Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 17:38
La Race Noire    par Bambote Makombo

 

 

La Race Noire ce Continent unique

à l’écart c’est montrer notre route

 

 

                   1

 

La Race Noire ce Continent

d’un seul tenant

l’Afrique à l’écart

c’est se montrer

 

                   2

 

les adolescents de son sein jurent

sa libération

 

                   3

 

c’est la fabrique des sagouins

de plus en plus naissent-ils

les geôliers nègres blancs

 

                   4

 

L’Afrique est occupée

le ventre plein jusqu’aux

pantoufles enflées des chevilles

la salive ces sauces

ce sont leurs discours

la langue de bœuf est étrangère

la cervelle est nègre blanc

pour vendre la chair et la moelle

de l’Afrique aux jaunes blancs

 

                   5

 

n’oublie pas cousins

ce gouvernement nègre blanc

a Mounzou vouko

mercenaire d’exister

vous mangez les restes

tombés de la bouche des

blancs des chinois

sous la table vous vous

mordez chiens des os

 

                   6

 

Le fils de l’Afrique vendu

marchandise exportée enchaînée

partout dans le monde

la honte de sa Mère Patrie

dans son âme confisquée

ce nègre blanc d’Amérique

du Brésil des Antilles d’occident

la préférence il vaut mieux

lécher ici les restes des moelles

des os du travail de nos mains

création des richesses étrangères

 

                   7

 

les adolescents de son sein

l’Afrique ne connait pas l’esclavage

colonialisme qui hèle des bandits

venez ! dévorons la chair de l’Afrique

jour et nuit crachons les vomissures

 

                   8

 

Sa libération

 

                   9

 

l’Afrique est occupée

par la force militaire et intellectuelle

d’Alger au Cap

ta religion est rasée avec les arbres

ta pensée est bousculée l’unité de

ton Autorité est disseminée

ils ont décapité la Cour

de notre droit de faire

                   10

sous l’emprise déserte des croyances

des esclavagistes et des actes des argentistes

de l’invention de l’argent

allez-y ! faces de sagouins

nègres blancs masqués vos yeux

traitez vos Pères injuriés de diables

grimaçants noirs

 

                   11

 

la Centrafrique cœur de l’Afrique

est occupée par la force militaire

et intellectuelle

de Birao à NDelé à Markunda

de Obo à Bangui même les gourbis

nous projetons de multiplier

les emplois les bataillons des

humiliations des hordes des putes

filles de l’Afrique le ventre rond

des accouchements sur la terre

mère de Centrafrique

                   12

ils baisent en vain cette terre

les pièces de monnaie du parti

argentiste sont rares de ces fils

bien aimés nègres blancs pour

claquer la langue seulement

 

                   13

 

l’Afrique est occupée

les adolescents neufs propres ils

jurent sa libération

d’un seul gramme de diamant

volé

depuis deux cents ans 152 Kg

de chair de gros carats comme

des pupilles des filles

ils ont été saisis à l’aéroport

de Bangui Mpoko leurs

nourritures de tous les temps

on n’emporte pas l’Afrique

ils l’auraient fait déjà

les caméléons du parti des

argentistes

leur pensée intestinale de leurs

riens carnassiers depuis la

nuit des temps de nos Pères

des meurtres

les os des forgerons des sculpteurs

craquent les houes des cultiva-

teurs solidaires de la terre

le parti des argentistes ils

souffrent dans le trou noir

de la cervelle blanche qu’il

fabrique comme des déchets

Afrique occupée baisée

Centrafrique ! ils sont là pour

votre bien pour votre libération

ils assassinent les adolescents

de mensonges et de faim

Si vous n’ensemencez pas

votre mère terre de pacotilles

de piécettes d’or pillées

nous hèlons tous les bandits

du monde. Sans bulldozers

vous n’avez pas de terre

comme les Indiens de Race Noire

sans argent sans Continent

 

                   14

 

de son sein des adolescents

en science de la vie jurent

sa libération

 

                   15

 

vous abattez toutes les eaux

des nitrates ce sont des cochons

des algues tueuses qui grondent

quand vous abattez des arbres

un seul jour ce sont les

italiens les français les chinois

qui rasent les paupières de cette

terre plein feu du soleil

 

                   16

 

tout dans les outres de votre ventre

distendu à côté des terrils de merde

sans ombrage de ce qui germe

vous priez Dieu d’où de quel temps

des casseroles des banquesters

des diables des chimiques productivis-

mes agricoles ou un réservoir

crevé d’une motocyclette ?

dans votre bouche trop nombreuse

sans cesse la terre doit accoucher

des déchets de vos cercles de culs

pour prier ? vous êtes les meilleurs !

 

                   17

 

les adolescents propres nus comme

les ganza ! ils ne reconnaissent

plus leurs mères leurs pères

elles ne connaissent que le cœur

noir du sein de l’Afrique à libérer

ils traînent un long fouet éclair

pour sa libération ils tracent cette

plaie dans votre dos zèbre

 

                   18

 

la Nouvelle Souffrance par un trou

puant ! vous ne passerez pas outre

votre hiérarchie agents des parti argententiste

le pus de la cuisine cet art

cette science mugissante sous la

Nouvelle Souffrance du fouet sur

le dos du monde la guérison

 

                   19

 

Centrafrique tu es occupée

l’occupation c’est leur projet

les emplois sont pour eux

d’uriner des huiles grosses les

déchets. L’Afrique est occupée

l’occupation souille la terre

les Africains sont tenus à

l’écart comme des bons débarras

sur le bord du chemin

 

                   20

 

la Nouvelle Souffrance passe

outre le Cœur de l’Afrique

ce diamant des laves animales

ces bourgeons un bon matin rouge

l’éclatement de fruits oiseaux fleuris

du Soleil lui-même

 

                   21

 

les gosiers crient des hurlements

des hauts parleurs de la Civilisation

qui accapare l’élément de destruction

d’un dinosaure qu’est-ce qu’un

nain minant le gouvernement

d’une bouche ce peuple champion

d’excrément d’une boue irrécu-

pérable en Chine complémentaire sur mars

je veux raser les arbres les eaux

pour les huiles des jointures de la Terre

 

                   22

 

la guerre la ruse de la petite monnaie

de pacotille ramassée dans les

trous d’anus des pets des laves

d’un volcan d’Afrique nain

blanc nain jaune copie conforme

nègre blanc mercenaire dans

cette guerre tes os bilboquets de

boue n’est qu’un élément de cette guerre

 

                   23

 

la Nouvelle Souffrance les gosiers

crient les hurlements des hauts

parleurs des caterpillars

sans h20 la boue irréductible

sécheresse il n’y a pas de Soleil

des mastodontes fleurs des nains

d’un élément d’une civilisation

c’est la Terre

 

                   24

 

le Boa chaîne de fer d’uranium

ou bien cette chose ne sait quoi

l’étrangle intestin bouche et anus

le passage couloir demande

t-il on s’avale qui est-on le

mangé la boue irréductible

seulement Mars élément d’analyse

 

                   25

 

l’arsenic n’est pas un choix

de nourriture pour l’aérobique

vaisseau ce cellulaire de

destruction massive de l’eau

des poussières des glaces absolues

vous fuyez l’occupation de la

terre un fouet dans le dos

vous l’avez souillée votre vaisseau

d’arsenic de croissance d’azote

trouvera-t-il une Terre d’Afrique ?

le parti des argentistes n’ouvre

que la bouche des déchets des

néants des hurlements de faim

de la chair du Soleil dévoreur

 

                   26

 

la Nouvelle Souffrance ! comme vous

vous précipitez votre batterie

de casseroles de motocyclettes

vous priez un Dieu non rechargeable

au bout d’une chaine de cellulaire

d’un coup de la pointe de l’ongle

votre ballon d’hélium crève

là-bas sans terre de nourriture

 

                   27

 

la Nouvelle Souffrance à marches

forcées travaux forcés du parti argentiste

fabrication à marches forcées

des bazinguérés mercenaires des

une deux des nègres blancs

qui tiennent leur congrès à Paris

pour manger les cadavres abattus

de Centrafrique abandonnez-nous

les restes c’est comme là-bas

sur une comète cette personne

qui se tait la batterie déchargée

dans les froids solaires de la

recherche des nourritures

tous les guerriers sont perdus

au bout des fouets

 

                   28

 

L’Afrique est occupée

la Centrafrique dénommée République

des élections à l’étrangère nègres

blancs de cervelle de nourriture

décongelée des pisses arsenics

des champagnes des gros rouges

du congrès ensuite maintenant

étrangers à Bangui et au km5

la tête tranchée de vos intestins

de même les vipères Centrafrique

occupée l’Afrique occupée c’est

votre rat gluant au nuoc man

asiatique dessert des poulets

des hurlements des gosiers

des fouets : dans toute l’Afrique

ils sont des milliers chaque

jour des candidats aux élections

de la Nouvelle Souffrance à

chier la pointe des Ganza muets

 

                   29

 

interdiction des Ganza du Diable

Détournez vos regards vos ouies

des Danses le long du chemin

en sueur de vos Pères ! vos

Ancêtres diables grimaçants

Interdiction des boissons bouillantes

des culbutes sauts sveltes nus

interdiction des triples culbutes des

forêts-galeries destinées des rasoirs

autour de la bouche une deux

les esclavagistes derrière les nègres

blancs du Commandement de Dieu

 

                   30

 

Détournez Détournez tous les Diables

que nous sommes bien tous

l’Afrique la Centrafrique est occupée

par la bouche de leurs intestins

de petite monnaie de pacotille

déchet il suffit de se baisser

de la chose debout au cadavre

pour eux il faut l’abattre

le vendre uriner chier le néant

l’Afrique est occupée d’interdiction

Ils enculent un petit garçon noir

mâle né pour trouver une

solution de l’envers vomissu-

res en avant Afrique danse

le cadavre du guerrier perdu

pour la nourriture toute chose

n’est pas perdue à ton côté

à l’écart à part distincte âme

ce Continent unique ne se

détourne pas sous tous les

regards

 

                   31

 

ils ne t’apportent que le

néoinstitut africaniste

de pillage des bouchers des

spécialistes des quartiers

de viandes du corps de l’Afrique

la Centrafrique est occupée

Celui qui te dépouille de force

à marches de travaux forcés

des dégagements élaguages

des ombres des forêts des eaux

de l’Esprit de ce Continent

unique devient macaque

sur quel Continent météor

Philae cette personne germe t-elle ?

Celui qui dépouille la Centrafrique

l’Afrique est occupée par

celui qui n’apporte rien les

mains vides pour emporter

tout si possible avec le déchet

cubique

la France apporte sur tes seins

la Centrafrique est occupée

les marocains les pakistanais

les turcs les bengladeshs

tu piétines les gens de la

Seleka avec tous ces gens

de la religion des Seleka ?

ruse de vieilles gens méchants

pour combler les déficits

de leurs forces tombantes

des nègres blancs des colonies

des dictateurs laissons faire

tout pour manger Centrafrique

Afrique la France qui vide

ton Âme à coups redoublés

son apport ne t’apporte rien

de la bonne semence elle se

réveille de tous temps nous l’ensemençons

avec ses grands airs arides

qui vident les graines de leurs

substances cette France est là

nous ne semons pas de graines vides

la saison est venue du projet

en commun du Racisme Europe

les nègres ne doivent pas posséder

de générations de ces bonnes terres

expulsions dans des réserves indiennes

nègres rouges

martelons les avec les bonnes

plaines les arbres rasés les souillées

sous les tentes des caterpillars

les talons une deux de l’occupation

militaire dictature de la guerre

des étrangers

le tour de passe passe est là le

dépeçage bientôt de l’os de la

grain de la moelle même

je vends murmure t-elle

la Grande Civilisation contente

de reluire Cortès de chaque

chose Majesté tuée vidée

incendiée cendres sous les

talons des moquettes des salons

ah ! vendre

la Centrafrique l’Afrique est occupée

acheter vendre !

l’asiatique ne vend qu’un

cadavre méconnaissable

entre la Chine et l’Inde

la ruse de la transformation

des intestins bout à bout

ah ! la guerre de l’anus des

ergots des poulets innombrables

des inflammations c’est le

désert de Gobi dirait-on

j’achète avec les monnaies

de pacotille de la terre

un seul chemin pour l’intestin

la force pour l’extraction du sang

de la terre

qu’est-ce que la guerre ? leur ventre

vite la mastication c’est la guerre

toute chose se transforme

d’elle-même caméléonne

qu’est-ce que qu’est-ce que cette

belle robe ce bel habit d’enveloppe

la merde mâchée par leurs

molaires gâtés achetez la petite

monnaie de la terre Centrafrique

voici notre apport civilisé

 

                   32

 

Afrique occupée Centrafrique de

son Cœur Oubangui-Chari

la maladie je vous apporte je

vous apporte la maladie de l’occu-

pation sur votre nuque se lève

en vain la France est là

croulant sur votre dos

en larmes de diarrhées

le Républicain Jules Ferry

l’instigateur de l’école

publique c’est lui le sabre

hors du fourreau c’est

les canons aux baionnettes

c’est lui les spahis les légion

naires c’est lui les tirailleurs

folkloriques les têtes tranchées

au bout de leurs piques

noires Jules Ferry semeur

de semences de mort

le départ d’un commencement

un deux en 1930 quand on

vient au monde à Ouadda Djallé

d’Alger au Cap une lanscinante

chicotte dans le derrière

de l’Afrique vendre pour vendre

de la nuit à la nuit la corde

au cou papa chèvre mère cabri

Moura y Goveia ! les compagnies

un deux avec l’administration

blanche française connaissent déjà

atteinte l’animalité ensemencée

dans la Race Noire c’est leur

apport des compagnies de l’exploi-

tation de l’homme de la terre

par la chicotte de la faim

 

                   33

 

l’Afrique est occupée Centrafrique

les gosiers crient des hurlements

des tortures des étoufflements

les mercenaires piétinent le ventre

les héros innombrables qu’ils

dévorent comme des lions

un à un on connaît Boganda

Sankara Lumumba

un à un comme leur ventre

de produit chimique dissolvant

table cueiller dent d’or

volée à la terre d’Afrique

au Royaume de Son Autorité

l’Afrique est occupée Centrafrique

le chasseur découpeur de tête

c’est lui l’instigateur Jules

Ferry la République de l’Empire

brûle tout de la guerre totale

de l’Europe mange tout détruit

tout contre la paix des villages

la chicotte d’Alger au Cap

dans le derrière de l’Afrique

depuis connaît leur Animalité

 

                   34

 

depuis 1869 avant depuis

tout en avant l’engraissement

des livres de graisse de beurre

jusques aux trous des intestins

Ferry murmure instructions

Afrique occupée Centrafrique

leur éducation c’est l’enseignement

de l’esclavage des morsures des

chiens molosses de l’exploitation

de notre substance même la chiure

                  

35

 

accourez Chinois, quatari

Arabie Emirates, Turquie

Bangladeshi Pakistani, Maroco

Ni égyptiesri gitani indo-né

Sien tonkini doubaï accourez

Désert dévaster déserter la

Centrafrique pas un arbre

debout jusqu’à l’horizon

du Sahara unissons nos intestins

bouche à bouche dent contre dent

la Grande Haine de la Détestation

du Corceni à jamais ouverte

les intestinales guerres mondiales

qui dominera le monde pour

mieux chier des montagnes

des monticules donnez mille jouets

zébrés à la tentative de ces

esquisses blasphématoires

tous les vendredis main tête

tranchées par le Juge Roitelet

du Pétrole piétineur de l’Homme

peau de mouton de méchoui

de toujours aumonier unilatéral

d’offrir des crachés vomissures

de la gorge aux dents des rats

les dérèglements des règles voici

votre loi gourbi infréquentable

toujours la punition dans le

sang d’Abraham ce n’est

donc pas de l’hémoglobine

déversée pour freiner le Monde

asiatique. Il veut se régaler

de monuments de pierres morts

de la piste de la bouche au cul

de la domination que nous

avons sillonnée égorgée

de slogans vengeurs contre

nous contre vous de la haine

cet incendie flambe nos pieds

de danseurs blessés danse d’un

pied de l’autre talon hé hé la danse

d’affamer de trancher à mort d’extraire

la moelle des os en poudre à mort

le diamant s’effondre un trou de terre

est-ce ceci que devient la forêt

vierge du Kongo vous la démantelez

quatre à quatre en Centrafrique occupée

Afrique occupée désert jusqu’au désert

 

                   36

 

Jérusalem les racines d’un arbre

d’un buisson flamboyant ça

n’est qu’un point sur le sentier

tache d’huile de mazout

de la digestion qui condamne

celui qui dévore dévore au fur

et à mesure les vieillards dans

les nourrissons dans les bourgeons

cette situation n’attend pas l’éclatement

d’une fève déjà dans le mortier

tuez le assassinez le corps du noyau

la haine sur le chemin de Cordou

ce n’est qu’un pas de marcheur

troncs de généreux généraux de

bonne volonté de caterpillars nucléaires

l’océan veut bien se retirer

place de la compromission de la fève

avant Cordou nous nous dévorons

sous les sables des forêts rasées

charbons ardents des danses de haine

pour manger sur le dos zébré

le zèbre des dents des hyènes

sont de la substance de quelque

os y comprise l’incluse obsolescence

dans l’union des mangeurs

de l’Afrique occupée Centrafrique !

 

                   37

 

dévore-moi dévore-toi hurlons

la Nouvelle Souffrance ah que

je les hais ah qu’ils nous haissent

la bouche encombrée de borbory

smes nous déglutinons l’autre

cyanobactériques diarrhiques

de la gueule au cul prout

le volcan brillant germe de la terre

toute fève éclate ou intestin qui

dévore l’essentiel laisse la merde

transformation du monde qui l’accouche

le cerveau cette aide en outil

de plus en plus aiguisant se loge

sous les aisselles les trous des carcasses

à enviromentaliser cette nature

caméléon de droguer les intestins

coke cyanure arsenics les

nouvelles agressions sont là

volcans d’une seule unité

dévore-toi dévore-moi hurlons¸

la Nouvelle Souffrance ah ! que

je les hais toute fève en a plein

les couilles de petits intestins de

petits laboratoires d’ingestion

c’est-à-dire crache moi encore cette

montéculaire tombe vide crève

la désubstance de soi quand la terre

se naît de germe de volcan c’est

cendre après pousse rien quelqu’un

mange quelqu’un pas de fève

intestinale dévore-moi qui ?

de l’outre tombe de sa terre de

meurtrissure la productivité

d’une mère volcanique qui n’accouche

pas quatre fois l’année du singe

des démangeaisons il n’y en

a pas en suffisance pour toutes

les productions des intestins des

couilles pelées de déchets de

décombres carcasses irrémédiates

suceuses des sèves des croûtes

usure en soi des chaussettes

des copies de chemises de papier

Yuan des dermes effondrés déjà

des routes des expulsions de la

substance de l’Afrique occupée

dévorons accourez China

la guerre la ruse l’agression

primaire la concurrence déloyale

pour la domination de l’ingestion

du monde entier avec nous

tous les intestins violents ma-

joritaires de notre côté, pas

de quartier ! sinon à brève-

chéance

l’intestin est un mufle de ban-

dit sans faim de fabrication de

croûtes vides de la Nouvelle

Souffrance de l’outil aiguisant

l’aide suppuration sous la plaie

le corps dépecé arrachons mangeons

urinons ses biles amertumes

insensible  de l’Afrique occupée

 

                   38

 

à brève échéance l’hyène mord

le mufle à côté le français gronde

c’est ma possession l’Afrique

la Centrafrique occupée dans mes in-

testins

le chinois nous dévorons les vomis

sures des cadavres arrachées à l’anus

par le plus grand innombrable recy-

clage transformation de béton prévi-

sible mur de Chine intestinal

on verra c’est à nous de

mise de tromperie de gagnant

gagnant perdante – sourire

de tartre muet sur la Faim

tueuse elle contourne toutes

les bonne fois – de l’Afrique

enchaînée livrée

leurs dents plantées dans ton

dos leurs langues Portugal France

Angleterre, Chine, Arabie de

dévorer de l’intérieur ta Tête

Trône de ta personnalité, en phase

actuelle de destruction massive

maître Ruse dans le dos Pékin

tire dans la nuque par l’exper-

tise méthodique électronique

de n’importe lequel élève djiha-

diste de la mère patrie dressé

expatrié l’ensemble de tuer ador-

ner dépecer abandonner le chié

 

                   39

 

Pourtant Afrique occupée Centrafrique

tu es d’un seul tenant à l’écart

ce n’est pas rien dans l’univers

des corps Afrique Centrafrique tu es

cette expression Continent Bantou

par ton Cœur noir de nuit pro-

fonde s’il faut nommer Ngakola

ancêtre Banda nommons les Ancêtres

Divins dans l’âme de toute chose

Le sacré n’est pas le chaos

des économistes scientifiques

des régaleurs des papilles des

chieurs en vain ensuite

Le germe volcan de cette terre en

augmentation de chaos sous

nos pieds sommes des âmes

toute chose y incluse les maligni-

tés les malins pour ingérer ils

sont ingérés, en face on les chasse

avec la vérité dans les choses

chieurs en vain des murailles

de béton votre combat de déjection

de déchet n’est pas un combat

d’une guerre perdue

 

                   40

 

le béluga côte à côte avec l’âme

de l’éléphant il y a de l’énergie

dans le missile automobile

nage dans la rouille hier l’air

qu’ils laissent des squelettes

ils n’ont pas d’œil ni de paupière

au-delà de tuer ils pénètrent à

l’intérieur les saccages de l’expression

l’œil de dent ne peut voir que

dépecé digéré sauces de poisson

air âme guerre perdue nageant

                  

 

41

 

le magistrat nègre blanc

c’est une décomposition tue aussitôt

les saumâtres illusions flottant

l’atmosphère n’est pas consentante d’elle-

même de brics et de brocs

sans tête il ne s’en fait qu’un

aussitôt à la fois par exemple

l’extra-ordinaire chance tombée

du ciel de l’impureté sans doute

par hasard de gringalet à

huit douze dix huit heures

nourri d’omelette frites

et de dallot coutumier pour

cette Afrique Centrafrique

qu’il occupe l’anus scellé

au cul de la toge de colobe

voici une dernière figure

virtuelle effraction de l’impureté

sans doute possible si tu veux

manger les frères les frites aux

couilles pas cassées ouvre ta

bouche de putois perçante la salle

sur l’ergot du coquelet à cet

âge de tendon sans enfant pourquoi

la fillette aperçue à Bangui l’enquêteur

la retrouve ce soir même à Bambari

avec un repas d’omelette bière c’est

l’inoculation mortelle d’une piqûre

infligée comme une nourriture

formez la votre gueule tous

sur votre omelette de couilles taries

dans l’assiette de porcelaine l’écuelle

du chien bâtard des grands crimes

contre l’âme l’Humanité c’est toute

chose enchaînée exploitée méprisée

déchets tassés le Colonialisme sans

cesse c’est une montagne à côté

de la merde

 

                   42

 

Gbasabangui c’est un nain de ce

gringalet de nègre blanc du

tribunal de la Cour internationale

de Justice annexe blanc-nègre

autrement dit l’œuf cassé couche

dans le caniveau velu boueux

toute chose croule cimetière

rigole comme cette situation

l’Afrique noire la Centrafrique

est occupée. C’est une affaire,

de l’Afrique ce Continent à l’écart

le Bantou s’occupe de son affaire

lui-même

 

                   43

 

le trou du cul de la hyène en

bandes organisées militaires

au cœur vert uniforme de cya-

nure avec les colobes qui cachent

à peine leurs queues pendantes

branches sur des marécages

des sangsues des virus âmes

de ces nuits des cadavres

qu’on ne laisse pas dormir

ce profond sommeil hoo hoo

de disputes d’arrachements de

déterrements des viscères liquides

les hyènes s’emportent leurs gueules

d’os la lèvre pendante chair

de bagarre le jour leur disparition

comme de rien

ils ont achevé terre mère père

rien est orphelin de la Centrafrique

occupée

les Galiciens, la Barbouzerie, les Maison

de liseron de la gendarmerie française des écou-

lements des sangs à côté des armes

c’est l’exploitation la soumission leurs

soi-disants présidents dans la croûte

des affaires de la Francafrique

le magistrat nègre blanc à côté

dans une assiette d’omelette

de couilles de chiens des tribunaux

de crimes contre l’humanité

sert de garant d’ordures sur

le dos nettoyeur des hyènes

soi-disant sans cœur borgne

intestin dégoulinant de larmes

cyanobactériques cimetières âmes

 

                   44

 

leur scintillement souterrain

des océans-rivières ce sont des

lucioles des beautés reflets

ensemencer ce Continent à

l’écart le sang les âmes rouges

accourent en forme de l’Afrique

puisque les ruissellements

le reflet de leurs enfants les

aperçoit dans les météores

à côté puisque puisque de quoi

les âmes bantoues sont là

brillent les corps des adolescents

traînant leurs fouets purs !

les hyènes les zébrures de plaies

les seins écroulés brisés par

un trou du cul de gueule à

l’envers il ingurgite t-il les

déchets entiers des dissèqués

hoo hoo déchiquetons les âmes

mon géranium flamboyant

 

                   45

 

wooh wooh !   les hyènes des ténèbres

hurlements nous enterrons la

terre occupée Centrafrique l’Afrique

derrière nous nous broyons les cimetières

vides de semences d’os de diamants

nous effondrons cette forme d’âmes

assemblées ce Continent à l’écart

les météores perçoivent son scintil-

lement qui augmente son

âme Bantou

 

(A suivre) 

                   

BAMBOTÉ MAKOMBO

 

25 décembre 2014

 

A Krébédjé en Centrafrique

A grandes Circoncisions

les Ganza reçoivent

des mâles Initiations

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com