Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 16:36
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : La famille Patassé fait fermer la maison de la presse et des journalistes

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 29 AVRIL 2016

 

BANGUI, 29 avril 2016—La maison de la presse et des journalistes a été scellée ce matin suite à la demande la famille Patassé à qui appartiendrait le bâtiment.

 

Selon nos informations, la maison de la presse et des journalistes a été fermée par un huissier de justice qui serait mandaté. Difficile de savoir d’où vient la décision. « Ce matin, on était en train de travailler quand une équipe a fait son apparition pour nous demander de quitter les lieux parce qu’elle doit procéder à la fermeture sur décision de justice. Malgré nos tentatives d’opposition, la porte a été scellée » a confié sous l’anonymat un journaliste présent lors de l’évènement.

 

La maison de la presse et des journalistes est en conflit avec la famille Patassé depuis quelques années sur le bâtiment que l’ancien président Ange Félix Patassé avait affecté aux journalistes. Il y a deux mois, l’ancienne famille présidentielle a tenté en vain de faire fermer la maison de la presse et des journalistes.

 

La famille Patassé et les responsables de la maison de la presse et des journalistes n’ont pas été joignables pour donner des précisions sur cette affaire. 

 

La maison de la presse et des journalistes est fermée alors qu’elle abrite depuis quelques jours les préparatifs de la célébration de la liberté de presse du 03 mai prochain.

 

 

Centrafrique : Armel Sayo destitué à la tête du mouvement RJ par la base

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 29 AVRIL 2016

 

BANGUI, 29 avril 2016—Armel Ningatoloum Sayo est destitué de la présidence du mouvement Révolution Justice (RJ) basé dans le nord du pays. La décision a été rendue publique par le chef d’Etat major dudit mouvement, Raymond Belanga que le RJDH a pu contacter. 

 

La destitution de l’ancien ministre Armel Ningatoloum Sayo se justifie, selon Raymond, par les attitudes qu’il a adoptées depuis qu’il est entré au gouvernement.  Le chef d’Etat-major de RJ a confié au RJDH que Armel Sayo a coupé les liens avec la base qui ne peut plus supporter cette situation « depuis que Monsieur Sayo est entré au gouvernement, il a pris ses distances abandonnant les éléments qui se trouvent sur le terrain. Les cadres militaires qui sont avec les éléments n’ont aucune information sur ce qui se passe, c’est pour cette raison là que la base a décidé de le démettre de la présidence du mouvement » a expliqué Raymond Belanga.

 

Dans un document remis au RJDH, la base du mouvement parle de la transformation du mouvement en parti politique sans le consentement des éléments « le mouvement RJ est transformé en parti politique dénommé OPRJ (Organisation Patriotique pour la révolution et Justice sans informer les principaux lieutenants » peut-on lire dans ledit document.

 

Le leader de RJ, Armel Sayo n’a pas été disponible pour réagir à cette destitution. Mais un de ses proches contacté par le RJDH parle d’une procédure dénuée de tout sens « c’est un groupuscule manipulé qui tente de créer le désordre mais des dispositions sont prises pour contrecarrer ce désordre » a-t-il précisé.

 

Le mouvement Révolution Justice a été crée dans le nord du pays après le coup d’Etat de la Séléka en mars 2013. Il est composé essentiellement des jeunes de la région. Ce mouvement est signataire de des accords de Brazzaville et de Bangui.

 

 

Centrafrique : 40 agents de santé et de l’Etat Civil outillés sur l’enregistrement d’acte de naissance

 

http://rjdh.org/ PAR CAROLE BYCEKOAN LE 29 AVRIL 2016

 

BANGUI, 29 avril 2016(RJDH) — 40 agents de santé et d’Etat Civil  ont mis fin  ce vendredi 29 avril 2016 à un atelier de formation sur l’enregistrement d’acte de naissance à Bangui.  Cette session de formation vise à renforcer les capacités de ces agents dans la réalisation d’acte de naissance à temps réel.

 

Jean Rody Drakand, chef de service à l’Etat-civil et de la démographie au ministère de l’Administration du Territoire,  justifie la tenue de cette formation en ces termes: « La crise qu’a connue le pays a eu des conséquences sur le bon fonctionnement de l’Etat civil. Il est  important que les structures ayant droit de faire le suivi des actes de naissance, puissent  reprendre l’équilibre perdu durant les événements ».

 

Le chef de service à l’Etat civile pense que l’Etat civil est un domaine très complexe, « nous souhaitons que les structures qui ont disparu, puissent faire le suivi dans la réalisation d’acte de naissance  car l’acte de naissance est indispensable pour la vie», a-t-il ajouté.

 

 Eléonore Kiafé Moussa, Sage-Femme à la clinique Sainte Blandine se réjouie de cette initiative, car selon elle, cette formation leur permet d’améliorer la  qualité de leur  prestation de service, « cette formation vient à point nommée, car nous savons maintenant que tout enfant né à la maternité, au domicile doit se faire déclarer dans une structure sanitaire. Désormais nous allons travailler en collaboration avec l’Etat Civil »

 

Cette session de formation fait suite à la disparition des structures ayant droit de faire le suivi des actes de naissance après la crise.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com