Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 10:36
La Race Noire ce Continent unique à l’écart...  par Bambote Makombo  (suite et fin)

 

46

 

ils ont achevé terre mère père

rien est orphelin de la Centrafrique

occupée

au portail de fer d’aluminium

destiné à se courber de poussières

d’araignées le palais de la République

c’est un tirailleur ils ont incendié

les habitations des dispersions de feu

et de sang de panique dans toute l’Afrique

depuis occupée à ce portail prend

aussi une vulve qui vomit

des extractions des déchets quant

à elle qui ferment le poulailler

des puces des crottes des rhumes

des poussins duvet mortel

poulaillers de km5, occupés

avec un portail faisandé avec

une baionnette militaire pas payé

pas payé maison de liserée

le liseron ce général prétendu

soi-disant général des hommes

d’affaires africaines c’est-à-dire

de sans nom de honte de quoi

on ne voit que ces monuments

de tentative d’extraction d’âme

piétinée l’Afrique est occupée

au portail du poulailler un

poussin la joie c’est le dessus

de l’assiette de l’omelette

remplie des os des paniques des

fuites éperdues des soleils

des desséchements égorgements

suivis des bons cœurs vous

n’auriez pas dû faire ça après

maintenant ce n’est plus cette

République des assassinats des âmes

déchets de Jules Ferry au portail

du palais des affaires africaines

grelots de chiens militaires

orages tonnerres tués dans le ciel

de l’Afrique

général de tornades contenues

dans les camions de l’invention

dans le dos l’argent vendredi le

génie de Lavoisier Latecoère

à l’argent asiatique

général de Liserée dans le dos vous

avez debout un gnome chinois

devant ce nègre-blanc tirailleur

tranchant en avant les destructions

les déchets mandarin encore plus

d’argent en contre poids des monta-

gnes de merde quoi en faire

de cette terre l’homme puante chose

s’amoncelle par la gueule muette

cimetière

 

                   47

 

voici le fruit mûr à la file des

âmes des mûres noires planètes

extracteurs d’argent des mangeurs

de déchets voici le corps ensoleillé

allongé dans un sommeil profond

woo worrk des déterrements des

hyènes cyanures caméléonne terre

d’un trou de volcan de ta peau

voici le fruit outil que décapité

par la bouche par la magistrature

gringalette homelette de couilles

il y a une condamnation à la file

d’avance au tournant de la terre

 

                   48

 

l’avant bourgeonnement cette fleur

doit mûrir flamboyant du terme

Afrique Centrafrique occupée

corps à l’écart ta pureté

écarte de l’ongle des doigts-couteaux

les approches des poussières saletés

ton esprit fabrique cet avion

supersonique tu es devant savant

aviateur cosmonaute s’il en est

des circuits des terres-planètes

des engoulevents ogres alors !

 

                   49

 

Afrique Centrafrique occupée

il n’est est rien c’est par ton âme

ces adolescents Ganza là-bas le Ciel

de l’Afrique claque un fouet

les gouvernements sont des tirailleurs

 

                   50

 

tu dis je m’en vais là ici là-bas

voici un gigantesque homme

noir. Par expérience maintenant

son intérieur c’est un petit œuf

des avortements des hommelettes

 nègres blancs gagnant leur manger

fabriquant de caca

 

                   51

 

danger de pureté danger de courage

noir à Paris à Moscou à Londres

à Washisgton le crâne rasé de

l’esclavage jusqu’aux lobes

par les coups mimés maintenant

des matraques les risques de faim

par manque de sa mère dollar

 

                   52

 

tu n’as pas entendu murmurer

du Mozart jamais Afrique occupée

là-bas tu te contentes de mordre

avec tes dents tu t’appelles Léonard

tu accours vers le Noir de

passage vers le Continent à l’écart

tu mimes la joie le dessus

de l’assiette du chien tu mens

 

                   53

 

la pureté est savante elle prévoit

l’imprévisible noyau d’œuf des

hommelettes cassé déféqué

s’il en est c’est une fonction d’homme

toutes naissances sont des imitations

la pureté s’attend à l’expulsion

 

                   54

 

l’esclavage s’attend à s’en entourer

chaînes de hyènes dévalisant

les cimetières poubelles de la

même rayure de la protection

des coffres-forts leur ventre de

viscères pleines se poussent dehors

et après ! voici le joyeux frère

le nègre blanc le crâne aplati

des fardeaux des humiliations

les ravalements sans limite

vêtu du même uniforme au

fond des couloirs il lui dit pique

le dans la nuque on n’en saura

rien même pas son sang de

l’impureté

 

                   55

 

être c’est penser manger c'est-à-dire

aux viscères protoxydes micro-organismes

des azotes gaz carboniques donc je suis

à Moscou à Abou Dhabi sans

droit

 

                   56

 

le qatar l’Arabie Saoudite

les Emirats les uniformes aux

traces du Tchad des roues des jeeps

des mitrailleuses par-dessus

les fossés les pires incendies les

pires assassins des gens la panique

des femmes des enfants exterminés

l’extermination de la Centrafrique occupée

 

                   57

 

vous avez choisi les Goula frères

sont des seleka sélectifs en 2013

djihadistes sans cœur quel cœur

paniquer l’extermination de millions

d’âmes de leurs bouleversements

ventre en l’air leur pitié les seleka

vaincus par les anti-Balaka voici

les Français les plus forts avec les

troupes des Nations unies avec les

qatar, l’Arabie Saoudite, Maroc

Bengladeshi, Pakistani, Turquie

Maroco, Emérates, Arabes unis

à genoux sur le dos de la Centrafrique

occupée l’Afrique est occupée

 

                   58

 

l’unité c’est manger cracher des

saletés sur les gens sur les rivières

de la Centrafrique occupée

les musulmans ne mangent

pas dans l’assiette des chrétiens

ils apprêtent la chair de la

Centrafrique ensemble selon leurs

traditions de la haine l’un de

l’autre

 

                   59

 

ils proclament aux Bantous :

aimez-vous les uns les autres

pardonnez ! la Centrafrique est occupée

Les Ganza purs qui traînent les

fouets animistes, les chrétiens

soi-disants les musulmans des

pillages, ils tuent les jeunes gens

par l’intermédiaire des légionnaires

qui jettent de la nourriture de

qualité à la population paniquée

à nous les disputes diplomatiques

les hold-ups abandonnent les déchets

ordures humains des Pays aux

chiens

      

60

 

comme en 1930 le tirailleur les dresse

le frère Peuple Youlou facilement

offrit des sœurs dont les doux

petits-fils miens par leurs mères

bantous de la Centrafrique occupée

patrie des gros oignons de béliers

plus grands que les bergers derrière

eux des poissons larges comme la

main séchés au soleil de Djalé

s’oignant de beurre fondu

vous êtes musulmans animistes

l’anneau d’argent aux chevilles

aux oreilles noires de vos robes

indigo de haute taille

en 2013 le mouton noir plus

grand que le berger goula

youlou ne paie plus l’argent

du djihadisme quatarémi-

rati pour occuper la Centrafrique

mâcher cracher debout assis

sur les grandes roues des jeeps à

rebonds des fossés des tirs néglige

ants à bout portant des épouvan-

tés de la panique organisée au

fur et à mesure musulman

c’est le seul mot de vous marier

avec une enfant de sept ans l’en-

fanter en vain l’écarteler trancher

les jambes des arbres emporter

le corps comme les chinois, les

italiens les turcs les français

les quataris tout ce qui appartient

à la Centrafrique occupée vous em-

portez le meuble les camions volés

surchargés d’esclaves vous les ca-

chez au Tchad avec maintenant

le goût de l’argent dans la poussiè-

re de l’enrichissement vous êtes

tous des bandits occupants des

hold up partout associés aux

étrangers tels les cités et les Sai-

gneurs autres Koni des Armées

qui se cachent dans la brousse

dans le Mbomou le Haut Mbomou

un pas de fuite au Soudan

Khartoum votre sang de

guerre de soumission à la parole

aux armes perpétuelles

comme ils n’élèvent plus de béliers

plus hauts qu’eux parole aux ar-

mes dans la soi-disant parti-

tion de Bambari des diamants

des ors à leurs yeux ronds mi-

rifiques riches près d’une fillette

femme violée ils tuent le bouc

rouge aussitôt rare leurs

dents sanguinolentes de destruction

djihadiste cherchent un élé-

phant pour le vendre aux chi-

nois artistes artisans qui les lavent

avec une dent dorée de mort

un déchet expulsé de la Chine

 

                   61

 

Voici l’homme voici l’âme

d’une vendeuse une unité

de trois milliards l’automati-

que âme tomo densitométrique

qui extrait son cœur natu-

rel de côté alors que les balles

abattent les béliers ce corps c’est

une contestation qu’ils pren-

nent en otage voici la trans-

formation en déchet du cœur

voici voici la Centrafrique occupée

l’Afrique en 2050 trois milliards

de cœur d’extraction de tant

d’adolescents d’aujourd’hui

en 2014 ils traînent les fouets

ils les haïssent ces poitrines noires

leur noyau de cœur noir

la troisième phase voici l’extrac-

tion.

 

                   62

 

D’une queue de chèvre colonialiste

d’un coup de langue dans leurs

dents dans ce Continent à l’écart

l’Afrique Centrafrique occupée !

ils remuent leur squelette

de queue dévorée par leur propre

poison fabricant d’ordures

 

                   63

 

Nous vous apportons donc l’âme

la meilleure elle a tué vos Pères

elle a piétiné le Cœur de l’Homme

en riant en Européen en souriant

asiatique le vautré carnassier

qui ne fait pas dans l’Histoire

le tirailleur noir au portail

du palais poussière rouille

où est la nourriture la vulve

were is the food ? tonne t-il

la chair de l’Afrique occupée

par leur queue de chèvre de

militaires Maroc, Pakistani,

Bengladeshi, turque, qatari

Frances, senegalèse, Abou-

Dhabi Arabie Saoudite, ils

Remuent la queue de la chèvre

Centrafrique occupée

 

                   64

 

Voici la troisième phase

ils ont mâchonné crachoté

des déchets de l’Afrique occupée

la Centrafrique occupée tirailleur

soi-disant intellectuel à cause

de ton treillis au fusil de cravate

pour traverser le portail du

palais des mangeailles des vulves

les pouras les pires pourras ceux

d’avant 1920 pour leur offrir

le sang de Centrafrique en libation

au Portugal vous buvez ensemble

au nom de l’internationale socialiste

vous êtes la chèvre vos os

se haïssent, ensemble votre squelette

tête la Centrafrique occupée

 

                   65

 

Le déchet se répand par ce

genre le déchet lui aussi dit

âme dans toute chose étouffons

ses fonctions naturelles il suffit

la rareté de l’air de la mer

les toxités sont nos cadavres

fantômes en avant les montagnes

en marche une deux ou de glisse-

ments de serpents au-delà de

mars sans commencement

il y a déchet dans cet univers

pour les dévorer de déchets

 

                   66

 

Un os de queue de chèvre tombe

par terre ce genre d’homme le

ramasse c’est un parti politique

de Montréal j’étais au téléphone dit

il avec Patassé à Lomé avant la

fin de l’année je suis à Bangui

il le faut ! à Bangui Ziguélé a

ramassé l’os du MLPC pour

s’en vêtir de cravate treillis des

tirailleurs carnassiers du peuple

centrafricain en compagnie des

pires pourras parmi les plus infectes

colonialistes les chinois, les qataris

prétendent-ils à l’internationale socialiste ?

ce sont les français qui vêtissent cet os

maigre là de leur côté ensemble

ils regardent la viande la Centrafrique

occupée le tirailleur en cravate des

treillis en avant les combattants

mangeons je vous promets des tas

de déchets derrière l’intelligence humaine

 

                   67

 

Ze ils t’attachent mamelle

vide par terre de la Centrafrique

le corps n’est pas vêtu par eux

décortiqué à l’arrière de leurs

camions militaires queue

de chèvre en costume en treillis

cravaté.

 

                   68

 

Derrière les Béliers noirs abattus pour

manger des rations des raretés

minestrielles des Séléka trompés

l’esclavage des aventuriers extrait

extrait l’aventure d’être dévorés

granulats d’os moelles de tendicites

pourrie le noyau que l’on

cache à la version refuse de se cacher

puanteurs de la nouvelle âme, celle

que nous vous apportons depuis si

longtemps dans l’occupation de l’Afrique

Centrafrique occupée.

 

                   69

 

Par nos Pères qui tirent la corde de

chanvre avec le cou squelette de

la queue de cette chèvre ? n’aperçoit

que sa queue dévorée dans le noyau

de l’esclavage l’intestin rond le ventre

de rejet de merde à côté de rien

l’âme nouvelle nous te l’apportons

qui assassine torture dévore l’os

                   70

Dépouillé du mlpc Patassé fonde

Fare qui se ferme sur son corps

le noyau du fruit ne se déploie pas

les mâchoires ont dévoré envolées !

le nègre blanc protocole en costume

de colobe il a l’autorisation de

pouvoir broyer l’os annelé de

sa queue de chèvre l’âme rit

des singeries ne font pas la guenon

pour vérifier sa cécité il conduit

son Excellence uriner à côté du

bol l’os fondateur du parti de l’os

est fini enfermé dans son cercueil

 

                   71

 

Pour un rhume ils se soignent à

Paris les nègres blancs sont solidaires

de disputer cet os de la haine de

soi-disante vengeance de n’avoir

pas mangé auparavant aujourd’hui

c’est notre tour haïssons chions !

la politique françafrique c’est une commande

de Paris France qui ne soigne pas

Patassé ni Ahijo, ni Bongo ni Débi

ni aucun francophone peur épouvante

 

                   72

 

L’espion public rogomme : il est presque

mort, il faut faire quelque chose

sinon, c’est nous qui l’aurons tué

… vous savez Excellence, Nguéma

lui a proposé son aide

Patassé ne figure pas dans le dicton

naire comme le Président Nguéma

de la Guinée équatoriale. Il décède en

route au Cameroun.

C’est notre tour haïssons chions, man-

geons chaud l’os des dents solidaires

nègres blanches

ramener le corps mort à Bangui c’est

une autre histoire de tirailleur au

portail du palais des nourritures

et d’une vulve accrochée aux rouilles

du colonialisme

déchet de l’intelligence artificiel

le galopante montagnes en avant

les peaux des bananes de l’intelligence

artifice le genre est en arrière der-

rière sous les sacs plastiques c’est

de l’algue microscopique les enfants

meurent de cette faim de tueuse

à cause de la fabrique du papier

d’emballage de vêtements pour Auchan

les forêts d’Afrique sont sciées

ils gagnent du papier monnaie

les mains sales des hommes du genre seul

à fabriquer des ordures

la source de la rivière devient anus

le ventre l’océan devient nucléaire

 

                   73

 

Ce ventre contient le bébé d’algue

décédé il reste donc les pierres

rouges noires l’intelligence artifice

montre parallèlement à côté Mars

l’eau du genre ne se fabrique plus

pas un murmure espion gomme

dans son ventre

à travers les déchets des ordures

l’artifice n’a pas d’estomac ni de

cœur circulaire ils se jettent sur

la Lune étape parallèle en fabrication

occupée

l’Afrique est occupée Centrafrique

l’espion c’est un tirailleur derrière

le portail du palais de nourriture

d’un os de queue de chèvre

de coccyx caché qui répète sans

cesse je suis l’âme apportée à vous

Centrafrique occupée par nos ordures

civilisées maintenant qu’est-ce qu’un

nègre blanc hié hié ! C’est une

ordure lui-même

parallèlement à Mars l’artifice

lui montre à côté un Noir à l’é-

cart Il dit à Léopold 1er

de la grande Belgique tranche toi

même les chevilles des fuites

les mains d’hévea qui ne se récoltent

pas vite des files de porteurs noirs

de coton de défenses blanches jusqu’à

l’atlantique jaunissent

vêts-toi d’habit tu es libre

le Vert solitaire Roi gras est en

toi qui te ronge tu deviens déchet

Kongo homme chimpanzé l’autre

Côté de l’ordure Race Noire ce

Continent

Vêts toi d’habit tu es libre      

du 21e siècle le bilan des ordures

les tranchants des couteaux sont debout

partent ne pas tomber du Ciel

galoper tonnerres foudres au

travers l’Afrique à l’écart le

travail blanc le travail asiatique

est en place l’ordure de verglas

vêtue remplace même la tête

du ventre n’est plus noire

le nom d’une humanité partielle

tronçonneuse du végétal animal

marche en tête du tournant de la Terre

à contre-trots un oeil de police au

ventre rond centre partiel du

monde attention on tue les ordures

nous-mêmes de ces naturels

génocidaires matériau végétaux

 

74

 

Race Noire, ils sont les otages du reste

la totalité

Totalité vets-toi vêts-toi des ordures

des chevilles des poubelles des têtes

tranchées

 

75

 

La Femme dit où est-elle la poubelle

je l’évacue

la Totalité évacue c’est la Forêt

de l’ordure qui compte dans

la fabrication de l’estomac sur

cheville au pied de Terre

-comme la fabrique papier toilette

dollar grosse dragonne yuan

l’ordure ravage les visages

du coureur devant les minéraux

 

76

 

La Race Noire ce Continent unique

à l’écart c’est montrer tes routes

chacun son long fouet fend l’air

en deux éjaculations du pus en

continu du sang ensuite en Continu

l’œil du Ciel se referme serein

 

                   77

 

Voici la poitrine les épaules noires

sueur de marcheurs gaie la marche

sur leur sternum croisé le baudrier

de lianes cordes végétales

chaque fouet serpent qui mord

voici la marche pointée de cris

 

                   78

 

Les jupes de chacun sont roses

au bas du dos noir la marche

résonne les chevilles de grelots

fouette le fouet rencontre la chair

les adolescents n’ont jamais été esclaves

de personne fouettons l’intrus

nous allons nous traversons l’Afrique

nous fouettons tout est propre

au fur et à mesure fouettons

claque fouet serpent mord

éclair zigzag pourfend l’espace

au fur et à mesure la propreté

le sang se résorbe noir caillot

 

                   79

 

Les égouts savent couler les caillots

terre d’Afrique tu les enterres cachés

la peau de leur dos d’hippopotame

grosse couverture coulent les huiles

nous tenons droit svelte ce corps

la marche au fouet guérit le pénis

toi à part uriner en période d’essai

 

                   80

 

Nous marchons une deux courte

course précipitée un pied devant

l’autre camarade frère de ma mère

reprend le relais de l’haleine

solidaire le fort éléphant souffle

le fort océan du nord c’est le sud

de l’Afrique à pleins poumons

des orages des foudres d’autre chose

inconnue qui le fort ne hait pas

pourquoi faire ce qui d’une

chiquenaude sa fierté retombe

qui s’enterre dans cette poussière

ouverte d’elle-même dans

le caniveau souterrain tu

préfères eau de l’esprit de source

ou d’autant une terre rare

tout autant âme matériau nous

recherchons nous marchons

 

                   81

 

Nous marchons une deux nos

genoux les rotules se transforme

quelle terre quel matériau argile ?

les strates de sagesse dans ta cervelle

c’est ainsi ne fais de leçon à qui

asseyez-vous l’individu se complait

dans sa totalité il n’y manque

rien dans le trou de forêt l’âme

de l’esprit d’une source suinte

dans les bosquets des lions des

sauterelles vertes les compagnons

y sont aussi côte à côte dans

cette attente gaie en marche

est-on sel minéral qu’est-ce que

c’est la marche une deux paisible

nous marchons tambour noir

 

                   82

 

Notre unité marche à travers

la mort à travers les purges

des corps nous sommes vivants

la faiblesse la malchance est morte

creusez un autel d’ombre au bord

du chemin avec des points d’eau

de sang de nourriture paix à vous

le jeu de guerre entre frères hommes

battez marchons tambour noir

 

                   83

 

Le jeu de la guerre c’est une danse

plusieurs danses dans l’unité

de multiples danses qui se déversent

des milliards de pas des adolescents

de vos corps forts de plus en plus

forts l’adversaire pauvre guerre

se jette dans l’Atlantique Pacifique

sous ce ciel Afrique le reflux de la

mer c’est nous vagues pures

sang des adolescents hommes futurs

                  

84

 

Ceci n’est pas une période

qui mène à l’homme ceci

c’est une chose importante

c’est un vase clos de force

les vagues prennent fraternité

du Ciel épaules contre épaules

le cœur débarque l’Afrique se déborde

le jeu de la guerre côte à côte

la couleur Afrique c’est l’ocre

noir enduit ces corps forts

cœur de toute Puissance de

joie de grand Tambour noir

tu n’es pas le dessus du panier

du ventre plein ni que le ciel

noir d’étoiles se dégage de fraude

de pollution ingestion immorale

pouh ! notre foie n’a pas de ventre

des canaux d’inhibition jusqu’aux

astres de la moindre goutte d’eau

naturelle pouh ! nous urinons

nous accourons ceci n’est pas une

période c’est la guerre côte à côte

que nos forces tonnerres de torrents

s’écoulent dans les espaces Ciel

il y a plus de pluie que de terre

le jeu de guerre de l’unité en vase

clos n’urine pas la reproduction.

 

                   85

 

Adolescents d’Afrique aux épaules côte

à côte c’est une période de morgue

de Puissance noire le cœur d’Afrique

le sang marchons soufflons respirons

il n’y a plus de trace de chiquenaude

qui soit sous nos pieds de plaines

du Hoggar de Kalahari des plaines

du Kilimandjaro nous regardons

de haut avec les sauterelles les

capitaines poissons un cerveau

est là dedans nous sommes production

le diamant n’est pas le diamant

l’or de la boue est à côté de

nous le futur est à côté de nous

le jeu de guerre unité de ce Grand

Cœur Afrique à part à l’écart.

 

                   86

 

Voici les adolescents au fouet

du jeu de la guerre ceci n’est pas une

période les fruits mûrs pissent

par terre sans égard sans retard

la production ce n’est pas cette occasion

d’enterrer le frère dans un béton

que le ventre plein lui tourne le dos

 

                   87

 

Voici les adolescents cette terre

à quinze ans d’âge quelle valeur

quel est ton prix le jeu de la guerre

seulement la production mûrit

naturellement voici notre conscience

place à la joie sans dessous de panier

à côté du futur il n’y a personne

que nous-mêmes nos dos ensemble

en avant marchons adolescents

sans prix est l’Afrique à l’écart

 

                   88

 

Nous sommes des frais adolescents

au fouet éclair long et flexible

comme lui nous sommes forgés

le jeu de la guerre entre adolescents

force deux milliards d’adolescents

vous avez quinze ans vous n’avez

pas de prix voici les amulettes

vertes forêts vertes eaux des feuilles

pendant armes de guerre à notre cou

gros cœur d’Afrique à part à l’écart

nous respirons nous soufflons d’un

seul contenu de ce contenant

cette force adolescente n’est pas donnée

à manger c’est une période sacrée

à part à côté du futur eux-mêmes

micro-organismes nos Ancêtres

au-delà c’est un vase clos

 

                   89

 

Race Noire ce Continent unique

à part à l’écart c’est montrer

la route circulaire vase clos

un vase clos est fraternel

nous sommes deux milliards

avec des micro organismes et des

vents violents extracteurs d’esprits

Race Noire ce Continent Afrique

à l’écart le vase clos est fraternel

il ne tourne pas le dos à l’univers

adolescent

 

                   90

 

La trace circulaire tourne le

dos à la trace côte à côte futur

de Puissance Cœur d’Afrique

 

BAMBOTÉ MAKOMBO

 

25 décembre 2014

 

A Krébédjé en Centrafrique

A grandes Circoncisions

les Ganza reçoivent

des mâles Initiations

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com