Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 22:11

 

 

http://rjdh.org/  PAR BABIKIR OUSMANE LE 11 FÉVRIER 2016

 

Les richesses naturelles de la forêt centrafricaine des frontières, sont en train d’être exploitées anarchiquement par des étrangers. C’est le cas de bambou de chine et des rôniers dans la préfecture de la Vakaga, exploités par des soudanais. C’est un constat du RJDH.

 

Selon les informations du RJDH, l’exploitation anarchique et abusive du bambou de chine et des rôniers à Am-Ndafock, village situé à 75km de Birao, par les Soudanais date d’une décennie.

 

Ces  derniers viennent sans autorisation du ministère des Eaux et Forêt, Chasses et Pèches pour se procurer de ces richesses.

 

Abdel-Sabour Ramadane, un  jeune de Tiringoulou, ville située à 205 km à la frontière Centrafrique-Soudan, a dénoncé cette exploitation anarchique « J’ai vu comment des Soudanais viennent détruire les bambous de chine et les rôniers de notre Pays. Ces richesses constituent le patrimoine du pays. Son exploitation doit être ordonnée par le ministère des Eaux et Forêts. On devrait payer des taxes à l’Etat  avant de les exploiter, malheureusement  ce n’est pas le cas », a t-il déploré.

 

De sources bien informées, ces exploitants viennent du Soudan avec de gros camions pour couper ces bois sans aucune autorisation de la part des autorités administrative. Selon une autorité locale, ces Soudanais utilisent ces bambous de chine pour construire des maisons.

 

Ahmat Soulé, Sultan Maire de la ville de Birao pense que cette situation est favorisée par l’absence des agents des Eaux et Forêt « si les fonctionnaires du Ministère des Eaux et Forêts, Chasses et Pèches étaient à leurs postes, je crois que ces pratiques seraient terminées. Malheureusement à chaque fois que le Ministère affecte les agents, ces derniers refusent en fournissant comme raisons que Vakaga est trop loin de la capitale », regrette ce dernier.

 

C’est depuis environ une dizaine d’années que le service des Eaux et Forêts, Chasses et Pèches est absent de la ville de Am-Ndafock qui fait frontière avec le Soudan.

La population de la Vakaga dénonce l’exploitation anarchique de ressources naturelles par des soudanais

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com