Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 22:27
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : Polémiques autour de la réhabilitation de Touadéra comme 2ème vice président du KNK

 

http://rjdh.org/ PAR SYLVESTRE SOKAMBI LE 23 MARS 2016

 

BANGUI, 23 mars 2016—Le KNK, parti de l’ancien président, a levé la suspension de Faustin Archange Touadéra qui a été réhabilité comme 2ème vice-président du parti. La cérémonie de réhabilitation a été organisée au siège dudit parti le 21 mars dernier sauf que le camp du nouveau président rejette ce qu’il qualifie de mascarade.

 

Pour le KNK, Faustin Archange Touadéra reprend son poste de 2ème vice-président. Sa suspension entant que cadre a été levée. L’information a été confirmée par Bertin Bea, secrétaire général du KNK que nous avons pu joindre dans la journée « le président Touadéra est réhabilité et il retrouve son poste de 2ème vice président. Vous êtes informé » a confié le secrétaire général par intérim avant de dire « je suis en campagne » phrase sur laquelle il raccroche son téléphone. Visiblement, Bertin Bea n’a pas souhaité faire de commentaire sur cette réhabilitation qui fait polémique.

 

Mais, selon nos sources, le nouveau président Faustin Archange Touadéra et son camp sont opposés à cette démarche.

 

Dans l’entourage de Touadéra, cette réhabilitation est un non évènement « nous ne pouvons pas nous exprimer sur une chose qui n’a jamais pu avoir lieu » a confié un proche de Touadéra qui qualifie cette réhabilitation de mascarade du KNK tentant à s’approprier « une victoire qu’il a combattue jusqu’à la dernière minute », selon les propres termes de cette source.

 

Selon les informations du RJDH confirmées par le camp Touadéra, le KNK a envoyé une lettre au nouveau président pour l’inviter à la cérémonie de sa réhabilitation sauf que le Faustin Archange Touadéra n’a pas souhaité répondre « non seulement que le KNK n’a pas eu la réponse de sa lettre d’invitation mais aussi, le président n’a pas pris part à sa célébration là » a souligné un des cadres du cercle restreint de Touadéra.

 

Le nouveau président ne veut pas commencer son mandat avec ces genres de polémiques. « Ce dossier est traité politiquement » a confié un autre proche. Une chose semble certaine, depuis sa suspension Faustin Archange Touadéra n’a pas démissionné du KNK, ce qui indique qu’il reste membre de cette formation politique même son entourage tente de dire le contraire.

 

2ème vice président du KNK, Faustin Archange Touadéra a été suspendu par le bureau politique de cette formation politique en aout 2015 lorsqu’il avait annoncé sa candidature qui sonnait pour le KNK comme une marque d’indiscipline et d’ingratitude. Le parti de l’ancien président avait décidé quelques jours avant le 1er tour du 30 décembre 2015 d’apporter son soutien au candidat de l’URCA, Anicet Georges Dologuelé que Faustin Archange Touadéra a battu au second tour de la présidentielle avec 62,69% contre 37,31 %.

 

 

Centrafrique : La FICR présente ses prochaines activités avec la CRCA

 

http://rjdh.org/ PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 23 MARS 2016

 

BANGUI, 23 mars (RJDH)—La Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), après avoir fait le bilan de ses activités avec la Croix-Rouge Centrafricaine, a présenté les prochaines actions en faveur de la reconstruction, la résilience et le développement. C’est ce qui est ressorti lors d’une rencontre ce mercredi 23 mars avec les médias à Bangui.

 

Selon la FICR, plus de 2.400.000 moustiquaires ont été distribuées, 25.000 personnes vivant avec le VIH mises sous traitement, au moins 1 millions de cas de paludisme pris en charge en un an dans 854 formations sanitaires sur les 900 et 10.000 cas de tuberculose pris en charge chaque année.

 

Le représentant pays de la FICR Richard Hunlende, a fait savoir que les prochaines actions viseront le renforcement de lutte contre le paludisme, le programme élargi de vaccination, le renforcement du système de santé « la mise en œuvre des activités de la sécurité alimentaire financées par le gouvernement japonais la reconstruction, la résilience et le développement sont nos perspectives», a-il-précisé.

 

Selon lui, le bilan des activités menées a poussé le secrétaire général de la FICR à envisager une visite en Centrafrique du 29 mars au 1er avril  prochain « cette mission sera accompagnée par une délégation du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, Tuberculose et Paludisme. Ils viennent toucher du doigt les réalités du terrain comment la CRCA peut mettre en œuvre les objectifs humanitaires », a-t-il annoncé.

 

Richard Hunlende a ajouté que les activités menées en appui à la Croix-Rouge Centrafricaine soutiennent les négociations pour le prolongement de la Subvention du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, Tuberculose et Paludisme dont la FICR est le bénéficiaire principal.

 

La Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le Comité Internationale de la Croix-Rouge, la Croix-Rouge française et le Croissant-Rouge du Qatar sont autant d’organisations qui soutiennent les actions de la Croix-Rouge Centrafricaine.

 

 

Centrafrique: Des commerçants du marché central réhabilitent leurs boutiques détruites par le feu

 

http://rjdh.org/ PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 23 MARS 2016

 

BANGUI, 22 Mars(RJDH) — Certains commerçants du marché central de Bangui ont commencé depuis 12 jours la réhabilitation de leurs boutiques détruites par l’incendie du 4 Février 2016. Ces travaux sont engagés sans l’appui du gouvernement centrafricain.

 

Ces commerçants ont démarré par le nettoyage de l’intérieur du marché. Des ordures entassées et des marchandises calcinées sont visibles sur la voie qui mène au port Amont, empêchant la circulation. Les vendeuses de bananes plantains ont relancé leurs activités à même le sol car leurs hangars ont été consumés par le feu.

 

Ephraïm Mandazou, vendeur  de médicaments au marché central de Bangui a indiqué qu’ils n’ont reçu aucune aide des autorités « nous n’avons reçu aucune aide et nous sommes obligés de remettre nos kiosques avec le peu qui nous reste car on ne peut pas compter sur le gouvernement », a t- il lâché.

 

« On ne sait pas ce qui se passe dans ce pays, un grand marché vient de partir en fumée et aucune réaction des autorités » a regretté un autre commerçant sous couvert de l’anonymat avant de donner l’exemple du marché Cocotis de Cote d’Ivoire qui a pris feu, « la mairie était intervenue en premier et après, un comité de crise a été mis en place pour remédier à cela dans un bref délai mais chez nous c’est le silence et l’inaction de la part des autorités », a-t-il déploré.

 

Au premier étage du marché, Jean constant Malimoto a signalé que les commerçants ne peuvent pas libérer les déchets déposés sur la voie publique, « le service des grands travaux de la mairie était venu mais il nous a dit qu’il n’a pas les moyens pour nettoyer les locaux du marché partis en fumée. Nous avons collecté de l’argent pour nettoyer le marché et remettre nos kiosques. C’est maintenant à la mairie de venir libérer la voie », a-t-il précisé.

 

Serge Ouadema vendeur de fournitures de bureau a déploré le comportement des autorités de la transition,  « peut être c’est à cause de la fin de transition que les autorités ne veulent pas venir nous assister? Nous demandons au nouveau président de nous aider une fois investie », a-t-il souhaité.

 

L’incendie du marché central de Bangui du 04 février est le cinquième cas d’incendie enregistré.

 

 

Centrafrique : Le chargé de communication de la Cour Pénale en RCA salue la condamnation de Jean Pierre Bemba

 

PAR JUDICAEL YONGO LE 23 MARS 2016

 

Centrafrique : Le chargé de communication de la Cour Pénale en RCA salue la condamnation de Jean Pierre Bemba

 

BANGUI, 23 mars 2016(RJDH) –Gervais Bodangaye, chargé de communication au bureau exécutif de la Cour Pénale Internationale en République Centrafricaine, a exprimé son sentiment de satisfaction après le verdict de la Cour Pénale Internationale du 21 mars 2016. Une position formulée lors d’une interview accordée au RJDH le mardi 22 mars 2016 à Bangui.

 

RJDH : La Chambre de première instance III de la Cour Pénale Internationale a déclaré Jean-Pierre Bemba Gombo coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Quelles sont  vos réactions ?

 

GB : C’est d’abord une réaction de satisfaction dans la totalité, dans la mesure où la Cour Pénale Internationale est en train de lutter efficacement contre l’impunité. Ensuite, il s’agit d’un chef hiérarchique qui pour la première foi va être jugé, non pour sa responsabilité pour avoir été effectivement sur le terrain et aurait commis des crimes graves mais pour ses hommes qu’il n’avait pas eu la possibilité de les sanctionner ou qu’il a laissé faire. C’est dû à ses responsabilités que Jean-Pierre Bemba est condamné devant la CPI. C’est justement pour tous ceux qui sont responsables des groupes armés. Ils doivent prendre leurs responsabilités face aux actes de leurs soldats, soit qu’ils ne soient pas en mesure de les empêcher mais au moins de les punir de telle sorte qu’ils cessent de commettre des crimes qui relèvent de la compétence de la CPI. Voilà un signal fort pour des hommes armés.

 

RJDH : Pour le moment est ce qu’on peut avoir une idée sur la date à laquelle la peine contre Jean Pierre Bemba pourra être définie ?

 

GB : Au jour d’aujourd’hui, nous n’avons pas une idée précise sur la date de l’audience des peines devant les juges de la CPI. Donc nous attendons justement que les juges de la Chambre numéro III de la CPI puissent nous dire à quelle date exactement les peines concernant Jean-Pierre Bemba seront prononcées.

 

RJDH : Quelles les peines encoure t-il ?

 

GB : Il appartient aux juges de la CPI de le dire. Les juges de la chambre de première instance III ont demandé au bureau du procureur, à la défense et au représentant des victimes de dire leurs mots, sur ce qu’ils pensent concernant les actes commis par Jean-Pierre Bemba. Donc les juges attendent que les requêtes soient déposées sur leur bureau et ils vont revenir pour donner la date exacte où les peines concernant la condamnation de Jean-Pierre Bemba.

 

RJDH : Qu’en est-il de la question de l’indemnisation des victimes ?

 

GB : Oui la question d’amende c’est une procédure devant la CPI. Aujourd’hui les juges viennent de déclarer Jean-Pierre Bemba coupable. Et Jean-Pierre Bemba a droit ou sa défense peut faire appel et justement il a 30 jours à partir du 21 mars 2016 pour pouvoir faire appel de cette décision concernant sa culpabilité. Et si la défense de Jean-Pierre Bemba fait cet appel, l’affaire sera renvoyée devant le juge de la chambre d’Appel afin de statuer de nouveau sur ce dossier pour savoir si effectivement les juges de la chambre de première instance III ont parfaitement raison de condamner Jean-Pierre Bemba pour crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en RCA.

 

RJDH : Est-ce que les victimes peuvent s’attendre à une indemnisation ou une réparation après le verdict ?

 

GB : Je crois que les victimes qui ont suivi le verdict contre Jean-Pierre Bemba doivent être satisfaites d’une seule chose, que la justice soit faite. Peut-être une satisfaction parce que Jean-Pierre Bemba est reconnu coupable par les juges de la chambre de la première instance III de la CPI. Et donc ce sera les juges qui vont se prononcer sur la réparation.

 

RJDH : A quelle étape se situe la 2e affaire contre Jean Pierre Bemba devant la CPI ?

 

GB : Nous savons que le même Jean-Pierre Bemba est poursuivi encore dans une autre affaire avec les autres avocats pour subordination de témoins. Ce procès est à sa deuxième phase, c’est-à-dire la défense de Jean-Pierre Bemba a pris la parole en ce moment afin d’essayer de présenter les éléments de preuves.

 

RJDH : Gervais Bodangaye merci !

 

GB : merci !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com