Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 14:52

 

 

Par RFI  07-02-2016 Modifié le 07-02-2016 à 02:00

 

WikiLeaks a publié vendredi 5 février une série de documents officiels concernant la Centrafrique. Des documents issus manifestement du ministère des Mines et révélateurs des pratiques du régime Bozizé. Parmi ces documents, ceux qui concernent l'accord entre l'Etat centrafricain et une mystérieuse organisation intergouvernementale baptisée Alliance mondiale des sports. Fondée en 2007 par Alain Lemieux, un homme d'affaires canadien, elle dit vouloir promouvoir les sports partout dans le monde et fournir des infrastructures sportives aux pays qui ne peuvent pas se les offrir. Mais ses motivations sont moins philanthropiques.

 

Pour financer de nouvelles infrastructures sportives, l'Alliance mondiale des sports (AMS) propose en 2010 à la Centrafrique un projet de transformation des ordures de la ville de Bangui en biofertilisants et en électricité. Un projet que l'organisation évalue à 200 millions de dollars et qu'elle subventionnerait elle-même. En échange l'AMS demande à l'Etat centrafricain de garantir l'achat d'électricité pour un montant de 432 millions de dollars sur 20 ans. Comme mode de paiement, un accord est conclu en 2012 pour l'octroi à l'AMS de concessions minières.

 

L'organisation de promotion du sport qui déclare vouloir « créer un impact positif sur l'harmonie sociale du pays » se voit donc accorder par décrets, signés par François Bozizé, des permis de recherche et d'exploitation pour deux gisements d'or et de diamants. Mais ces gisements ne lui suffisent pas. Pour commencer à lever les fonds pour démarrer le projet de transformation des déchets, l'AMS demande deux autres gisements dont les études géologiques ont déjà été faites et qui s'annoncent plus prometteurs.

 

Entretemps, en mars 2013, Bozizé est chassé du pouvoir par une coalition de rebelles, la Seleka. Les décrets présidentiels attribuant à l'AMS les permis des gisements demandés sont préparés par le nouveau pouvoir. Ils figurent parmi les documents de WikiLeaks, mais non signés. Tout était donc prêt, mais le projet d'usine de transformation des déchets de Bangui qui devait finalement démarrer en fanfare en mai 2013 se fait toujours attendre.

 

 

 

NOTE DE SYNTHÈSE

 

OBJET:       Synthèse du Projet de partenariat bilatéral sous forme de PPP entre la RCA et l’AMS.

 

 

Produit par:    Le Cabinet du Président – S.E. Monsieur Alain LEMIEUX. 

 

Date:              Le 5 avril, 2013.

 

Page 1 de 2

 

 

L’Alliance Mondiale des Sports (AMS) est une Organisation Intergouvernementale (OIG)  (www.wsaigo.org) qui soutient les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) des Nations Unies et qui compte actuellement 31 États Membres, dont la République Centrafricaine depuis le 25 janvier, 2008.  

 

La mission de l’AMS est d’utiliser le Sport, l’Éducation Physique et les Loisirs (SEPL) comme catalyseur pour la création et la mise en œuvre de Programmes péri et extrascolaires pour la jeunesse et d’un réseau de Centres Communautaires Sportifs Jeunesse AMS, visant l’atteinte des OMD par ses États Membres. 

 

Afin de ne pas imposer de charge supplémentaire à ses États Membres, l’AMS et ses activités sont autofinancées et pérennisées. Le modèle financier de l’AMS établit avec ses États Membres, des activités commerciales génératrice de revenus, sous la forme de Partenariats Publics-Privés (PPP), dans différents secteurs d’activités, dont notamment l’énergie, les bio-fertilisants (BFA) et les infrastructures.  

 

À l’automne 2010, un premier projet sur la Transformation des Ordures Municipales (PPP-TOM), pour la génération de 22.5 MW d’électricité sur Bangui et la production annuelle de 9 000 tonnes métriques de BFA, a été négocié entre l’AMS et la RCA. Ce projet aurait généré un investissement de $200 Millions USD, entièrement subventionné par l’AMS, permettant aussi le déploiement, dans le cadre de la mission de l’AMS, d’importantes infrastructures sportives et communautaires, et de programmes jeunesse, d’une valeur d’environ $60 Millions USD, afin de créer un impact positif sur l’harmonie sociale au pays, dans un cadre favorisant l’atteinte par la RCA des OMD. 

 

La seule condition alors exigée par l’AMS, afin de financer la mise en œuvre du projet de PPP-TOM, était que la RCA puisse émettre une Garantie d’Achats bancable, pour l’électricité réellement générée et livrée sur le réseau national local, pour toute la durée du projet. Toutefois les finances publiques ne pouvant  alors pas satisfaire à cette condition, la RCA a demandé à l’AMS si elle pouvait remplacer sa Garantie d’Achat bancable par des concessions minières, émises en faveur de l’AMS, que cette dernière développerait, en partenariat avec la RCA.

 

Dans ce contexte, la République Centrafricaine et l’AMS entreprirent des négociations à l’automne 2011, qui menèrent à la conclusion, en novembre 2012, d’un accord bilatéral important, dans le secteur des Ressources Naturelles Minières (PPP-RNM), devant servir de support à la Garantie d’Achat, permettant ainsi la mise en œuvre du projet de PPP-TOM.

 

Le projet de PPP-RNM, pour le développement et l’exploitation industrielle de gisements diamantifères et aurifères en RCA, d’une valeur de $100 Milliards USD et dont une première phase de $10 Milliards USD était initialement prévue pour démarrer au premier trimestre de 2013, génèrera à lui seul d’importantes retombées, totalisant près de $4 Milliards USD, sur la durée complète de cette première phase du Projet. L’entente globale PPP-RNM et PPP-TOM créera également environ 3 000 emplois permanents, engendrant des répercussions positives sur toute l’économie locale

 

Or, en accord avec le cadre de l’entente de PPP-RNM, signée entre l’AMS et la RCA, le portfolio devait contenir des concessions minières ayant, au plan géologique, des données propres à supporter une évaluation préliminaire indépendante de l’ordre de $10 Milliards USD. La RCA avait d’ailleurs initialement (en octobre 2011) proposé à l’AMS, des concessions minières répondant à ces conditions (Rapport Technique sur les concessions de DIMBI et ÉTOILE en RCA, préparé par le groupe Sud-Africain VENMYN RAND (PTY) LTD). Sur la base de ces concessions, le projet avait fait l’objet d’une analyse et d’un accord de financement par le Gestionnaire de Capital Commercial de l’AMS.

 

 Cependant, le portfolio finalement consenti par la RCA à l’AMS visa plutôt les concessions de BANIA (diamants) et OUHAM-BAC (or). qui n’ont malheureusement jamais fait l’objet d’études géologiques détaillées indépendantes, propre à permettre la mise en œuvre rapide des projets de PPP-RNM et de PPP-TOM. Il est donc présentement impossible de lever les sommes requises pour démarrer le PPP-TOM, sur la base des deux concessions octroyées à l’AMS. 

 

 C’est pourquoi, afin de démarrer immédiatement tant les portions diamantifère qu’aurifère du Projet de PPP-RNM, pour laquelle l’AMS a déjà confirmé ses opérateur miniers et des accords d’achats fermes, l’AMS souhaiterait que le portfolio puisse aussi inclure les concessions de DIMBI et ÉTOILE, tel qu’initialement prévues et/ou une ou des concessions d’or ayant déjà fait l’objet d’un rapport géologique bancables, de type 43-101.

 

En bref, dans un délai de 30 à 45 jours de l’octroi de ces nouvelles concessions à l’AMS, les projets d’énergie sur Bangui, de bio-fertilisants et d’infrastructures sportives seront lancés, et ce sans aucun engagement financier de la RCA, tout le financement étant entièrement assumé par l’AMS.

 

 L’AMS entend annoncer publiquement, au moyen de communiqués de presse officiels à diffusion internationale, toutes les avancées des deux parties tendant vers la mise en œuvre de ce méga projet, qui serviront également à raffermir les liens entre l’AMS et le gouvernement de la Centrafrique. L’évolution favorable du projet, dans les prochaines semaines, permettrait, à la convenance du Président de la RCA, la tenue d’une Mission officielle en Centrafrique, pour la venue du Président de l’AMS, dès le début mai, afin d’annoncer en grande pompe le démarrage du projet.

Sous Bozizé, les étranges manigances de l'Alliance mondiale des sports

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com