Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 10:01

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui, le 9 mars 2016 – La situation sécuritaire qui prévaut ces derniers jours à Bambari, chef-lieu de la préfecture de la Ouaka, a été l’un des temps forts de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) ce 9 mars 2016. Tout en exprimant les condoléances de la MINUSCA aux proches des victimes, le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, a précisé que la MINUSCA a répondu immédiatement à la flambée de violence conformément à son mandat de protection des civils. La réponse rapide de la Force a notamment empêché une attaque des anti-Balakas contre le camp de réfugiés soudanais au Pladama-Ouaka. Le bataillon mauritanien est déployé autour du camp pour en assurer la protection. La Force de la MINUSCA mène des patrouilles à Bambari et dans les environs et surveille la situation grâce aux Casques bleus mauritaniens et gabonais sur place.

 

Parmi les solutions envisagées, la MINUSCA entend déployer sa police dans les camps de déplacés pour résoudre la question de la circulation des munitions et des armes dans ces lieux. A ce sujet, Monteiro a signalé que des rapports indiquent que des armes et des munitions y circulent, « ce qui constitue un risque majeur pour les civils ». Cette question sera traitée en coordination avec les groupes humanitaires. Dans le même temps, le bureau régional de la MINUSCA à Bambari est en rapport avec les groupes armés pour s’assurer qu'ils respectent le pacte de non-agression et d’autres accords signés.

 

Selon le porte-parole, la posture musclée de la MINUSCA vise à dissuader les groupes armés de mener des attaques contre la population civile, conformément à son mandat.

 

Lors de la conférence de presse, le porte-parole est également revenu sur la publication du Rapport du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflit armé en République centrafricaine. Rendu public le 4 mars 2016, le troisième rapport de ce genre couvre la période allant de janvier 2011 à décembre 2015. Il porte essentiellement sur six catégories de violations graves commises sur des enfants et fournit des informations sur les auteurs de ces crimes ainsi que le contexte dans lequel ils ont été commis. Des recommandations visant à faire cesser et à prévenir les graves atteintes commises ont été formulées à l’endroit des parties au conflit, des autorités centrafricaines ainsi que des pays membres et donateurs.

 

Sur la genèse de ce rapport périodique, l’Administrateur chargé de la protection de l’enfance de la MINUSCA, Charles Fomunyam, a rappelé que la communauté internationale à travers le Conseil du Sécurité des Nations Unies a depuis 1997, mis en place une politique pour la protection des enfants affectés par ces conflits. A ce jour, cette politique a été à l’origine de l’adoption de 13 résolutions sur les enfants et les conflits armés dans le but de les proteger contre ceux-ci. L’une de ces résolutions, la 1379 (2001) demande au Secrétaire General de présenter un rapport chaque année sur les sorts des enfants qui vivent dans les zones à conflits.

 

Concernant les préparatifs du second tour des élections législatives, Monteiro a annoncé l’élaboration d’une matrice de préparation afin de proposer des actions correctives et déterminer ainsi les responsabilités des structures responsables de sa mise en œuvre. Ce travail est le fruit d’une retraite interne des Commissaires de l’Autorité Nationale des Elections (ANE) tenue les 2 et 3 mars 2016.

 

Sur la promotion et la protection des droits de l’homme, au cours de la semaine ecoulée, 51 incidents de violations et d’abus ont été recensees. Ils ont fait au moins 61 victimes y compris sept femmes, trois mineurs et une personne âgée. Il s’agit d’une hausse des violations par rapport à la semaine précédente”, a-t-il précisé.

 

À propos du pré-DDR, le porte-parole a indiqué que les chefs des groupes armés dans le secteur de Bria ont réaffirmé leur engagement au processus de paix et leur soutien au pré-DDR ainsi que leur volonté de travailler avec les nouvelles autorités centrafricaines pour le rétablissement de la paix et de la sécurité. Par ailleurs, à Birao, le Sultan a favorablement accueilli le projet du pré-DDR. Il s’est engagé à prôner un engagement massif et volontaire des combattants.

 

Partageant ce même objectif de renforcement de la cohésion sociale, plusieurs activités sont en cours à travers le projet « jeunes à risque ». À Bangui, la partie nord du marché de Boy Rabe a été entièrement pavée grâce aux efforts fournis par 143 jeunes dont 18 femmes tandis qu’à Bouar, 210 jeunes contribuent actuellement à la reconstruction du marché Haoussa. À Bambari, les travaux de réhabilitation du stade municipal et de la gare routière sont exécutés à 40%. Enfin, les gros œuvres la salle de réunion municipale  de Kaga Bandoro sont presque terminés.

 

Dans cette dynamique, à l’initiative du bureau régional de la MINUSCA, un atelier a eu lieu à Kaga Bandoro afin d’évaluer les recommandations d’une campagne sur la cohésion sociale organisée le mois précédent dans les huit arrondissements de la ville en faveur de 1.500 participants. La rencontre a aussi porté sur un plan d’action pour restaurer et renforcer les liens entre les deux communautés antagonistes.

 

S’agissant des activités de la composante de Police de la MINUSCA, son porte-parole, Oana Popescu, a fait état de violences dans les provinces. A Bangui, la semaine écoulée a été marquée par les incendies survenus au Marché central Bloc opératoire de l’Hôpital Communautaire et au camp de Roux. Des enquêtes sont en cours pour établir l’origine de ces incendies. Par ailleurs, a l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, le réseau de femme de la police de la MINUSCA a pris part aux cotes de leurs consœurs de Centrafrique, a des activités organisées dans ce cadre.

 

Concernant la Force, le porte-parole militaire de la MINUSCA, le Colonel Adolphe Manirakiza, est revenu sur les patrouilles  menées dans tous les secteurs, notamment dans les zones où des incidents ont été constatés. Le Colonel Manirakiza a aussi informé de la poursuite des travaux de réhabilitation de la route Bangassou-Bambari par le Génie de la Force. Il est prévu de réhabiliter les axes Yaloke-Bossembele, Bossembele-Bossangoa, dans le secteur Ouest ainsi que Kaga Bandoro-Ndele-Birao, du secteur Centre vers l’Est. En outre, au cours de la semaine en revue, la Force de la MINUSCA a escorté 726 véhicules commerciaux sur toutes les routes principales d’approvisionnement.

 

 

LA MINUSCA ADOPTE UNE POSTURE MUSCLEE CONTRE LES VIOLENCES A BAMBARI

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com