Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 19:31
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

Onze personnes kidnappées par la LRA à Obo

 

http://rjdh.org/  PAR RICHARDO DIMANCHE LE 7 MARS 2016

 

Les éléments de l’Armée de Resistance du Seigneur  de Joseph Kony (LRA) ont fait une  incursion au village Tabane situé 20 kms de Zémio sur l’axe de Bangassou-Obo, où ils ont pris en otage 11 personnes, avant de piller des biens et matériels des particuliers. L’acte s’est produit samedi le 05 mars 2016 aux environs de 9heures du matin.

 

Selon une source  locale, « la plupart des otages ne sont que des enfants ». Une ancienne otage raconte que les assaillants  ont kidnappé  11 personnes. « Mais à 20 km dans la brousse, ils ont libéré 6 sur les 11 otages et ont tué un ancien chef du village Tabane âgé  d’une soixantaine », a fait savoir cette victime.

 

Un habitant de la ville de Zémio sous l’anonymat a expliqué que « les forces ougandaises ont pris le contrôle de la localité pour garantir la sécurité de la population civile », a-t-il confié.

La population de haut-Mbomou fait de plus en plus l’objet de la LRA. Le dernier cas en date est celui d’une église brulée à Nzacko, il y a quelques semaines.

 

 

Le personnel médical du complexe pédiatrique de Bangui en grève de 3 jours

 

http://rjdh.org/ PAR CAROLE BYCEKOAN LE 7 MARS 2016

 

Le personnel soignant du complexe pédiatrique de Bangui est  entré en grève de 3 jours depuis ce matin. Le personnel de ce centre réclame  16 mois d’arriérés de salaire.

 

Gertrude Makiandakama, délégué du personnel médical au complexe pédiatrique de Bangui, a confié au RJDH que depuis 16 mois le personnel n’a pas perçu de salaire « nous travaillons dans des conditions difficiles, nos enfants sont renvoyés de l’école parce que depuis 16 mois nous n’avons rien » explique cette dernière.

 

Elle a indiqué que leur préavis a toujours été suivi de menace « au début nous avons respecté les principes en  déposant des préavis de grève auprès de la Direction  du complexe pédiatrique pour attirer son attention, malheureusement nous avons toujours reçu des menaces comme réponse », a déploré le délégué du personnel.

 

La même source a indiqué que  si  les préoccupations  ne sont  pas satisfaites, la grève sauvage va être observée. « Le service minimum serait suspendu si nous n’avons pas gain de cause », a-t-elle dit.

 

Les paramédicaux sont entrés en grève du mardi 1er au jeudi 3 mars pour réclamer du gouvernement les primes de risques.

 

 

Musulmans et non musulmans marchent pour la réconciliation nationale

 

http://www.radiondekeluka.org/  lundi 7 mars 2016 14:04

 

Les communautés musulmanes et non musulmanes de Bangui ont marché ce lundi de la mairie du 4e arrondissement pour chuter au quartier Boy-Rabe en amont. A travers cette marche dénommée « Visite inter-communautaire de PK5 au quartier Boy-Rabe », l’ONG Search for Common Ground et les responsables municipaux des 3e et 4e arrondissements entendent ainsi promouvoir le vivre ensemble dans ces deux arrondissement de Bangui qui se regardaient en chien de faïence depuis le déclenchement de la crise communautaire en 2013. 


Plusieurs centaines de personnes des différents quartiers des 3e et 4e arrondissements ont pris part à cette activité qui vise à prouver à la population que la cohésion sociale n’est pas un vain mot. Elle s’inscrit dans le cadre des activités liées à la journée du 8 mars selon Brigitte Andara, maire du 4ème arrondissement. 

« Nous avons réfléchi à la journée internationale de la femme pour voir quelle activité organisée pour attirer l'attention de la communauté internationale qui nous observe. Nous avons jugé utile de faire déplacer la communauté musulmane vers le 4e arrondissement qui est tristement célèbre. C'est un signal fort que nous voulons prouver aux gens qui continuent de stigmatiser l'arrondissement ».

L’initiative est saluée par la communauté musulmane venue du PK5.  Par la voix du président du groupe d'auto-défense,Mohamed Ali Fadoul, cette communauté souhaite la pérennisation de cette cohésion sociale.


« Nous avons travaillé avec les Comzones des ex-Antibalaka de Boeing. Les gens se promènent au Km5 jusqu'aux environs de 22 heures-23 heures. C'est pour dire aux autres arrondissements de faire comme nous ».

Le porte-parole de l’ex-milice Antibalaka converti en apôtre de paix, Emotion Brice Namsio, estime que la concorde sociale doit être l’une des priorités de Faustin Archange Touadéra, après la prestation de serment.


« Nous venons d'élire un nouveau président. Il est là pour la cohésion sociale, le vivre ensemble. Il nous appartient de nous mettre au travail pour ramener effectivement cette paix qui a quitté le peuple centrafricain depuis fort longtemps ».

« Nous en avons marre ! », crient les femmes de Bambari prises en étau


A un jour du 8 mars journée internationale de la femme, les femmes de Bambari, qui ont subi de nombreuses atrocités, ont clamé haut et fort : « Nous en avons marre ! ». Celles-ci, regroupées au sein de l'Organisation des femmes centrafricaines (OFCA) de la Ouaka, se déclarent très limitées dans leurs actions. Au cours des dernières attaques, cinq femmes ont été touchées. 


Bien que les fugitifs aient commencé à regagner leurs abris de fortune depuis samedi, des informations faisant état de la poursuite d'attaques dans la commune de Pladama-Ouaka sur l'axe Kouango multiplient les inquiétudes. Ces femmes déplorent ces récurrentes attaques et appellent l'opinion nationale et internationale à trouver une solution idoine.


Dimanche dans la commune de Pladama-Ouaka, des peuls armés ont encore tué un homme, créant la psychose générale. La veille, au moins cinq personnes ont été tuées au cours d'attaques armées. A en croire des sources concordantes, depuis jeudi le bilan de ces affrontements porte à neuf le nombre des personnes tuées. 

Les mêmes sources ont affirmé que ces peuls armés auraient encerclé la ville de Bambari,  à l'exception de la route principale menant à Bangui. Une situation qui a provoqué le déplacement massif des habitants de la commune de Pladama-Ouaka en direction de la ville de Bambari.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com