Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 19:13
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL
Nouvelles nationales sur RJDH et RNL

 

 

Centrafrique: La Zone dite « sans armes » respectée par les groupes armés à Kaga-Bandoro

 

http://rjdh.org/   PAR BABIKIR OUSMANE LE 4 JANVIER 2016

 

La zone déclarée sans armes par la Minusca à Kaga-Bandoro dans la préfecture de la Nana-Gribizi, est respectée par les groupes armés non conventionnels dans la région. Cependant, selon une source locale, l’autorité de l’Etat dans ladite préfecture n’est  pas toujours  effective.

 

Selon une source jointe au téléphone ce lundi 04 janvier par le RJDH, c’est après la déclaration de la Minusca au sujet de  la ville sans armes que des hommes armés non conventionnels ne se promènent plus avec les armes ni en tenue militaire dans la ville de Kaga-Bandoro.

 

« Sauf, ceux qui sont reconnus par la Minusca dans le cadre du pré-DDR, que l’on constate qu’ils sont de fois en tenue militaire ou sur les barrières afin de chercher de moyens pour leur permettre de subvenir à leurs besoins», a confirmé cette source.

 

En ce qui concerne la restauration de l’autorité de l’Etat dans la localité, cette source a témoigné que ces institutions étatiques tardent à venir dans la zone. « Deux (2) services administratifs seulement fonctionnaient dans la ville de Kaga-Bandoro à savoir, la santé et l’éducation. Les autres services, tels que la finance, l’agriculture, l’élevage, la sécurité ne sont pas visibles dans la Nana-Gribizi en générale et en particulier la ville de Kaga-Bandoro», a ajouté la même source.

 

Suite aux tentatives de boycotte du referendum constitutionnel et des élections par les hommes de Noureddine Adam de l’ex coalition Séléka à Kaga-Bandoro, la Minusca avait déclaré cette ville « zone sans arme », lors du passage du représentant spécial du Secrétaire Général des  Nations-Unis en Centrafrique, Parfait Onanga Anyanga.

 

 

Calme et ambiance règnent à Bangui depuis la proclamation des résultats partiels des élections

 

http://rjdh.org/  PAR NERVA NGANG NDOUNGA LE 4 JANVIER 2016

 

Au lendemain de la proclamation des résultats partiels de l’élection présidentielle par l’Autorité Nationale des Elections (ANE), un calme et une ambiance habituelle règnent dans la ville de Bangui et ses environs. Même si certains murmurent à cause des résultats, les activités se déroulent normalement.

 

Après quelques jours de la publication des résultats partiels et provisoires de l’élection présidentielle en Centrafrique,  aucun incident majeur n’est signalé. Les forces nationales et internationales multiplient des patrouilles dans la ville de Bangui et les communes de Bimbo et Bégoua. La sécurité est donc rassurée dans ces secteurs. Les Centrafricains croisés appellent leurs compatriotes à maintenir le calme dans le pays.

 

Polycarpe Yangba Belmondo,  habitant le quartier Zacko II dans la commune de Bégoua félicite les centrafricains et les exhorte à la patience. « Je félicite les Centrafricains pour leur comportement responsable depuis la publication des résultats partiels  des élections par l’ANE. Ceux-ci ne sont que provisoires », a-t-il souligné.

 

Il en est de même pour les habitants de Bimbo qui expriment leurs satisfactions après la publication provisoire des résultats présidentiels. Dora Bingui, habitante de Bimbo témoigne que dans son secteur, aucun incident n’est survenu.

 

« Ici, on n’a pas érigé des barricades ni des soulèvements suite à la proclamation des résultats partiels. Les gens circulent librement et vaguent à leurs occupations », a-t-elle précisé

 

Jose Mbolobé, Aubin Ngoyambanga, et Cédric Pidjou, respectivement habitants des quartiers  cité Jean 23, Benz-vie et Sica 1 souhaitent que les candidats puissent informer leurs partisans  sur les  résultats partiels des élections en cours, afin d’éviter les dérapages.

 

D’autres personnes interrogées par le RJDH se disent fatigués de manifester. « Nous voulons sortir d’une longue période de transition. Rien ne va justifier la descente dans la rue pour protester x ou y résultats. Nous sommes fatigués depuis 2012 de sortir dans la rue. Que celui qui a la chance gagne les élections », a dit un enseignant au lycée des Martyrs de Bangui.

 

Il ya de cela trois jours  que l’ANE publie des résultats partiels et provisoires des élections groupées du 30 décembre 2015.

 

 

Centrafrique : Des enfants du site de M’poko reprennent le chemin de l’école

 

http://rjdh.org/ PAR CAROLE BYCEKOAN LE 4 JANVIER 2016

 

Les activités scolaires pour l’année académique 2015-2016 ont repris sur le site de M’Poko. L’ONG REMOD vient de construire 12 tentes pour 16 salles de classe sur ledit site afin de faciliter l’éducation des enfants déplacés.

 

Selon Alexis Ngueregbenzi, coordonnateur de l’ONG REMOD, cette activité vise à garantir l’avenir des enfants qui sont sur le site des déplacés. «Après les événements du 26 septembre 2015, une partie de 3ème et 5ème arrondissements ont regagné  le site de M’Poko. C’est dans cet optique que  nous avons demandé à l’Unicef de reprendre les mêmes activités au profit des enfants déplacés sur le site, afin de garantir leur avenir », a-t-il expliqué.

 

Ce dernier a fait savoir que l’école est ouverte suite à  la demande des parents qui sont sur le site de M’Poko. «  A chaque fois que nos staffs passent sur le terrain, c’est un cri d’alarme des parents des enfants. Même l’Unicef qui a fait une descente sur le terrain a constaté l’engouement des parents qui ont sollicité que leurs enfants soient pris en compte pour la  reprise des activités scolaires », a-t-il relevé.

 

Le coordonnateur de l’ONG REMOD a souligné que les besoins en éducation sont ressentis auprès des populations déplacées. « On s’est rendu compte qu’au moment de l’inscription, les adultes qui ont abandonné l’école se sont venus s’inscrire pour se former en alphabétisation », a-t-il souligné.

 

Au totale 4.350 élèves de la maternelle et fondamental 1 ont été inscrits, et des jeunes désœuvrés sont aussi pris en charge pour une remise à niveau.

 

 

Présidentielle : 37% des résultats provisoires et partiels publiés par l’ANE

 

http://www.radiondekeluka.org/ lundi 4 janvier 2016 15:54

 

L'Autorité Nationale des Elections (ANE) poursuit la publication des résultats partiels et provisoires de la présidentielle du 30 décembre 2015. 


37 % des résultats générés à 16h 53mn


Les résultats du Bamingui-Bangoran ont été traités à 77 %, de Bangui à 77 %, de la Basse Kotto à 0 %, l'extérieur à 15 %, du Haut-Mbomou à 86 %, de la Haute Kotto à 87 %, de la Kémo à 93 %, de la Lobaye à 80 %, de la Mambéré Kadéï à 0 %, du Mbomou à 36 %; de la Nana Gribizi à 78 %, de la Nana-Mambéré à 51 %, de l'Ombella Mpoko à 89 %, de la Ouaka à 2 %, de l'Ouham à 6 %, de l'Ouham-Pendé à 0 %, de la Sangha-Mbaéré à 0 %et de la Vakaga à 0 %.


Anicet Georges Dologuélé : 109.519             /  Laurent Gomina Pampali : 1.618
Faustin Archange Touadéra : 146.775            /  Ngouyongbia Kongba Zeze : 2.597
Jean Michel Madaba : 20.098                        /   Mathias Barthélémy Morouba : 2.680
Martin Ziguélé : 36.442                                  /   Jean Willibiro Sacko : 7.705 
Charles Armel Doubane : 22.118                   /    Théodore Kapou : 9.063
Fidèle Gouandjika : 6.429                              /    Emile Raymond Gros Nakombo : 1.423 
Désiré Bilal Nzanga Kolingba : 57.139         /   Xavier Sylvestre Yangongo : 4.732 
Sylvain Eugène Patassé Ngakoutou : 7.913    /   Théophile Sony Colé : 2.651
Cyriaque Gonda : 2.805                                   /   Ange Maxime Kazagui : 1.599
Guy Roger Moskit : 5.256                                /   Olivier Emmanuel Gabirault : 731
Timoléon Mbaïkoua : 3.868                            /    Stanislas Moussa Kembe : 1.249
Régina Konzi Mongo : 3.160                           /   Jean Baptiste Koba : 1.211
Gaston Mandata Nguérékata : 5.336               /  Jean Serge Bokassa : 68.815
Abdou Karim Meckassoua : 13.425 :              / Marcel Dimassé : 2.411                   
Jean Barkès Ngombé Kette : 11.011                /  Joseph Yakité : 3.341

 

L'Autorité Nationale des Elections (ANE) continue de publier les résultats partiels et provisoires de la présidentielle du 30 décembre 2015. 


34% de ces résultats sont rendus publics ce lundi à 13 heures. L'information est donnée au cours d'un point de presse animé par le rapporteur général et porte-parole de l'institution, Julius Rufin Ngouadé-Baba.


Ces résultats partiels et provisoires placent toujours en tête, le candidat indépendant, Faustin Archange Touadéra, avec 139.498 voix, suivi du candidat de l'Union pour le renouveau centrafricain (URCA), Anicet Georges Dologuélé, avec 96.728 voix.



Radio Ndeke Luka vous propose la publication de 13 heures.


Anicet Georges Dologuélé : 96.728               /   Laurent Gomina Pampali : 1.466
Faustin Archange Touadéra : 139.498              /   Ngouyongbia Kongba Zeze : 2373
Jean Michel Madaba : 18.385                           /   M. Barthélémy Morouba : 2.513
Martin Ziguélé : 34.045                                    /   Jean Willibiro Sacko : 6.826
Charles Armel Doubane : 8.325                      /  Théodore Kapou : 8.783
Fidèle Gouandjika : 6.028                                  /   Emile Raymond Nakombo : 1.296
Désiré Bilal Nzanga Kolingba : 50.332          /   Xavier Sylvestre Yangongo : 4.263
Sylvain Eugène Patassé Ngakoutou : 7.329    /   Théophile Sony Colé : 2.536
Cyriaque Gonda : 2.434                                     /   Ange Maxime Kazagui : 1.503
Guy Roger Moskit : 4.913                                  /   Olivier Emmanuel Gabirault : 668
Timoléon Mbaïkoua : 3.485                               /    Stanislas Moussa Kembe : 1.187
Régina Konzi Mongo : 2.860                            /   Jean Baptiste Koba : 1.126
Gaston Mandata Nguérékata : 4.989               /   Jean Serge Bokassa : 66.229
Abdou Karim Meckassoua : 11.341                  /   Marcel Dimassé : 2.162                   
Jean Barkès Ngombé Kette : 10.478                 /   Joseph Yakité : 3175

Le rapporteur général de l'ANE, Julius Rufin Ngouadé Baba, a donné des explications sur les procédures de saisie des résultats au niveau du centre de traitement des données.


« Les urnes provenant des bureaux de vote et contenant les résultats sont acheminées par les membres des démembrements auprès du centre de traitement des données. Une équipe de l'ANE les réceptionne, les enregistre et après vérification contradictoire en présence des membres des démembrements extrait les enveloppes des urnes en coupant les scellés. Ces enveloppes sont présentées aux sept membres de l'ANE qui sont les responsables légaux de la gestion des résultats. Et ce sont les commissaires de l'ANE qui ouvrent ces enveloppes en présence des représentants des candidats. De ces enveloppes sont extraites les feuilles des résultats, des vérifications sont faites avec les autres documents provenant du bureau de vote, surtout avec la liste et les références des bureaux de vote que l'ANE détient dans sa base des données. Si tout est conforme, le commissaire valide le feuille des résultats et la décharge en salle de saisie ».


Par ailleurs, M. Ngouadé-Baba a précisé ce qui se fait dans la salle de saisie des données.

« Une première équipe d'opérateurs procède à l'enregistrement des feuilles de résultats, qui entre dans la salle de saisie. La feuille de résultats est distribuée à l'aveuglette aux 30 opérateurs de saisie. Après saisies, les feuilles de résultats sont redistribuées à une seconde équipe de 30 opérateurs qui procèdent à la deuxième saisie aveugle. Mais les deux données saisies sont automatiquement comparées par le serveur qui est installé à cet effet. Si les deux saisies sont conformes, la feuille de résultats est archivée, et le chef du centre des données récupère les données et les valide avant de les soumettre aux commissaires », a souligné le rapporteur général.


« Mais s'il y a discordance entre les deux éléments, une troisième équipe procède à un contrôle et saisit à nouveau. Une fois le travail terminé, les résultats consolidés par le chef du centre de saisie sont ramenés aux commissaires, qui après confrontation avec les éléments qu'ils avaient au départ, délibèrent sur ces données, les valident et les envoient à la publication », a-t-il conclu.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com