Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 12:21

 

 

 

Par RFI  02-03-2016 Modifié le 02-03-2016 à 01:17

 

C'est désormais officiel : Faustin-Archange Touadéra est le nouveau président élu de la Centrafrique. La Cour constitutionnelle a confirmé sa victoire à l'élection présidentielle du 14 février. Tous les recours déposés pour faire annuler le scrutin ont été rejetés par la Cour. Le nouveau président centrafricain – qui est l'Invité Afrique de RFI ce mercredi 2 mars – peut désormais s'atteler à des chantiers d'envergure pour reconstruire un pays meurtri par trois ans de crise.

 

« Je serai le président de la réconciliation nationale et de la refondation nationale », a déclaré ce mardi le nouveau président centrafricain après le feu vert de la Cour constitutionnelle. A bientôt 59 ans, Faustin-Archange Touadéra aime à se présenter comme le visage de la stabilité dans un pays à l'histoire tourmentée. Car aujourd'hui, après des années de tensions, l'ancien Premier ministre de François Bozizé rassure.

 

« Croyez bien que je mesure le poids de la charge qui m'a été confiée », avait déclaré Faustin-Archange Touadéra au lendemain de la proclamation de sa victoire par la commission électorale. Mais la barre est haute et les chantiers nombreux pour remettre son pays sur pieds, après trois ans de crise meurtrière.

 

La réconciliation nationale souhaitée par le nouveau président devrait passer, comme il l'a promis durant sa campagne, par l'organisation d'assises nationales pour renouer le dialogue intercommunautaire. Car pour M. Touadéra, « la paix et la sécurité sont les exigences premières de ses concitoyens ».

 

Plusieurs actions devront être menées en parallèle, expliquait-il récemment à RFI : la mise en oeuvre concrète d'un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion des différents groupes armés et la refonte des forces de sécurité. Un défi à relever au plus vite, d'autant que la force française Sangaris doit être réduite de 900 à 300 hommes d'ici la fin de l'année.

 

Retour de près d'un million de déplacés

 

Démobiliser les hommes en armes, c'est aussi permettre le redéploiement de l'Etat sur l'ensemble du territoire. C'est surtout le préalable à un autre chantier prioritaire aux yeux du chef de l'Etat : le retour chez eux de quelques 450 000 déplacés internes et 450 000 réfugiés installés dans les pays voisins. 

 

Enfin, au niveau économique et social, le nouveau président a annoncé ce mardi vouloir d'abord plancher sur le redressement de l'école et la lutte contre la corruption. « La Centrafrique a besoin de l'aide internationale pour faire redémarrer son économie, mais il faut d'abord assainir les finances publiques et relancer les secteurs productifs pour avoir une base sur laquelle construire », soulignait-il entre les deux tours.

 

Mais avant son investiture qui devrait intervenir fin mars, Faustin-Archange Touadéra est tributaire du calendrier : législatives, validations, investiture... Il est forcé d'attendre un certain nombre d'étapes avant d'avoir les mains totalement libres pour gouverner.

 

La grande inconnue des législatives

 

Le 11 mars prochain, la Cour constitutionnelle se prononcera sur les résultats du premier tour des législatives. Ensuite, Faustin-Archange Touadéra devra attendre la tenue puis les résultats du second tour, dont on ne connait d'ailleurs toujours pas la date.

 

Même si une vingtaine de formations politiques le soutiennent, le futur président, n'a pas de parti, le KNK de François Bozizé l'ayant exclu quand il a présenté sa candidature à la présidentielle l'été dernier. Du coup, Faustin-Archange Touadéra est un peu obligé d'attendre l'issue des élections pour savoir ce que pèsent chacun de ses alliés à un moment ou les cartes sont rebattues dans le domaine politique. 

 

Quelle sera le poids des élus indépendants qui pourraient former le premier bloc de la future Assemblée ? Que pèseront le RDC et l'URCA, les partis de Kolingba et de Dologuélé, dans le futur Parlement ? Il devra aussi tenir compte des ralliements d'entre-deux-tours : 23 des 28 perdants du premier tour de la présidentielle l'avaient soutenu.

 

Pour autant, Faustin-Archange Touadéra n'attend pas d'être investi pour commencer à travailler. Il a entamé une série de voyages informels dans la région. Après la Guinée équatoriale et le Tchad la semaine dernière, il était au Congo-Brazzaville lundi.

 

► Rendez-vous à 5h43 ce mercredi pour écouter l'interview de Faustin-Archange Touadéra sur l'antenne de RFI et dans Afrique midi, disponible dans la journée en podcast sur la page de l'Invité Afrique.

 

 

VALIDATION DE LA VICTOIRE DE TOUADERA EN RCA : Les travaux d’Hercule peuvent commencer  

 

http://lepays.bf/  MERCREDI 2 MARS 2016 

 

La Cour constitutionnelle a validé hier, 1er mars, l’élection de Faustin Archange Touadéra à la tête de la Centrafrique. Ainsi donc, les Centrafricains peuvent pousser un ouf de soulagement. Et avec eux, la communauté internationale en général et la France en particulier. Car, celle-ci, plus que tout autre pays, pour des raisons évidentes liées à l’histoire, aurait ressenti l’échec de ce scrutin de tous les espoirs, comme son propre échec. C’est pourquoi l’Hexagone n’avait pas hésité un seul instant à déployer dans ce pays le dispositif Sangaris et à mettre en branle son savoir-faire  diplomatique pour tirer coûte que coûte la RCA des profondeurs de l’abîme où elle avait dangereusement plongé depuis 2013, date à laquelle les éléments de la rébellion Séléka de Michel Djotodia s’étaient emparés du pouvoir par la force. L’on se rappelle, en effet, que cette date avait ouvert l’ère des tueries massives intercommunautaires et plongé tout le pays dans le chaos.

 

La RCA vient de marquer un bon point

 

Il fallait donc  impérativement en sortir avec la bonne manière. C’est ce qui semble avoir été fait par l’élection de l’universitaire et intellectuel Faustin-Archange Touadéra. L’on peut faire le constat que c’est la première fois que les Centrafricains ont une personnalité de ce profil à la tête de leur pays. Avant lui, à l’exception de Catherine Samba-Panza et de Barthélémy Boganda, tous les présidents qui se sont succédé dans le pays ont tous brillé par leur absence de consistance intellectuelle. Ils étaient soit des soudards, soit d’obscurs trafiquants de diamant. Le plus emblématique d’entre eux, est celui qui n’hésitait pas à serrer les fesses devant le général De Gaule, considéré par ailleurs comme son parent, c’est-à-dire Jean Bedel Bokassa. De ce point de vue, la RCA vient de marquer un bon point avec l’élection d’un professeur de haut niveau de Mathématiques. Cette victoire d’une personnalité de ce profil peut être perçue comme une victoire posthume de cet autre intellectuel qui s’est battu toute sa vie durant, sans succès, pour gouverner la Centrafrique, c’est-à-dire Abel Goumba. Du fond de sa tombe, il pourrait s’en réjouir. L’on peut donc, au regard du profil du nouveau président, supposer qu’il a les ressources intellectuelles voire morales pour remettre la RCA en état de marche vers des lendemains meilleurs. Ses compatriotes, en l’élisant avec 62,71% des suffrages exprimés, lui ont largement donné un quitus pour le faire. Il lui revient donc d’apporter la preuve qu’en plus d’être un intellectuel de haut vol, il est un homme politique qui a de la vision pour son pays. Et l’un des grands actes qu’il doit poser dans ce sens est de prendre sous ses grandes ailes protectrices d’Archange, tous les Centrafricains et toutes les Centrafricaines dans leurs diversités politique, culturelle, ethnique et religieuse.

 

Touadéra représente l’ultime espoir

 

C’est en réunissant tous les Centrafricains autour de sa personne sans exclusive qu’il pourrait se donner toutes les chances de réussir  là où tous les autres présidents ont échoué avant lui. Il doit donc se servir des erreurs de l’histoire pour mieux poser les jalons du présent et de l’avenir de ce pays  dont les dirigeants ont jusque-là rivalisé de la pire manière pour arrimer  la RCA à la médiocrité et à la bêtise humaine. Les équations qui attendent donc le professeur de mathématiques sont nombreuses et complexes. Et tout le mal qu’on lui souhaite est qu’il parvienne à les résoudre dans l’intérêt supérieur du peuple centrafricain. Mais pour ce faire, ses compétences en Algèbre et en géométrie seulement sont loin de suffire. Car, sous d’autres cieux, en Afrique, l’on a vu des intellectuels de sa trempe qui, une fois au pouvoir, se sont illustrés comme de piètres gestionnaires d’hommes et de grands prédateurs des richesses de leur pays et des libertés individuelles et collectives. Personne donc ne doit souhaiter que Touadéra enfile ce genre de costume. A commencer par le peuple centrafricain pour qui il représente l’ultime espoir. La balle est donc désormais dans le camp de l’Archange qui a entre ses mains le destin de la RCA. Et il a des atouts pour écrire en lettres d’or ce destin. Il y a d’abord le fait que son rival, Anicet Georges Dologuélé, a accepté de jouer la carte de l’apaisement et de l’élégance politique en déclarant ceci peu après la proclamation des résultats : « Pour la paix, je fais le choix de respecter les résultats provisoires publiés par l’Autorité nationale des élections (ANE). J’invite mes militants, sympathisants et alliés à garder le calme ». Dologuélé tenait ces propos en même temps qu’il dénonçait un « système de fraudes massives orchestrées à plusieurs niveaux avec l’implication ostentatoire des pouvoirs publics ». Ce comportement est assez rarissime en Afrique pour être souligné et salué à sa juste valeur. Et son mérite est d’autant plus grand qu’au 1er tour, il était arrivé très loin devant Touadéra. Le deuxième atout de Touadéra pour réussir sa mission, tient au fait qu’il a réussi à se débarrasser des carcans du KNK, le parti de l’ancien chef de l’Etat François Bozizé, pour se présenter en candidat indépendant. Il a donc les coudées franches pour impulser dans son style une gouvernance vertueuse pour la Centrafrique.

 

Sa tâche pourrait être davantage facilitée s’il réussissait à s’appuyer sur une majorité parlementaire suffisamment confortable pour l’aider à mettre en œuvre son programme de société. Ce qui, pour l’instant, est loin d’être gagné. En tout état de cause, face à un pays qui, sous tous rapports, est en lambeaux, Touadéra a beaucoup de grain à moudre. Il aura besoin de toutes ses ressources d’archanges pour résoudre cette vaste quadrature du cercle que représente la RCA. De ce point de vue, la communauté internationale est forcément interpellée, elle qui aura beaucoup contribué à éviter que la Centrafrique ne touche irréversiblement le fond.

 

« Le Pays »

RCA: les grands chantiers qui attendent le nouveau président Touadéra

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com