Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 00:18

 

 

 

http://rjdh.org/  PAR SANDRINE MBAGNA LE 23 JANVIER 2016

 

Les habitants du 8ème arrondissement saluent les patrouilles des Forces Armées Centrafricaines dans leur secteur. Ils affirment que la présence des FACA favorise de plus en plus un retour à la normale dans l’arrondissement.

 

4 heures du matin au commissariat du 8ème arrondissement de Bangui. Des taxis et bus commencent à circuler sur l’avenue des Martyrs. Devant le commissariat, les Forces Armées Centrafricaines fouillent les coffres des voitures et les conducteurs de moto-taxis. Les occupants des véhicules sont appelés à traverser à pied la barrière des FACA.

 

Aux abords de l’avenue, certains commerçants commencent à étaler leurs marchandises. A côté de son poste récepteur, Gervais Kopa, un des commerçants du marché Combattant, se félicite du retour des FACA. Pour lui, leur présence a ramené le calme. « Les quartiers Galabadja et Combattant étaient le théâtre d’opération des Anti-Balaka durant les eux dernières années. Ces derniers temps, nous avons constaté un calme dans le secteur. J’ouvre ma boutique à 4 heures du matin parfois même à 3 heures sans inquiétude. Tout ceci grâce aux FACA dont la présence ramène de plus en plus la paix », a-t-il relaté.

 

Un peu plus loin, devant la base de la Minusca de l’UCATEX, un homme est en train d’ouvrir la porte de son atelier de soudure. Nous nous sommes approchés de lui. « Je salue la patrouille des éléments des FACA dans notre secteur. Cela a fait que nous n’avons pas constaté des cas d’agression à main armée. J’ouvre mon atelier à 4 heures et je ferme à 22 heures ou 23 heures », a dit Charles Narcisse Wilibozoumna.

 

Lydie Lonzi, vendeuse de poissons braisés rencontré au le marché Combattant, a expliqué qu’avec cette accalmie, elle sort tôt pour vaquer à ses activités commerciales. « Je sors de chez moi à 3h30 du matin, pour préparer avant de me rendre au marché à l’époque, cela était impossible. Je me sens mieux car je vends mes marchandises sans inquiétude parce que les FACA sont opérationnelles ici », renchérit-elle.

 

Le 8ème arrondissement considéré comme base arrière des Anti-Balaka, est aujourd’hui contrôlé par les des FACA qui ont installé leur base dans plusieurs quartiers de cet arrondissement.

Les habitants du 8ème arrondissement saluent les patrouilles des FACA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com