Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 09:13

 

Le sulfureux homme d’affaire, le chiite libanais Ali El-Akrass, membre influent du parti KNK qui avait poussé l’ancien président BOZIZE à la bêtise, après avoir incendié volontairement son propre magasin, serait de nouveau entré en action.

 

Son intrigue habituelle au pays des résignés est plus que visible pour ce qui reste des Centrafricains conscients : a) après dénonciation du roi des cupides, la déclaration de BOZIZE sur les ondes de la radio nationale, ordonnant à toutes les forces de défense de retrouver et de dépecer   l’ancien Bâtonnier Symphorien BALEMBY et de l’ancien Vice-Président du Conseil Economique et Social Jean Daniel DENGOU ; b) la détention illégale et sans procès de onze (11) compatriotes dont deux (2) femmes, personnels ou membres de la  famille des accusés d’office du libanais et celle-ci pendant deux (2) années dont ils ont vécus l’enfer dans la prison spéciale de BOZIZE communément appelée GUATANAMO à Bossembélé ; c) l’expansion fulgurante de ses affaires suite à l’exonération de cinq (5) années (chèque à blanc) accordé sur le corridor douanier et les impôts par BOZIZE à leur roi. 

 

Après avoir soutenu ouvertement au premier et second tour des élections présidentielles certains candidats contre le candidat finalement élu à la présidence de la République, ce dernier aurait convoyé comme à son habitude à toutes les nouvelles autorités, une cargaison de biens mobiliers, vivres et autres, au domicile du Président Faustin Archange TOUADERA. Ce patriote éclairé aurait opposé une fin de non-recevoir et ordonné purement et simplement le refoulement du chargement à son destinataire, le corrupteur patenté, BASSAM 1er de Centrafrique, ancien vendeur de tissus, de pain au KM5 et au centre-ville, qui devenu son territoire personnel.

 

Si cette information s’avère fondée, le nouveau Procureur de la République devra se saisir de cette affaire afin de poursuivre BASSAM 1er pour tentative de corruption du nouveau Chef d’Etat Centrafricain. Cette philosophie des commerçants libanais tricheurs tendant à faire croire que ‘’TOUTES LES AUTORITES SONT DANS LA POCHE’’,   doit être définitivement éradiqué dans notre pays. Celle-ci est vérifiée pour certains des régimes qui se sont succédé à la gestion du pays, mais ne devrait pas en principe être vrai pour ce nouveau régime obtenu après tant de morts, mais aussi compte tenu de la probité du Président TOUADERA et de son Premier Ministre SARANDJI. Le peuple Centrafricain ne mérite pas un tel traitement de la part des aventuriers de cette variété qui ont bâti toutes leurs fortunes sur son sol. 

 

Au fait, Combien de Centrafricains pourront-ils résister à la prestidigitation[D1]  de cette vipère?

 

Le juge d’appel a t’il également contrecarré l’assaut de ce poison lors de la visite que l’empereur BASSAM 1er lui aurait rendu le lundi 14 mars 2016, juste avant l’audience qu’il devrait présider sur l’affaire qui l’oppose à la société ADMN SYSTEMS, à propos du déménagement forcé de cette société effectué par ses soins en place et lieux d’un huissier de justice et ceci sans aucun procès-verbal d’exécution ?

 

Va-t-il continuer de garder la justice centrafricaine dans son étau? Et pour combien de temps encore ?

 

Quel est le juge qui, dans ce pays de BOGANDA pourra l’arrête dans sa posture nauséabonde ?

 

Le délibéré du 8 avril prochain nous en dira plus certainement si le juge d’appel  ne suivra pas le juge de première instance dans l’avidité.

 

Toujours au sujet de notre empereur BASSAM 1er, nous attentons que le SAMITO national, Directeur au ministère de l’urbanisme, qui a affirmé fièrement et jouissait presque de plaisir sur les ondes des radios et dans la presse écrite, d’avoir détruit le mur de la clôture de la concession du Frère Jean-Marie DONDRA située à proximité du tennis club, de nous prouver si la clôture du royaume RAYAN à côté de GACOA-SIV, n’a pas aussi empiété sur le domaine public. Dans l’affirmative, justice doit être rendue et  la clôture du roi BASSAM 1er doit être détruite aussi.

 

Le peuple veut aussi savoir si les attributions de la parcelle derrière le Building administratif et celle dans le domaine du stade Barthélemy BOGANDA à ce prédateur ne sont pas aussi illégales.

 

La SODECA qui peine à se redresser et qui s’acharne que sur les petits consommateurs centrafricains sait pertinemment que l’empereur libanais produit une grande quantité de bouteilles d’eau minéralisée et non minérale de marque LA VIE, à partir d’une adduction sur son réseau. Ces consommations  sont-elles facturées normalement ? Et aussi pour l’ENERCA ? Et les services des impôts ? Et les services de la douane ? Et …

 

Et si l’éveil des Centrafricains pouvait commencer par ce comportement du Président TOUADERA vis-à-vis des opérateurs répugnants comme ce chiite libanais.

 

Les victimes de l’empereur BASSAM 1er, aussi restent très attentives aux prochaines actions du Président TOUADERA par rapport à la chevauchée fantastique et effrénée du roi des centrafricains avaricieux.

 

Le  berceau des BANTOUS est-il déjà dans l’espérance d’un avenir meilleur avec l’élection de TOUDERA ? Qui vivra verra.

 

David KLIMANGO


 

L’empereur Ali El-Akrass alias BASSAM 1er de Centrafrique,   de nouveau en embuscade, par David KLIMANGO

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com