Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 23:25

 

 

NOTE D’INFORMATION

 

 

Bangui, le 17 février 2016 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), salue à l’instar de tous les observateurs nationaux et internationaux, le climat apaisé qui a prévalu lors des élections combinées, présidentielle et législatives, du 14 février. Cette annonce a été faite par son Porte-parole, Vladimir Monteiro lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission tenue ce 17 février 2016.

 

La MINUSCA invite les Centrafricains à préserver cet esprit de paix et à attendre dans la sérénité les résultats définitifs de ces élections, a poursuivi Vladimir Monteiro. Les Nations Unies, dans le cadre de l’Assistance électorale intégrée continuent à apporter leur soutien logistique, technique et sécuritaire au processus électoral en toute transparence et en toute neutralité, conformément à son mandat. En effet, à compter de ce jour, toute la flotte aérienne de la MINUSCA est mobilisée dans l’acheminement des procès-verbaux des préfectures vers Bangui. Conformément aux engagements de la Mission et dans un souci de transparence et de crédibilité, les représentants des deux candidats à l’élection présidentielle seront autorisés, à titre exceptionnel, à accompagner les procès-verbaux à bord des avions de la MINUSCA vers Bangui, et destinés au Centre de traitement des données (CTD) de l’Autorité nationale des élections (ANE).

 

Suite à un article paru dans le journal Le Confident, sous le titre « La MINUSCA doit 528 millions à la SOCATEL » concernant l’occupation d’un terrain, le Porte-parole a tenu à rappeler l’entente juridique passée avec les autorités nationales et portant présence des Forces de la Mission (Status of Forces Agreement ou SOFA). Conformément à l’article V, paragraphe 16 du SOFA, la MINUSCA avait introduit une demande d’attribution dudit terrain appartenant à l’Etat en date du 21 août 2014. Le 16 septembre 2014, par note verbale, le Ministère des Affaires étrangères de la RCA a informé la MINUSCA de la décision du Gouvernement centrafricain de céder ce terrain à la Mission à titre gracieux. Il convient de noter que ce terrain était occupé auparavant par la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA). La MINUSCA retient que ce terrain est une propriété de l’Etat centrafricain et qu’elle n’est pas liée financièrement à la SOCATEL pour son occupation. Il appartient au gouvernement centrafricain et à la SOCATEL de régler leur désaccord sur ce titre de propriété. La Mission se réserve le droit de revoir l’occupation du terrain conformément à ses besoins opérationnels et en fonction du règlement de cette affaire. La MINUSCA regrette de ne pas avoir été contactée avant la publication d’un tel article, a conclu le Porte-parole.

 

Au chapitre de la promotion et de la protection des droits de l’Homme, Monteiro a fait état de 30 cas de violations qui ont affecté 71 personnes, dont trois mineurs et trois femmes. Il s’agit d’exécutions extrajudiciaires et sommaires, de traitements cruels inhumains et dégradants, d’enlèvements, d’arrestations et de détentions arbitraires, de destructions de propriété et de viols.

 

Sur les efforts de réconciliation et de cohésion sociale, la conférence de presse a été l’occasion de revenir sur la signature du pacte de non-agression et de réconciliation entre les communautés du 3e arrondissement et de Boeing. Il permet désormais aux musulmans d’accéder la section du cimetière municipal qui leur est réservée. La MINUSCA a mis en place dans un premier temps un dispositif sécuritaire pour l’accompagnement des convois funéraires. Ainsi, dès le jeudi 11 février les citoyens de confession musulmane ont pu enterrer leurs morts. Lors de la signature, le Représentant spécial du Secrétaire général, Parfait Onanga-Anyanga, a précisé que le pacte marque le début dun processus de normalisation des rapports inter communautaires appelés à se renforcer avec le temps. La volonté et la persévérance de tous les acteurs concernés seront donc indispensables pour en assurer le plein respect et une mise en œuvre effective. A cet égard, je tiens à vous assurer de la poursuite de notre engagement à vos côtés, avait-il indiqué.

 

De même, le porte-parole a indiqué que les activités menées dans le cadre du projet «jeunes à risque» ont permis de créer 252 emplois d’urgence en faveur de jeunes vulnérables dans les travaux de réhabilitation du stade municipal de Bambari, du marché de Boy Rabe et de la construction de la salle de la Mairie de Kaga Bandoro.

 

Dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’Etat, la MINUSCA a organisé deux ateliers, l’un sur le renforcement des capacités à l’intention de 15 magistrats instructeurs et du parquet de la Cour d’appel de Bangui et un deuxième sur la validation du diagnostic et de l’élaboration d’un plan de renforcement institutionnel et opérationnel de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM). Ces formations ont été organisées en partenariat avec le Ministère de la justice et l’ENAM, avec l’appui du PNUD et ONU Femmes.

 

Pour sa part, le porte-parole de la Force, colonel Adolphe Manirakiza a indiqué que les Casques bleus continuent à protéger la population civile en effectuant des patrouilles aussi bien sur les localités de Beloko, Paoua et Bocaranga du Secteur Ouest, Ndele, Kaga Bandoro, Dekoa, Mbres Bambari au Centre et Sam Ouandja, Birao, Bria, Yalinga, Bangassou à l’Est. Ce dernier secteur, où des groupes soupçonnés être membres de la LRA sont présents, a bénéficié d’une période d’accalmie avant les élections, suite aux actions menées par la force de la MINUSCA.

 

Quant à la composante de Police, elle a poursuivi la sensibilisation sur la Police communautaire à Bangui, selon le porte-parole, lieutenant Salifou Konseiga. Dans le domaine de la collaboration et du renforcement des capacités des FSI, la MINUSCA et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont démarré le lundi 8 février 2016, un projet de recensement des policiers et gendarmes centrafricains. L’objectif de cette opération est de mieux maitriser les effectifs de ces deux institutions par la création d’une base de données fiables, de leur délivrer des cartes d’identité professionnelles et asseoir une bonne gestion des ressources humaines.

LA MINUSCA SE FELICITE DU CLIMAT APAISE QUI A PREVALU LORS DU SCRUTIN DU 14 FEVRIER

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com