Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 12:49

 

 

http://www.mondafrique.com/ 26/04/16 (MondAfrique) Par Aza Boukhris - 25 avril 2016

 

Le Ministre français des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault s’apprête à imposer sa marque en Afrique centrale, largement délaissée par son prédécesseur Laurent Fabius.

 

Plusieurs ambassadeurs français arrivent au terme de leur mission en Afrique centrale et de l’ouest, une région stratégique secouée par de nombreux troubles. C’est l’occasion pour le nouveau ministre des Affaires Etrangères, Jean Marc Ayrault d’imprimer sa marque. Il découvre combien il est difficile de se faire une place au soleil africain face à l’activisme africain de Ségolène Royal, la présidente de la COP 21, et la mainmise du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sur les dossiers de la zone sahélienne.

 

– Au Congo-Brazzaville, l’ambassadeur Jean-Pierre Vidon a fait valoir ses droits à la retraite à compter de mi-mai. Son successeur devra gérer la période post électorale difficile qui bouleverse actuellement le pays. Depuis la reconduction de Denis Sassou Nguesso, le 20 mars dernier à la tête de l’Etat après un scrutin contesté, les cicatrices de la guerre civile se sont en effet rouvertes, réveillant des antagonismes ancestraux notamment entre le nord et le sud du pays.

 

– En Centrafrique, l’ambassadeur Charles Malinas prépare son départ avec la satisfaction d’avoir réussi le pari d’organiser des élections dans un pays sans État et qui ont été, en dépit de nombreuses irrégularités, un succès pour la démocratie. Le peuple centrafricain a déjoué les pronostics en élisant Faustin-Archange Touadéra qui était loin d’être le candidat favori de la France. Le nouvel ambassadeur devra rapidement se mettre à la tâche afin de débloquer l’aide budgétaire promise par le président Hollande lors de la visite à l’Elysée du nouveau président centrafricain, le 20 avril dernier.

 

– Au Bénin, l’ambassadrice Aline Kuster-Menager arrive au terme de ses trois années de mission. Dans ce pays, l’ancien ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a subit un camouflet de taille avec la défaite, aux dernières présidentielles, de l’un de ses proches, Lionel Zinsou, ancien de la banque Rothschild et du fonds PAI Partners.  Malgré ses nombreux soutiens à l’étranger, Lionel Zinsou s’est fait devancer par le très controversé Patrice Talon, largement plébiscité par les Béninois. L’ambassadeur de France devra jouer de ses qualités de diplomate avec le nouveau président toujours empêtré dans des affaires judiciaires et peu familier des affaires d’Etat.

 

– Au Tchad, la fin de la mission de l’ambassadrice Evelyne De Corps est prévue pour  l’automne prochain dans le sillage de la récente réélection du président Idriss Déby, alors qu’un climat de révolte agite la société civile et de certains segments de l’armée. Allié stratégique de la France dans la lutte contre le terrorisme dans la sous-région, le Tchad qui accueille le commandement de l’opération militaire Barkhane montre des signes importants de fragilités. La chute des prix du pétrole, la lutte contre Boko Haram, la porosité des frontières avec le Soudan et la Libye – deux Etats en proie à des troubles considérables – et la crise centrafricaine ont fragilisé Idriss Deby et son ethnie zaghawa. La cohabitation entre les militaires et des diplomates, une priorité historique pour la France au Tchad, pourrait déterminer le profil du nouvel ambassadeur. Dans l’arc sahélien où la France est engagée militairement, les postes des deux extrémités, Dakar et Ndjamena, sont évidemment stratégiques.

 

– Au Cameroun, l’ambassadrice Christine Robichon est aussi en fin de troisième année de séjour. La question de la poursuite du règne de Paul Biya (83 ans) est devenue brûlante dans le pays suite aux annonces répétées du clan Biya de vouloir modifier la Constitution afin d’organiser des élections anticipées en 2016 (initialement prévues pour 2018). La déstabilisation des zones de l’extrême nord, menacée par Boko Haram, le particularisme régional nostalgique de la période Ahidjo, les problèmes frontaliers avec la Centrafrique, le chômage massif des nombreux jeunes camerounais diplômés et à la chute du prix du pétrole sont les principales sources d’inquiétudes des observateurs internationaux. Le successeur de l’ambassadrice Christine Robichon sera en priorité mobilisé sur la question de la préparation des élections.

 

D’autres Etats hautement stratégiques dans la zone, tels que le Gabon ou encore la République démocratique du Congo connaitront des élections cette année. Après les scrutins contestés au Congo-Brazzaville, à Djibouti et au Tchad, comment la France se positionnera-t-elle dans ces deux pays ?

 

Lu pour vous : Afrique centrale : la valse des ambassadeurs français nommés par Laurent Fabius

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com