Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 18:10
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Une explosion de grenade fait 5 blessés au Km5

 

http://rjdh.org/ PAR JUDICAEL YONGO LE 24 MARS 2016

 

BANGUI, 24 mars (RJDH) —Cinq personnes dont trois ont été grièvement blessées, c’est le bilan provisoire de l’explosion d’une grenade, lancée par un détenteur au Km5 dans le 3ème arrondissement de Bangui, mercredi 23 mars en fin d’après-midi.

 

Selon le témoignage des habitants au Km5, l’acte s’est produit suite à un mauvais partage d’argent entre les jeunes, « certains jeunes du Km5 ont chargé hier en fin d’après-midi des marchandises dans un véhicule. A la fin, ils se sont disputés après le partage de la rémunération et c’est ce qui a poussé un parmi les chargeurs à déclencher un engin explosif», a expliqué un leader jeune du Km5.

 

Cette source a affirmé que les trois personnes dont leurs cas sont graves ont été transférées à  l’hôpital pour des soins intensifs.

 

Des sources sécuritaires, l’auteur de cet acte serait arrêté après qu’il aurait tenté de s’enfuir.

 

Le lundi 21 mars dernier, un incident s’est produit au Km5 et aurait fait quatre blessés par balles

 

 

Centrafrique : L’ONG OXFAM inquiet du problème d’accès à l’eau potable

 

http://rjdh.org/ PAR VIVIEN NGALANGOU LE 24 MARS 2016

 

BANGUI, 24 Mars 2016 (RJDH)–L’Oxfam a déploré la gravité du problème d’eau potable en Centrafrique, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’eau du 22 mars 2016 au tour du thème : « L’eau et l’emploi ».

 

Cette structure humanitaire appelle à l’hygiène de l’eau et à l’assainissement des puits. Isidore Ngueuleu,  Chargé du plaidoyer à l’ONG Oxfam Centrafrique se dit inquiet de la mauvaise qualité d’eau potable et les difficultés d´accès à cette eau.

 

Pour lui, les données indiquent «  qu’en Centrafrique, près de 65% de la population  n’a pas accès à l’eau potable. Il est important qu’on puisse s’interroger sur la gravité de l’accès à l’eau mais aussi de l’accès à la qualité de l’eau, c’est une problématique qu’il est important de soulever aujourd’hui ».

 

Isidore Ngueuleu  pense que cette journée mondiale de l’eau a permis de dénoncer l’insécurité qui est l’un des facteurs embêtant mais aussi de plaider auprès des partenaires afin de venir à l’aide aux déplacés des sites, « il faut aujourd’hui reconnaitre et admettre que la sécurité constitue encore un frein essentiel à l’accès à l’eau, et les déplacés souffrent encore de l’eau potable »,  a-t-il ajouté.

 

Ludovic Junior Ngbenzi,  Promoteur en Santé Publique à Oxfam interpelle la population centrafricaine à l’hygiène et le gouvernement d’accroître leur accès à l’eau potable, « aux nouvelles autorités, si elles veulent changer la vie des centrafricains, qu’elles changent aussi leur eau. Elles devront aussi sensibiliser la population sur l’hygiène et l’assainissement des forages et puits », a-t-il lancé.

 

En Centrafrique, le problème d’eau potable demeure une préoccupation pendant la saison sèche. La SODECA, l’unique société de distribution d’eau est confrontée aux multiples problèmes.

 

 

Centrafrique : Les enseignants du supérieur maintiennent leur grève

 

http://rjdh.org/ PAR ARMANDO YANGUENDJI LE 24 MARS 2016

 

BANGUI, 24 Mars (RJDH) –Les enseignants du supérieur ont maintenu la grève de 21 jours déclenchés le 11 mars dernier. Une décision y relative est prise ce jeudi 24 mars à Bangui dans une assemblée générale du Syndicat Autonome des Enseignants du Supérieur (SYNAES).

 

Il fait 14 jours sur les 21 que le SYNAES a déclenché une grève, pour revendiquer l’intégration de leurs collègues vacataires dans la fonction publique, le paiement des frais de vacation et la subvention allouée  aux enseignants chercheurs  de l’Université de Bangui.

 

Eddy Wodé Palem, Secrétaire Exécutif du SYNAES, précise « qu’il n’y a plus de souci à se faire sur la question de la liste d’intégration de ses collègues. Pour lui,  un début de solution est déjà trouvé.

 

Selon le Secrétaire Exécutif du SYNAES, l’inquiétude ne plane que sur la question du paiement des frais de vacation et le versement de la subvention allouée à l’Université de Bangui. « La grève est maintenue jusqu’au 31 mars 2016 avant d’envisager une quelconque action », a-t-il soutenu.

 

C’était le 11 mars que les enseignants  du supérieur ont entamé la grève de 21 jours après celles des 3 et 8 jours.

 

 

Centrafrique : Tolérance Zéro aux mariages précoces au cœur d’un échange à Bangui

 

http://rjdh.org/ PAR BABIKIR OUSMANE LE 24 MARS 2016

 

BANGUI, 24mars(RJDH) –Des autorités administratives et leaders religieux ont échangé ce jeudi 24 mars au centre de la mère de l’enfant  sur une campagne de sensibilisation dénommée « tolérance zéro aux mariages précoces ». C’est sur initiative du  ministère des Affaires Sociales.

 

Eloi Sylvestre Bettindji, Directeur de la réinsertion sociale, au Ministère des Affaires sociales, justifie cette rencontre, « cet atelier a pour but de mobiliser autour d’une campagne les leaders qui sont, les Maires des arrondissements des  communes et les leaders religieux pour lutter contre les mariages des enfants. Nous avons jugé mieux que, pour atteindre l’objectif, il faut passer par les leaders religieux et les autorités administratives », a-t-il fait savoir.

 

Pour lui, l’enfant doit d’abord être préparé au mariage, « que le public Centrafricain se rende compte que le mariage ne rime pas avec enfant. Le mariage, certes c’est une étape de la vie mais, il doit attendre le moment. Donc, il faut d’abord préparer l’enfant », a-t-il soutenu.

 

Eloi Sylvestre Bettindji soutient que le mariage précoce détruit l’avenir de l’enfant  et ça devient un problème de santé et un problème de développement.

 

Le mariage précoce, interdit par la loi Centrafricaine continue de se faire pratiquer dans le pays.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com