Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 12:47

 

 

 

Des représentants de la société civile ont fait part de leurs priorités parmi lesquelles le désarmement, la fin de l’exploitation et des abus sexuels, ainsi que des violences basées sur le genre, lors d’une série de réunions jeudi avec les experts des Nations Unies en mission à Bangui pour préparer la révision du mandat de la MINUSCA

 

Jeudi 12 mai, ces experts qui sont en Centrafrique pour de larges consultations, ont rencontré successivement des représentants d’organisations féminines, d’une plateforme regroupant les organisations de la société civile et des leaders religieux.

 

Globalement, les représentants de la société civile ont insisté sur la nécessité de désarmer les groupes armés et les civils qui détiennent illégalement des armes. Le mandat de la MINUSCA doit être renforcé dans ce sens, ont estimé les membres de ces panels.

 

« Les femmes constituent plus de la moitié des personnes déplacées dans le pays », ont expliqué les représentantes des femmes de différentes confessions. « Les femmes continuent d’être kidnappées et utilisées comme esclaves sexuelles, notamment par l’Armée de résistance du Seigneur », ont elle mentionné dans leur présentation. La LRA (Lord resistance army), rébellion d’origine Ougandaise, sévit depuis des années aux confins de la Centrafrique et de la république démocratique du Congo.

 

Elles ont aussi regretté la faible représentation des femmes dans les instances de décision du pays. Elles ont noté l’impact des  conflits armés qui ont occasionné le pillage et la destruction des activités génératrices de revenus des femmes qui se retrouvent sans ressources et sans appui pour répondre aux besoins de leurs familles.

 

Les représentantes d’organisations féminines ont aussi dénoncé le fait que « les femmes et les filles sont plus nombreuses à être accusées de sorcellerie et livrées à la vindicte populaire ou emprisonnées dans des conditions insupportables ». Ce phénomène, espèrent-elles, doit être éradiqué pour « préserver le respect de la vie humaine ».

 

Les participants à cette consultation ont aussi insisté sur le besoin de prendre en compte, dans le programme de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) les besoins spécifiques des femmes ex-combattantes et de celles appartenant aux communautés affectées par le conflit armé.

 

Les représentantes des femmes ont aussi plaidé pour l’opérationnalisation de l’Unité mixte d’intervention rapide et de répression des violences sexuelles faites aux femmes et aux enfants (UMIRR), créée en 8 janvier 2015.

 

Ces femmes ont, enfin, proposé la mise en œuvre de la réforme du secteur de sécurité en prenant en compte l’égalité des sexes (offrir l’opportunité de recrutement et de promotion aux femmes) et la lutte efficace contre l’impunité.

 

Du coté des représentants de la plateforme regroupant les organisations de la société civile et des leaders religieux, les attentes sont quasi identiques. « Après les élections, le moment est venu de ramasser les armes qui pullulent au sein des populations pour que les citoyens puissent vaquer paisiblement à leurs occupations quotidiennes », a indiqué un leader religieux. Un activiste de la société civile, à son tour, a demandé que dans le nouveau mandat de la MINUSCA soit inscrit formellement « l’éradication des groupes armés », principalement la LRA « qui vient de passer 10 ans à commettre des exactions contre les citoyens centrafricains ».

 

Plus tôt dans la journée de jeudi, l’équipe, dirigée par le Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, El Ghassim Wane, a rencontré plusieurs membres du gouvernement, dans le cadre de ce processus de large concertation qui devra déterminer les priorités du prochain mandat de la MINUSCA.

 

 

La sécurité publique, principale préoccupation du nouveau maire de Bangui

 

Le nouveau maire de Bangui, président de l’association des maires de Centrafrique, Emile Raymond Nakoimbo, a rencontré vendredi des responsables de la MINUSCA et réitéré son intention de travailler avec la mission onusienne.

 

« Nous devons continuer à travailler ensemble ; vous pouvez compter sur moi et vous pouvez compter sur la mairie», a-t-il déclaré.

 

Parmi ses priorités figure la sécurité publique mais aussi la sécurité alimentaire. « Il  nous faut réconcilier le ventre et la tête (…) mais aussi éduquer les populations, reconstruire un civisme nouveau dans une ville que les conflits ont défigurée », a indiqué le maire.

 

La directrice des Affaires politiques de la MINUSCA, Barrie Freeman, a salué «le début d’une nouvelle ère politique après les élections  générales en Centrafrique » et a encouragé l’édile à être « encore plus à l’écoute de la population ».

 

«La menace aujourd’hui dans la ville de Bangui reste les groupes d’auto-défense et quelques acteurs de banditisme et de criminalité », a souligné  le commandant Samah Soussou de la « Joint Task Force », composée de la force militaire et de la police onusiennes en charge de la sécurisation de la ville Bangui.

 

Il a également évoqué la nécessité de relocaliser le « marché Combattant » qui pose des problèmes de sécurité et d’obtenir pour la ville de Bangui des véhicules de lutte contre les incendies.

 

De son côté Guy Saizonou, représentant de la section des Affaires civiles,  a dressé une liste des actions réalisées jusqu’à présent dont la signature du pacte de non-agression qui a permis la réouverture du cimetière de Boeing ; la construction en cours du centre culturel et sportif de Boy-Rabe, la réhabilitation de la bibliothèque de Bangui et celle du marché de Boy-Rabe.

 

Comme le souligne Aderemi Aibinu, « promouvoir la paix et occuper les jeunes dans des activités qui leur permettent de gagner leur vie et d’oublier les armes » est essentiel à la stabilisation et la sécurité. Grâce au programme de travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO) quelque 12000 emplois d‘urgence ont été créés à travers le pays pour réaliser des travaux d ‘intérêt communautaire tels que  la reconstruction / réhabilitation des infrastructures : ponts, terrains de jeux, gares routières, l’assainissement  des marchés,  la  réhabilitation de pistes rurales, la production et la collecte de matériaux locaux de construction, la réhabilitation de bâtiments administratifs.

 

Chef du bureau de terrain de la MINUSCA à Bangui, Sayed Awad a souligné la nécessité de reconstruire des maisons détruites au cours des évènements de septembre 2015 ; une façon d’« aider les plus souffrants et les plus démunis à recouvrer leur dignité »

Le maire s’est engagé à une politique de la rigueur dans la gestion de la ville et a renouvelé ses remerciements à la MINUSCA « pour (son) solide engagement », aux côtés des autorités municipales et a salué le courage des « Centrafricains qui ont souffert et qui souffrent dans leur âme et dans leur chair. »

 

La MINUSCA et les responsables de la mairie de Bangui se rencontreront régulièrement.

LE DESARMEMENT EST L’UNE DES PRIORITES, SELON LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com