Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 18:42
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Des hommes armés non identifiés rackettent la population à 15 km de Kabo

 

http://rjdh.org/ PAR JAPHET BEOROFEI LE 23 MAI 2016

 

KABO, 23 mai 2016 (RJDH)—La présence d’un groupe d’hommes armés non encore identifiés est signalée depuis une semaine à 15 km de Kabo. De sources bien informées, ces derniers ont érigé des barrières sur lesquelles ils imposent des taxes aux passants.

 

L’information a été confiée au RJDH par plusieurs sources locales. Ces hommes armés qui seraient une soixantaine, ont établi trois bases à 15 km « ils sont sur trois bases toutes proches des cours d’eau nommés Baguirigué, Nara et Gbaga » a confié une source locale.

 

Ces hommes armés porteraient des uniformes de l’armée tchadienne « tous ont des tenues de l’armée tchadienne avec des kalachnikovs ainsi que des armes lourdes. Ici, les gens pensent que ce sont les forces tchadiennes qui sont encore entrées sur notre territoire » a confié un habitant.

 

Ce groupe armé, selon des sources locales, aurait érigé des barrières sur lesquelles il soutire de l’argent aux passants« pour le moment, ces hommes armés rackettent la population qui passe par là. Les agriculteurs ne peuvent pas aussi se rendre aux champs comme d’habitude » a expliqué un autre habitant.

 

 Des informations non confirmées par de sources indépendantes font état de quelques prises d’otage. Un notable a déploré cette présence qui, selon lui constitue un véritable danger pour la population.

 

Le maire et le sous-préfet de la ville, contactés par le RJDH, disent n’avoir pas suffisamment d’information pour se prononcer sur ce dossier. C’est aussi la position de la Minusca basée dans la localité.

 

Deux personnes kidnappées par des hommes armés dans la région, sont restées introuvables depuis deux mois.

 

 

Centrafrique : La situation des victimes des crises au centre du prochain plaidoyer de la société civile

 

http://rjdh.org/ PAR THIERRY KHONDE LE 21 MAI 2016

 

BANGUI, 21 Mai 2016 (RJDH) —‘’Les Victimes d’abord’’, est le plaidoyer que l’ONG Cordaid, les victimes et les organisations de la société civile veulent mener pour le respect des droits de l’homme, l’accès à la justice, à l’éducation et la réhabilitation des victimes. C’est un projet qui vient d’être lancé en Centrafrique au terme d’un atelier de validation.

 

« Les victimes d’abord », c’est l’objectif du projet, qui est le message des victimes de la crise en Centrafrique, mais aussi pour les survivantes et survivants des violences basées sur le genre, a fait savoir Frederick Lamy, Coordonnateur Programme sécurité et justice à l’ONG Cordaid.

 

Pour Hetty Burgman, Directrice Programme sécurité et justice à l’ONG Cordaid, « les membres de la société civile et les victimes qui ont été invités pour valider ce projet de plaidoyer, vont travailler pendant cinq années».

 

Aimée Dorothée Malenzapa, l’une des participants, estime que ce projet est une chance pour les victimes, surtout celles des violences basées sur le genre, particulièrement les femmes qui sont doublement victimes, car « elles deviennent l’objet de discrimination et certaines souffrent de trouble de comportement».

 

Cet atelier d’échange a regroupé les organisations des droits humains, les magistrats, les associations des victimes, les organisations de lutte contre les VBG et de l’éducation, les acteurs nationaux et une mission de Cordaid venu de la Haye.

 

 

Centrafrique : La population de Berberati manifeste contre l’agression d’un homme par des Anti-Balaka

 

PAR JEAN CLAUDE GNAPOUNGO LE 23 MAI 2016

 

BERBERATI, 23 mai (RJDH)—La population de Berberati a manifesté ce matin pour dire non à l’agression d’un homme d’une soixantaine. Cette agression perpétrée par des Anti-Balaka, serait liée à l’implication de la victime dans la campagne de cohésion sociale à laquelle sont opposés ces hommes armés.

 

L’agression a eu lieu le 20 mai dernier au domicile de la victime. Selon le témoignage de l’agressé, les hommes armés l’ont attaqué dans la nuit « ils sont arrivés vers 3 h du matin. Ils ont cogné à la porte et je leur ai ouvert. C’est là qu’ils ont commencé à me menacer. Dans la foulée, l’un d’entre eux m’a donné un coup de machette à la tête » a-t-il expliqué.

 

Cette agression serait liée, selon les sources contactées dans la ville, à l’implication de la victime dans la campagne de la cohésion sociale. « Il est agressé parce qu’il travaille pour que les deux communautés revivent ensemble. Le mercredi dernier, la Minusca avait organisé une campagne de sensibilisation sur le revire ensemble. L’activité regroupait les deux communautés mais les Anti-Balaka n’ont pas été d’accord avec l’idée que le cimetière des musulmans soit nettoyé. Comme il est très impliqué, c’est pour cela qu’ils l’ont attaqué la nuit » a confié une source locale.

 

La manifestation organisée spontanément par la population, vise à dire non à cette attitude « cette manifestation est organisée pour condamner cette agression et l’opposition de ces ex-combattants à l’idée de la cohésion sociale » a témoigné sous l’anonymat un manifestant de la Berberati. « Nous disons non à cette pratique qui détruit notre ville. Nous voulons la paix et le revivre ensemble. Toute volonté contraire ne passera pas » a lancé un autre.

 

La manifestation a été encadrée par les forces de l’ordre présentes dans la ville de Berberati.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com