Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 12:46
Les affaires de viols en RCA n'épargnent aucune force internationale

 

 

 

Par RFI  30-01-2016 Modifié le 30-01-2016 à 04:28

 

De nouvelles allégations de viols et d'abus sexuels sur mineurs commis par des soldats étrangers en Centrafrique. C'est le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'homme qui les révèlent ce matin. Des accusations qui visent des militaires français de Sangaris et des soldats Géorgiens de l'Eufor, la force européenne en RCA.

 

Le contingent géorgien est arrivé en Centrafrique dans le cadre du déploiement d'Eufor-RCA. En mai 2014, on lui confie la protection de l'aéroport de Bangui qui jouxte le site de déplacé de Mpoko et qui se trouve à quelques centaines de mètres de la base française. Les faits allégués se seraient produits dans ce périmètre, selon les entretiens que l'équipe onusienne a eus avec plusieurs mineurs.

 

Des entretiens dont il ressort six allégations de viols, abus et exploitations sexuels mettant en cause, non seulement des Géorgiens mais aussi des soldats français de la force Sangaris.

 

Sangaris est aux prises avec d'autres accusations de ce type depuis mai 2015 pour des faits présumés remontants à 2013-2014 et dont la justice française a déjà été saisie. Dans l'entourage du ministre français de la Défense, on indique avoir là encore saisi la justice dès réception du dossier du Haut commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, le 19 janvier, justement pour établir s'il s'agit ou non de faits distincts de la première affaire.

 

Sangaris, Misca, Minusca et maintenant Eufor : aucune force de paix internationale en Centrafrique n'aura donc été épargnée par les scandales sexuels. Les casques bleus sont régulièrement l'objet de telles allégations. Ce qui a valu à l'ancien patron de la Minusca, Babacar Gaye de quitter son poste en août dernier. Conséquence de la politique affichée désormais par l'ONU de zéro tolérance dans ce domaine.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com