Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 12:18

 

 

Jeunesse Centrafricaine : « -l’époque du TABA (mouton) qui suit, sans réfléchir, est révolue : - Sois Patriote et FAIS LE BON CHOIX ce 14 Février 2016 lors de ce 2ème Tour de l’élection présidentielle ».

 

Le nom que tu vas choisir et cocher lors de ce 2ème Tour est déterminant pour Ton Avenir, l’Avenir de ton père, de ta mère, l’Avenir de ta femme, l’Avenir de ta sœur, l’Avenir de ta copine, l’Avenir de ton copain et l’Avenir de tes enfants aussi en dépendra………- DONC, il ne faut surtout pas faire le mauvais choix.

 

La case que tu vas « cocher » t’engage Toi et le Pays tout entier pour les 5 prochaines années, car tu ne pourras plus revenir en arrière. -  Tu ne pourras plus intégrer une quelconque et hypothétique rébellion car le résultat final exprimera l’option de la majorité du Peuple Centrafricain qu’il faudra respecter et tu devras faire avec, d’où mon appel solennel de ce jour  de Janvier 2016.

 

– Citoyenne, Citoyen, une erreur à ce niveau peut bloquer le Pays tout entier et c’est encore Toi, Jeunesse centrafricaine, femme centrafricaine, Agriculteur et paysan centrafricains, Waligara centrafricaine, Bouba-Nguéré centrafricain, Fonctionnaire centrafricain, Nagbata centrafricain et Militaire centrafricain qui va souffrir – OUI, c’est encore Toi qui sera le grand perdant, c’est encore Toi qui n’aura pas de véritables solutions à tes problèmes de tous les jours, c’est encore Toi qui va payer les pots cassés.

 

Cher Compatriote, dis-moi quel âge as-tu ?.... – 20 ans, 30 ans, 40 ou 50 ans… eh bien, je suis au regret de te dire que cela fait plus de 50 ans que le pays est mal-gouverné. – Ceux qui ont dirigé le pays, et tu les connais certainement, ont TOUS échoués…. POURQUOI ? …. parce  que depuis un demi-siècle, ils n’ont aucun véritable projet de société pour la République Centrafricaine qui soit cohérent, fédérateur, réfléchi, structuré, dynamique, bien dimensionné et ambitieux.

 

-Quelles sont les raisons ? -… c’est soit parce qu’ils avaient un semblant de programme, qui dès le départ était voué à l’échec du fait même qu’il était peu ambitieux, et que cela ne pouvait que développer un village de 10.000 habitants, alors que Notre Chère et Tendre Centrafrique compte plus de 4 millions d’âmes. - ….. Une autre raison est que pendant  un demi-siècle, les différents gouvernements qui se sont succédés, se sont contentés de tendre la main, une fois, deux fois, trois fois et encore, encore et encore, années après années et d’attendre que certains bailleurs étrangers veuillent bien débloquer un peu d’argent….- cela s’appelle de la Mendicité….. OR QUE les ressources et richesses naturelles de ton Pays que DIEU a donné GRATUITEMENT t’autorisent à être plus ambitieux pour Toi, pour Ta femme, pour Ton mari, pour Ta famille, pour Tes Enfants et pour Ton Pays.

– D’en haut, lorsque le Seigneur nous regarde, il doit se dire : « Vraiment, je n’arrive pas à comprendre mes enfants de Centrafrique. Je leurs ai donné les ressources naturelles  dont ils peuvent avoir besoin et ils sont là à se battre, à s’entretuer, à tourner en rond, à se déchirer et à mendier……… ». TROUVEZ L’ERREUR.

 

Les autres pays voisins ont compris qu’il fallait gérer et exploiter intelligemment les ressources naturelles que la nature leurs a légué…. - Raison pour laquelle, ils ont établis des Projets de société cohérents, dynamiques et ambitieux ; et tout naturellement ils évoluent, implantent les fondations solides pour le bien de leurs populations, construisent des écoles, des centres de formations professionnelles, des universités, des hôpitaux, des routes et développent leurs pays, produisent du café, du coton, de la nourriture en abondance, produisent des diamants, de l’or, du fer, du sucre, du pétrole, des produits et divers biens de consommation courante et ils les vendent à de meilleurs prix à l’export, après une transformation et valorisation locale.

Le But de la Vie, c’est de Sentir Bien dans toute chose que nous faisons  Maintenant et de continuer à se Sentir Mieux Chaque Jour que nous passons sur cette planète Terre. – En Centrafrique, du fait même de la mal-gouvernance et l’égoïsme d'une minorité ou d'un groupuscule, cela fait des décennies que nous ne savons même plus ce que cela peut signifier. – Nous avons perdu tout repère permettant d’orchestrer et mettre en musique le MIEUX VIVRE ENSEMBLE et se Sentir Bénis, Aimé, Heureux, en Paix et de se Sentir tout simplement BIEN.

 

Jeunesse Centrafricaine, l’heure de la Bonne décision a sonné…. - Regarde bien le Projet de société des 2 derniers candidats finalistes = Doléguélé et Touadéra et fais le BON CHOIX.

– Si tu te trompes et que tu fais le mauvais choix, alors je peux déjà te dire, dès aujourd’hui, qu’il sera inutile le dimanche d’aller à l’église et de pleurnicher dans les oreilles de DIEU avec une multitude de plaintes, d’inquiétudes, de supplications, de prières, de voundou, de tôtô, de passi, de démâhngô tèrê qui montent vers le Seigneur-Créateur : - Seigneur j’ai faim……- Seigneur j’ai soif…… - Seigneur j’ai pas d’argent pour faire face à mes obligations…..- Seigneur, je ne trouve pas de travail….. – Seigneur, mes enfants n’ont pas mangé aujourd’hui…..- Seigneur…..- Oh ! Seigneur nzara, …..- Oh Nzapa ti mbi, mouna mbi ngou ti gnôn….. – Oh Jésus, à moléngué a tê kobê lasso apè…. - Oh mon Dieu….- Oh Jésus-Christ, nguiza ti vôngo na yoro akè apè.…. Oh Seigneur, je suis dans la précarité…… Oh Seigneur la mendicité me guette…….- Oh ! Seigneur…….. Oh ! Jésus…… - Oh ! Mon Dieu. - Aïe Seigneur,….. Aïe Jésus,….. Aïe Baba Nzapa,….. Aïe Yahvé, ….. Aïe Adonaï, ….. Aïe Elohim, ….. Aïe Shaddaï,….. Aïe ! Aïe ! Aïe ! Yahvé bâ voundou, bâ mawa, bâ kobélà, Aïe passi, Oh Seigneur, Oh Jésus, Oh Sauveur, Oh mon Dieu, au secours ! Oh Babâ au secours ! Au secours Seigneur, nous n’avons que toi………. Babâ zo akè apè ! zia i tongasso apè…. Pardon ! Pardon ! Pardon ! ……

 

Dès aujourd’hui, je suis au regret de dire que le Seigneur ne viendra pas faire un coup d’Etat pour modifier ce que la majorité aura choisi et il ne permettra pas non plus que des assoiffés de pouvoir reviennent foutre le bordel comme ce fut le cas ces dernières décennies. – DONC, il faudra attendre 2021 pour que tu modifies ou corriges tes propres erreurs de 2016.

 

NOTA = Pour ceux qui ne le savent pas, je vous rappelle que le 1er Démocrate, c’est DIEU car il te laisse la liberté de choisir le chemin que tu veux suivre… et il respectera ta décision, fût-elle fausse, jusqu’à ce que tu comprennes la leçon. – Je vous rappelle que Moïse et les enfants d’israel sont bien restés 40 années à errer dans le désert.

 

A nos 2 Finalistes pour cette élection présidentielle qui sont Mrs Doléguélé et Touadéra, je rappelle ce petit principe et qui n’est pas le moindre : « GOUVERNER, C’EST SERVIR ».

 

Lorsqu’on est Dirigeant, il faut comprendre que la principale mission est de servir le peuple et qu’on n’est pas Chef sans sujets ; - c’est grâce aux sujets qu’on est Chef.

.

La Communauté Internationale qui a accepté de nous aider et nous accompagner à avancer jusque-là a un rôle à jouer afin d’avoir une meilleure gouvernance dans notre pays. – Lexpérience a démontré que que l’aide au compte goutte ne suffit plus car, elle a certes protégé de la famine mais elle n'a jusque là jamais, au grand jamais provoqué le développement, ni empêché la pauvreté de se répandre et de s'aggraver en Centrafrique. - Le Peuple ne peut plus continuer à souffrir ainsi. - La Communauté Internationale devrait commencer à soutenir de véritable projet de société ambitieux, cohérent et viable. - Elle devrait mettre en place un véritable système de surveillance afin de savoir vers quoi l’aide octroyée a été utilisée car, le but premier de toute aide est de soutenir les efforts du peuple à sortir de la spirale du sous-développement.

 

Aider les centrafricains ce n’est pas les remplacer ou faire à leurs places.

 

Nous ne disons pas qu’il faut remplacer les centrafricains pour aider les centrafricains à aller de l’avant, mais c’est de taper sur les doigts de ceux qui ne font pas ce qu’ils doivent faire parce qu’aujourd’hui le monde est devenu compétitif ; - on n’évalue plus quelqu’un sur le poste qu’il occupe par complaisance mais sur le rendement qu’il produit au poste qu’il occupe. - Quand il n’est pas rentable, il faut l’enlever et mettre quelqu’un de plus compétent pour que les choses avancent…. Quelque soit le Président qui sera démocratiquement élu, il ne faudra pas qu’il hésite de virer ou licencier définitivement, les différents incompétents qu’il aura eu la maladresse de coopter. Des choix coupables ont également été fait par son ou ses prédécesseurs ; le Nouveau Président ne devra pas hésiter à trancher dans le vif.

 

D’une manière globale en Centrafrique, il faut arrêter de financer, conserver ou soutenir des incompétents ; - les gens qui sont aux pouvoirs et qui touchent de l’argent pour un travail défini et qui ne font pas le travail qu’on attendrait d’eux au profit de toute la nation. - Il faut priver de salaires et de financements les régimes qui ne travaillent pas pour le bien-être de la population. - Les Bailleurs qui continuent à donner de l’argent sont plus coupables que les régimes incompétents. Celui qui continue à donner de l’argent de manière irresponsable est coupable car c’est lui qui encourage la fainéantise, la paresse, le mal et fait que ces hommes incompétents se complaisent dans ce système chaotique et criminel. – La Jeunesse centrafricaine espère pouvoir compter sur la Communauté Internationale qui nous accompagne, pour que pendant les 5 années à venir (2016-2021), période où nous, Citoyen de base, ne pourrons pas immédiatement sanctionner démocratiquement nos gouvernants, eh bien… ! Que cette Communauté Internationale le fasse à notre place ; il ne faudra pas hésiter à rappeler à l’ordre le Responsable Numéro 1 qui, suivant notre Constitution, est le Président de la République.. – Nous Jeunesse Centrafricaine et Société Civile, nous  donnons à la Communauté Internationale ce Mandat. La primeure est et demeure le bien-être du Peuple centrafricain. Les dérives totalitaires, la mal-gouvernance, les malversations et sa cohorte de conséquences devront être dénoncées et sanctionnées sans hésitation.

 

Dans cette Centrafrique de l’après Djotodia, de l’après Tiangaye, de l’après Séléka, de l’après Transition, comment arriver à amorcer  le déclenchement du processus de prise en main de notre avenir et assurer sa pérennité ?

 

Le postulat d’Edgar Quinet selon lequel il « n’y a pas de fondation sans violence » nous permet de mesurer l’ampleur de la révolution mentale, culturelle et institutionnelle à opérer en Centrafrique pour espérer nous en sortir un jour. Pour y arriver, il va falloir faire violence à nos vieilles habitudes somnolentes. – Jusque là nous avons vécu sous la pensée unique, sous des programmes « passe-partout » sans réelles alternatives. Plus de 55 après, le « passe-partout » n’a pas fonctionné et il a eut pour conséquence notre engloutissement dans les méandres de la précarité, des inégalités et de la pauvreté. – Il serait grand temps que la République Centrafricaine, via ses vaillants fils et filles tapent sur la table, à l’instar des pays d’Asie, et que chacun prenne conscience de la nécessité de remettre en cause la pensée unique, pour rechercher les piliers sur lesquels devra reposer la fondation d’une société qui pense, travaille et agit pour le progrès économique de notre Peuple dans sa globalité et non pour un groupuscule, une tribu ou une ethnie.

 

Stop aux programmes « passe-partout », car il nous incombe désormais de définir les conditions dans lesquelles le soutien de notre action est acceptable. Pour arriver à redresser la barre, il nous faut avoir une vision de longue période, une philosophie d’action, un plan et des instruments de mesure des résultats, en somme un véritable Businessplan National ambitieux et crédible. – C’est pour cela que j’exhorte encore et encore, chaque Citoyenne, et chaque Citoyen à examiner de prêt le Projet de société que propose chacun des 2 candidats finalistes.

 

Je dis ici à qui veut l’entendre, que les centrafricains doivent ouvrir les yeux sur les réalités du monde, et ils verront que les puissances industrielles ont  déjà fort à faire pour réduire la pauvreté chez elles, et qu’en toute logique, elles ne peuvent situer au premier rang de leurs préoccupations l’éradication de la misère dans une contrée lointaine telle que la République Centrafricaine. – A nous, centrafricains, de nous convaincre que notre pays possède des atouts, et que nous sommes les seuls à pouvoir créer – avec ou sans aide extérieure- notre propre système et richesse par un développement conçu en fonction de nos besoins. – Je prends position ici en indiquant la voie et en clamant tout haut que : « Ce que, collectivement, nous devons obligatoirement vouloir, n’est ni plus ni moins que de bâtir une République Centrafricaine capable de se nourrir, de se protéger, de se vêtir, de se soigner, de s’instruire, de se loger, de s’enrichir, de cohabiter en toute intelligence, de regagner le respect des autres, de devenir le grenier de la sous-région, qui participe activement à la suppression de la pauvreté et à la préservation de l’environnement. - Nous voulons une République Centrafricaine digne, respectée et vivante ».

 

Quel serait le niveau de croissance nécessaire pour renverser la courbe de la pauvreté qui gangrène notre pays, compte tenu des contraintes inhérentes au contexte (réalités historiques, sociales, économiques et culturelles). Citoyenne, Citoyen, Ohyé, Ohyé…..nous n’avons pas d’excuses à nous résigner dans cette situation misérable car notre pays regorge d’inestimables potentialités. Par ailleurs, nous disposons des atouts et des capacités afin d’impulser une croissance à deux chiffres, durable et équitablement répartie. – Quant je dis équitablement, j’affirme naturellement que nos provinces aussi devront voir la croissance et le progrès frapper à leurs portes. "La Centrafrique ne se résume pas seulement à Bangui". 

- La Jeunesse, qui est l’avenir de la Nation, devra là, retrouver un espoir dans un avenir meilleur. - Il convient seulement de reprendre courage afin d’opérer les réformes structurelles nécessaires, les ajustements conjoncturels indispensables et une réorganisation adaptée à nos réalités et au monde dans lequel on vit aujourd’hui. Désormais il nous faut nous reprendre en main avec détermination et volonté de réussir, car notre existence future sera intense et riche ou ordinaire et sans intérêt en fonction de la grandeur et la force de notre foi en notre avenir meilleur, et ainsi mieux vivre ensemble.

 

Avec le recul, nous pouvons dire, sans souffrir d’une quelconque contestation, que depuis 1960 nous avons vu se succéder à la tête du pays des gouvernants cupides qui ont été remplacés par des incapables, et/ou vis-versas. Ces derniers étant majoritaire dans les sphères décisionnaires du pouvoir, ils ont souvent freiné, étouffé, handicapé, gangrené et/ou trucidé les efforts fournis par certains dignes et remarquables fils et filles de Centrafrique qui étaitent soucieux de l’avenir du pays ; Résultat : le progrès et le recul de la pauvreté n’ont jamais été au rendez-vous. – Oui ! Cupides (car préoccupés uniquement et/ou prioritairement  par leurs intérêts personnels) et incapables d’avoir une vision claire, ambitieuse et crédible sur l’avenir du pays, la preuve : - B.Boganda, dit Père fondateur du pays, qui est décédé tragiquement en 1959, - paix à son âme -, soit plus de 55 ans déjà, est encore cité comme un exemple alors qu’il a dirigé le pays moins d’une année. – Autre preuve, les centrafricains regrettent l’absence du dictateur Bokassa qui a été déchu en 1979. – On semble avoir oublié les centaines de jeunes morts tragiquement et pour beaucoup par étouffement suite à un entassement en surnombre dans les prisons de Ngaragba et autres… - J’étais au Collège des Rapides dans le 7ème Arrondissement de Bangui à ce moment-là, donc je me souviens très bien de ce qui s’est passé….. plusieurs collégiens, dont je connaissais personnellement certains, ne sont pas revenus après les émeutes… et pour cause…..-...  – Si aujourd’hui, nous en sommes réduit à citer en exemple le Sieur Bokassa Jean-Bedel, -…laissez moi rire jaune….., cela sous-entend clairement que ceux qui ont gouverné entre-temps, depuis là jusqu’à maintenant, n’ont concrètement rien apporté de crédible, de mémorable dans l’esprit de la collectivité nationale…. Pauvre de nous, sô voundou na é, car nous en sommes donc réduit à, volontairement, devenir amnésique et regretter le Sieur Jean-Bedel Bokassa. Concrètement cela veut dire que, dans la mémoire collective nationale, de DACKO 2 à BOZIZÉ, la valeur ajoutée des différents gouvernements respectifs équivaut à de la poussière ; c'est-à-dire : Néant, zéro pointé.

 

Depuis les années 90, l’histoire du pays n’a été qu’une amère répétition de l’incurie des hommes qui ont présidé à sa destinée. – Vous comprenez alors mieux pourquoi nous sommes si durs, dans nos propos à l’égard de ceux qui nous ont gouverné jusque là. - Etait-il utile d’avoir été dirigé par des « incapables cupides» , qui n’ont presque rien fait pour le progrès réel du pays, d’avoir connu et subi banyamoulégué, Séléka, Zakawa, antibalaka, zarguina, mutineries, rébellions et j’en passe, pour que nous prenions vraiment conscience de notre situation ? - …peut-être…. !  - Mais une chose est sûre : - plus de cela à l’avenir, car il nous faut relever la tête, développer la primauté de l’intérêt général sur tout intérêt particulier « La Nation d’abord », prendre notre destinée et le progrès du pays en main. – Citoyenne, Citoyen, Ohyé, Ohyé, cela passe par le choix du BON CANDIDAT ce 14 Février 2016.

 

A la lecture de cet état des lieux, on pourrait me reprocher de ne parler que de manquements, de dérives, de malversations et de mal-gouvernance. - Il faut savoir que le citoyen centrafricain, par expérience, a conscience des épreuves qu’il endure ou de ce que la mal-gouvernance lui a rapporté et pourrait lui réserver. - Mon but ici, est de participer à mettre un terme à l’acceptation de ces épreuves et Citoyenne, Citoyen, Ohyé, Ohyé, cela passe par le choix du BON CANDIDAT ce 14 Février 2016.

 

Mes Chers Compatriotes, je vous exhorte à bien examiner en détails le Projet de société que chacun des 2 candidats finalistes nous proposent car c’est cela leurs contrats, leurs approches, leurs visions….. !!.... et posons nous, individuellement, la question de savoir si cela correspond à nos attentes et préservent ou consolident les intérêts globaux du Citoyen Lamba que nous sommes ? …… - Personnellement j'aurais aimé qu'il y ait un débat radiotélévisé entre les deux Finalistes. - Une véritable confrontation en direct de 2 fois 2 heures sur des thématiques spécifiques et que chacun défende son projet et nous explique comment il compte mettre en place et en action son plan global et, qu'est ce que Moi, Citoyen Lamba, j'ai à y gagner...!!! - L'appropriation, par le Peuple Souverain, se fera à ce prix-là, apportant ainsi un début de garantie du succès au dit Projet National - Ce qui devrait permettre au Citoyen de base, que nous sommes, de faire un choix en toute conscience.

 

Dans cette Centrafrique de l’après Djotodia, de l’après Tiangaye, de l’après Séléka, de l’après Transition, désormais il nous faut trouver les voies et moyens et même dans un environnement et conjoncture difficile…, - voies et moyens de développer l’espoir…, – l’espoir pour soi…, l’espoir pour Notre Pays….- Nous tentons ainsi de mettre en forme le sens de notre propre humanité et de la vraie place de la République Centrafricaine dans le monde. – Citoyenne, Citoyen, Ohyé, Ohyé, cela passe par le choix du BON CANDIDAT ce 14 Février 2016.

 

La Jeunesse centrafricaine et la nouvelle génération, arrivées en âge de comprendre et prendre les choses en mains, en ont plus qu’assez d’appartenir à un pays en perpétuel recule, complexé où la médiocrité occupe une place considérable, et le 14 Février 2016, je compte sur vous pour l’exprimer clairement dans les urnes et le dire sans perdre de gants.

 

La Jeunesse des rues, celle scolaire, veut également que les choses changent. - Cette jeunesse semi-lettrée écoute la radio et s’informe via d’autres médias et comprend mal que la République Centrafricaine reste à la traîne, alors que les autres avancent. - Raison de plus pour que nous remettions maintenant tout sur la table et fassions un tri. – On s’en fout que le Candidat soit ton parent, ton ami, ton beau-frère ou autre ; TU DOIS FAIRE LE BON CHOIX CAR TON AVENIR, direct ou indirect, EN DÉPENDRA aussi.

 

Citoyen, Citoyenne, l’heure est venue de remettre chaque chose à sa place ou créer les places qu’il faut pour que ces choses là puissent s’intégrer harmonieusement. Cher Compatriote je sais que tu es mûr et que tu as pleinement conscience qu’il faut agir et impulser une dynamique ; - Prend le temps de lire, d’écouter et d’examiner le programme des 2 finalistes ; cela devrait pouvoir te donner des indices et t’indiquer le choix à retenir lors de ton Vote ce 14 Février 2016.

 

Dans l’existence d’un Homme, rien n’est écrit d’avance, tout se construit au jour le jour. - Le développement de la Centrafrique ne doit pas être entre les mains d’un destin aveugle. - Oui, la pauvreté et le sous-développement ne sont pas une fatalité. Nous avons donc l’obligation patriotique, de Moléngué ti Kodro, de changer la Centrafrique, notre chère et tendre République ;… il nous faut simplement décider de la meilleure technique et le choix que tu exprimeras dans les urnes ce 14 Février 2016 est DÉTERMINANT.

 

Ohyé, ohyé…. Citoyenne, Citoyen…. ! – Cher compatriote, tu as très peu de temps d’ici le 14 Février 2016 pour que, sans discrimination aveugle, tu fasses le Bon Choix que tu devras aller confirmer dans les Urnes. Ce qui est bien dans un scrutin à deux Tours, c’est que tu n’as plus 30 programmes à examiner, mais plus que deux : - celui de Mr DOLÉGUÉLÉ d’une part, et celui de Mr TOUADÉRA d’autre part. POINT…. Pour cette fois-ci, les 28 autres ne comptent plus ; Bon gré mal gré, même si cela n'arrange pas les affaires de certains, le Peuple Souverain (Véritable Propriétaire du Titre Foncier de la République Centrafricaine) a fait son choix.

 

Si tu te poses tout ou partie des questions suivantes, je vais t’aider, en quelques mots, à clarifier Ton Choix final :

 

  • « Que puis-je faire concrètement et immédiatement pour faire avancer Mon Pays aujourd’hui ? Eh bien, je te réponds : Examine le projet de société de chacun des 2 candidats à la présidentielle et fais le bon choix qui consolide les intérêts globaux de la Nation.
  • Quel acte puis-je poser, directement ou indirectement, pour favoriser le bien-être des générations futures ? – Eh bien, je te réponds: Examine le projet de société de chacun des 2 candidats à la présidentielle et fais le bon choix qui consolide les intérêts globaux de la Nation.
  • Veux-tu ou désires-tu que l’avenir dans un « Mieux vivre ensemble en Centrafrique » fasse partie de tes priorités au quotidien ?  – Eh bien, je te réponds: Examine le projet de société de chacun des 2 candidats à la présidentielle et fais le bon choix qui consolide les intérêts globaux de la Nation.

 

Au 1er Tour de l’élection présidentielle, tu es allé voter pour ton oncle, pour ton cousin, pour ton beau frère, par copinage, par alliance, par égoïsme personnel, pour ton grand, pour ton Koya, ton Nôkô, ton Bocha, pour un parti politique,… là maintenant au 2ème Tour du 14 Février 2016, il n’est plus question de cela – Les enjeux sont tellement énormes que toute erreur de ta part risque d’être catastrophique.

 

Au pays des démocrates expérimentés, il y a un dicton qui dit : «  Au 1er Tour on choisit et au 2ème on élimine ; et ensuite on surveille et veille à ce que les promesses faites soient tenues …….». – Pour le cas de notre jeune démocratie, Citoyen Citoyenne,  Ohyé, Ohyé, comme je l’ai dit plus haut : « Gouverner, c’est servir et que le monde est devenu compétitif ; - on n’évalue plus quelqu’un sur le poste qu’il occupe par complaisance mais sur le rendement qu’il produit au poste qu’il occupe. - Quand il n’est pas rentable, dès la  prochaine élection, il faut le virer, le licencier et mettre quelqu’un de plus compétent pour que les choses avancent. – Je rappelle ICI, que si la majorité des voix vont vers le mauvais prétendant à la présidence de la république, nous n’aurons pas d’autre choix que d’attendre 2021…. – Cela risque d’être long, très long… !.

 

Ohyé, Ohyé…. Citoyenne, Citoyen…. ! – Cher compatriote, au 1er Tour tu as peut-être fait le mauvais choix, c’est pas encore trop grave, ce fut une erreur de casting, …..Des 30 candidats au départ, il n’y en a plus que 02. -  Souviens-toi qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et qu’une action personnelle venant de toi est espérée et attendue : - ce qui te reste à faire MAINTENANT pour ce Vote ultime du 14 Février 2016, c’est de corriger ton Action et cette fois-ci en Votant pour le Bon Candidat qui a un véritable Projet de Société cohérent, dynamique et ambitieux. -  Le Jour « J », FAIS LE BON CHOIX, car : « Aucune Nation ne naît grande, les Grandes Nations sont l’œuvre de leurs citoyens ».…et cette œuvre commence, individuellement, par le CHOIX DU BON CANDIDAT.

 

Au Collectif FINI-Ndara-FINI-Kodé, nous avons toujours dit et affirmé Haut et Fort que : - « La construction de notre Pays est l’affaire de TOUS ». - Mais dans une Jeune démocratie, comme la notre, avec le retard de développement cumulé que notre pays a enregistré, je suis obligé de vous le rappeler encore et encore, que nous n’avons plus de temps à perdre ; - Le VOTE Individuel pour des raisons uniquement ethnique, tribaliste, parental, fanatique, régionaliste ou bassement égoïste sont à bannir.  - Notre YES WE CAN Collectif exige cette détermination individuelle.A l’instar du Burkina-Faso, nous pouvons aussi démontrer en Centrafrique, notre niveau de Maturité à l’exercice démocratique.

 

Christian Dominique DARLAN - Janvier 2016.

 

Co-Fondateur du Collectif FINI-Ndara-FINI-Kodé

E-mail : fini.ndara@gmail.com

 

. Election présidentielle : - Citoyenne, Citoyen, le 14 Février 2016, il ne faudra pas se tromper car ton Avenir en dépend… – dixit DARLAN Christian-Dominique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com