Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 17:25
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Présence massive des ex-Séléka signalée à Kaga Bandoro

 

http://rjdh.org/ PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 18 AVRIL 2016

 

KAGA BANDORO, 18 avril 2016 (RJDH) — Les Séléka de Kabo ont rejoint ceux de Kaga Bandoro, la semaine dernière. Les raisons de ce rassemblement ne sont pas connues. Cette présence massive inquiète d’avantage la population.

 

Nos informations indiquent que les ex-Séléka multiplient les navettes entre les Kabo et Kaga Bandoro. Ceux de Kabo rejoignent depuis la semaine dernière leurs frères d’armes basés à Kaga Bandoro.

 

 « Les déplacements des ex-combattants en armes se sont multipliés ces derniers temps entre Kabo et Kaga Bandoro. L’effectif des ex-Séléka à Bandoro a augmenté depuis la semaine dernière » a confié une autorité locale.

 

Cette information n’est pas confirmée par le commandement de l’ex-Séléka de Kaga Bandoro. Issène Mahamat, allias général Alkatine, contacté par le RJDH parle de manipulation politicienne de l’information « il n’y a rien ici. Ce sont des hommes politiques qui trompent la population avec des mystifications », a-t-il déclaré.

 

Les villes de Kabo, Kaga-Bandoro, Moyenne Sido sont restées sous contrôle des ex-Séléka depuis la chute du pouvoir de Djotodia en janvier 2014.

 

 

Centrafrique : La chambre d’accusation remet en cause la défense du procureur sur l’affaire « émeutes des prisonniers de Ngaragba »

 

http://rjdh.org/ PAR SAMSON ANDJOUKARA LE 18 AVRIL 2016

 

Bangui ; le 18 avril 2016 (RJDH)—Un magistrat de la chambre d’accusation a dénoncé le comportement du procureur de la République qui, selon lui a tenté de se laver les mains dans l’affaire dite « émeutes des prisonniers de Ngaragba ». Sous l’anonymat, ce  dernier pense que la liberté provisoire a été accordée en commun accord avec le parquet.

 

Assane Oumar, c’est le nom du prisonnier dont la mise en liberté provisoire a crée la panique à la maison carcérale de Bangui, le week end dernier. Selon un magistrat de la chambre d’accusation, le parquet a été saisi de la demande de mise en liberté provisoire qu’il a transmise à la chambre avant que l’accorde soit donné « le 04 avril 2016 nous avons reçu demande via le parquet. La chambre d’accusation s’était réunie en présence du conseil du présumé pour décider » a confié ce magistrat avant de préciser que «l’inculpé a élu domicile au cabinet du maitre Tabangué qui est son conseil et que ce dernier présentait des symptômes psychologiques et psychiques donc il n’y a pas d’inconvénient pour sa mise en liberté provisoire ».

 

La source a indiqué que la chambre d’accusation a ordonné la mise en liberté provisoire tout en prenant des mesures de restriction «nous sommes allés plus loin que le parquet général pour lui interdire de sortir hors du périmètre de Bangui et il doit se présenter chaque semaine à la greffe pour émarger dans le cahier de contrôle judiciaire».

 

La source trouve tendancieuse la défense du procureur de la République Ghislain Gresenguet qui, le samedi dernier, au micro du RJDH, a estimé que le présumé a été libéré par le procureur général contre sa volonté.

 

La mise en liberté provisoire de Assane Oumar a provoqué des émeutes à la maison d’arrêt de Ngaragba  le 15 avril dernier.

 

 

Bambari : Un chef Anti-Balaka tué dans des échanges de tirs avec les éléments de la gendarmerie

 

PAR SANDRINE MBAGNA LE 18 AVRIL 2016

 

Bambari, 18 Avril (RJDH)—Un redoutable chef Anti-Balaka surnommé Fally a été tué dans des échanges de tirs entre des gendarmes et son groupe sur l’axe Bambari-Kouango. L’incident s’est produit ce matin à quelques kilomètres de Bambari.

 

Selon un élément de la gendarmerie qui a requis l’anonymat le nommé Fally a trouvé la mort dans un échange de tire avec une unité de la gendarmerie « la gendarmerie voulait juste l’arrêter parce qu’il a exagéré dans les exactions. Mais dès qu’il nous a vus, il a commencé à ouvert le feu. C’est ainsi que les échanges de tirs ont commencé » a-t-il expliqué.  

 

Un autre chef Anti-Balaka de Bambari reconnait que la victime a commis de nombreuses bavures « chaque semaine, il ne cesse de braquer et d’assassiner les commerçants. Il était arrêté plusieurs fois par la gendarmerie, mais à chaque fois il réussit à s’évader de la prison pour recommencer ses coups. Cette fois-ci, il est mort dans les tirs qu’il a ouverts lui-même » témoigne ce dernier.

 

Le groupe Anti Balaka fidèle au défunt a organisé quelques heures après, une manifestation.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com