diaspora centrafricaine devra obligatoirement y jouer un rôle prépondérant.

 

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, la relance économique et la reconstruction post-crise auxquelles nous parlons  suppose l’existence d’un climat politique apaisé et sans persistance de ces querelles politiciennes si dommageables pour la réputation d’un pays.

 

Il est de notoriété publique que les investisseurs veulent des garanties de stabilités pour protéger et fructifier leurs capitaux ; Nous comptons donc sur le gouvernement afin d’apporter ces garanties attendues.

 

Les investisseurs se soucient en général peu de savoir, de la classe politique, qui à raison et qui à tord, mais d’un pays où existe un consensus fort entre les acteurs politiques, s’agissant du climat des affaires.

 

Notre pays a besoin à cet égard d’une relecture des comportements politiques. Car on ne sert pas les intérêts de son pays en étant seulement aux commandes de l’Etat, on peut aussi les servir très efficacement dans toutes activités créatrices de richesses lorsque celles-ci ont vocation de construire l’économie et la paix.

 

Le Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres) conformément à son idéologie basée sur la paix, le travail et le développement, membre de la majorité présidentielle, exhorte tous les élus de la Nation à voter cette déclaration de politique générale du gouvernement pour permettre à notre pays de retrouver la voie de la prospérité.

 

Le Rassemblement Pour la République (R.P.R et Autres), c’est ‘‘l’avenir en confiance’’.

 

Je vous remercie

.

DECLARATION DU GROUPE PARLEMENTAIRE DU RASSEMBLEMENT POUR LA REPUBLIQUE (RPR et Autres) RELATIVE AU PROGRAMME POLITIQUE GENERALE DU GOUVENERMENT

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com